La Vie sexuelle d'Astérix

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Tout est dans le titre !


Autour d'Astérix Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre Parodies et pastiches Trash

Une pénurie de préservatif menace le village d'irréductibles qui ont la Gaule ! S'ensuit une longue quête du précieux caoutchouc, ponctuée par d'incessantes orgies. Un dézinguage en règle des icônes (Tintin y passe aussi) par un spécialiste du genre.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1985
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vie sexuelle d'Astérix
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

05/12/2014 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Jan Bucquoy avait déjà commis plusieurs albums parodiques et hautement blasphématoires envers l’icône de Moulinsart (voir La Vie sexuelle de Tintin), et récidive ici avec l’icône de la Bande Dessinée française, Astérix. Autant le dire tout de suite, on est dans la provocation pure – action dont Bucquoy, avec certains de ses compères (comme Noël Godin) se sont fait la spécialité. Largement inspiré par le courant arnarcho-surréaliste présent de longue date en Belgique (voir les films ou publications des poètes Scutenaire ou Marien par exemple), Bucquoy s’emploie à contredire ce que le bon goût, la religion, l’Etat et ses lois, pourraient avancer pour brider l’imagination. Il s’est par ailleurs aussi attaqué au roi et globalement à toute « institution » qu’il juge hypocritement sacralisée. On n’est donc pas surpris sachant cela que l’essentiel de l’album (dont la trame est une pénurie de préservatifs [Durix !] dans leur village gaulois, obligeant nos héros à aller à Rome en chercher) ne soit qu’une succession de scènes de sexe plus ou moins orgiaques. A noter que Bucquoy s’acharne une nouvelle fois sur Tintin, qui apparait ici plusieurs fois dans des relations sexuelles avec Haddock, le chef des pirates, puis Astérix ! (Bucquoy poursuit ainsi sa lutte contre la fondation Moulinsart en dehors des procès les opposant). Il y a quelques répliques ou gags qui m’ont fait rire, mais l’ensemble est lourdingue au bout du compte, et ce n’est pas un album extraordinaire, c’est évident. Si je mets tout de même trois étoiles (note réelle 2,5/5), c’est parce que je pense malgré tout que ce genre de publication est nécessaire pour maintenir un certain esprit de révolte et de poésie. Pour échapper un tant soit peu au formatage et à la marchandisation des images et des imaginaires. On est loin de la fondation Moulinsart et de Disney, c’est sûr, mais il souffle là un vent de liberté finalement sain. Et ce d’autant plus lorsque l’on voit le côté réactionnaire de certaines idées véhiculées depuis quelques années. A noter que tous les lecteurs d’Astérix qui se demandaient comment Agecanonix pouvait être marié à la bimbo que nous lui connaissons comme compagne, trouvent ici une explication, il est resté bien vert ! Pour ce qui est de l’achat, mon avis est purement facultatif, étant donné qu’il ne doit pas être si facile que ça de trouver cet album (je l’avais acheté il y a une vingtaine d’années).

05/12/2014 (modifier)