Vous êtes tous jaloux de mon jetpack (You’re All Just Jealous of My Jetpack)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

recueil de strips à l'humour très british.


Auteurs britanniques Drawn & Quarterly Format à l’italienne

Tom Gauld joue des anachronismes, mais aussi de la confrontation de références culturelles disparates pour distiller un humour très british dans ses strips.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Octobre 2014
Statut histoire Strips - gags 1 tome paru
Couverture de la série Vous êtes tous jaloux de mon jetpack
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/11/2014 | Noirdésir
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Je ne suis pas totalement convaincu par cet humour absurde. Je mets la moyenne car j'ai aimé plusieurs gags et que certains délires sont bien trouvés. Sauf que dans le lot il y a aussi plusieurs gags dont je n'ai pas compris où était l'humour. J'ai un peu l'impression qu'il me manquait certaines références (notamment la littérature britannique) pour les comprendre. Heureusement, ils n'étaient pas assez nombreux pour rendre ma lecture ennuyeuse, mais c'est tout de même frustrant de ne pas comprendre un gag. Le dessin me laisse indifférent. Je ne le trouve pas particulièrement attrayant, mais ce n'est pas moche.

21/04/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

La petite maison d’édition strasbourgeoise 2024 vient de publier un recueil de strips d’un auteur écossais dont j’avais feuilleté il y a quelque temps un album, publié chez l’Association je crois – et qui ne m’avait pas convaincu à l’époque. Les éditions 2024 ont fait ici du beau travail pour ce petit album à l’italienne, avec un papier épais, comme la couverture d’ailleurs (avec un dos toilé). Dans une longue série de strips parfois absurdes, parfois délirant, ou nonsensiques, Tom Gauld détourne certaines références de la culture populaire, geek, comme de la « grande » culture (Shakespeare en tête, mais aussi Joyce ou Dickens). C’est souvent cette confrontation entre l’ancien (de la préhistoire aux élisabéthains) et le moderne (des geeks aux mondes futuristes et robotisés) qui est source d’images tantôt drôles, tantôt ridicules. A noter une référence à Loïc Wacquant, excellent sociologue français disciple de Bourdieu. La poésie de Gauld, son « humour », sont très british, sont souvent surprenants, et l’on peut aussi voir dans cet album une machine à réfléchir – le monde, et sur le monde. Le dessin est presque toujours minimaliste. Les décors sont quasi absents, et les personnages sont souvent filiformes, dans un style proche de ce que fait Otto T. chez Flblb. Ce n’est pas toujours – et même pas souvent hilarant, mais c’est généralement original. C’est inégal, mais ça vaut largement le détour. Je suis très content de mon achat, et vous le recommande, mais je vous recommande aussi d’y jeter un coup d’œil avant, car c’est clair que c’est le genre de publication qui ne peut pas plaire à tout le monde.

08/11/2014 (modifier)