Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Légende des nuées écarlates - Izunas

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Depuis toujours, la forêt sacrée est protégée par les Izunas. A voir aussi : - La Légende des nuées écarlates - Les Nuées écarlates - Le Masque de Fudo


Auteurs Italiens Japan-Fantasy Spin-off

Lorsque l’une d’entre eux naît inexplicablement avec apparence humaine, l’équilibre entre le monde des esprits et le monde des hommes semble rompu. Aki, devenue à son insu l’instrument de démons maléfiques, met sa communauté en danger. Pour prouver son innocence, elle va devoir transgresser les règles et s’aventurer dans le monde des humains… (texte : Humanos)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mai 2014
Statut histoire Série terminée (2 cycles de 2 tomes) 4 tomes parus
Couverture de la série La Légende des nuées écarlates - Izunas
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

11/05/2014 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'est actuellement à la mode de faire référence à une série mère dans des produits dérivés du genre le monde des nuées écarlates ou le monde de Thorgal. Pour autant, il faut dire qu'il y a un grande différence de notoriété entre les deux. Pour autant, cette série n'a rien à envier aux autres. Tout d'abord, le graphisme est l'un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir. C'est du grand art dans les décors et dans les personnages. Les Izunas sont de belles mais redoutables créatures. On va vivre une aventure dans un monde fantasmagorique du Japon ancien avec un couple de héros attachants. On est littéralement envoûté tant c'est d'une beauté extraordinaire. Les couleurs sont éclatantes pour un rendu visuel au-delà de ce qu'on peut espérer. Une véritable claque ! Lorsque le scénario tient la route et qu'il est accouplé avec ce magnifique graphisme, cela ne peut que me plaire. Il reste juste à faire découvrir le talent de cet auteur hors norme. Par conséquent, voilà un conte onirique à lire de toute urgence.

13/11/2016 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

J’ai été moins emballée par Izunas que par La Légende des nuées écarlates, que je trouve un, voire deux crans en-dessous des nuées. L’univers est ici un peu plus enfantin, malgré sa dose de violence et d’hémoglobine. Il est vrai que les décors printaniers de ce tome donnent un aspect moins tragique au récit que les neiges glaciales des nuées. Ce qui m’a gênée d’emblée c’est la parlote des loups, ça appuie cette sensation d‘histoire enfantine avec les animaux dotés de parole. Ensuite les deux adolescents en personnages principaux ne m’ont pas été vraiment attachants. Ceci dit, si je prends du recul et considère Izunas comme une série à part, sans relation avec les nuées, je la trouve plutôt bonne et l’aurais même trouvée encore meilleure sans la série principale, dont j’ai du mal, pour l’instant, à me détacher. Mon impression est aussi légèrement faussée car j'ai lu cette nouvelle série à la suite des nuées, et du coup ma déception est un peu exagérée. Quand le tome 2 sortira et que le temps aura passé, je pense mieux apprécier Izunas. Pour ce qui est du graphisme, je n’avais pas vu que Tenuta n’était pas au dessin, le résultat est plutôt réussi et très en phase avec son propre style. Les Izunas sont un poil moins réussis que dans les nuées mais pas suffisamment toutefois pour que cela soit gênant.

13/06/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Après le savoureux La Légende des nuées écarlates, Saverio Tenuta n'en a pas fini avec ce Japon médiéval qui l'inspire tant. Il revient donc nous raconter une histoire où les Izunas, ces loups intelligents, tiennent une large place. Pour cela il a constitué un véritable studio autour de lui, puisqu'ils sont désormais deux au scénario, et que c'est sa compagne, Carita Lupattelli, qui tient les pinceaux, sur un storyboard du maître. Et le résultat est de haute volée. On est dans le même style graphique, à part peut-être pour les humains, des personnages où je sens Lupattelli moins à l'aise, même si Aki est particulièrement soignée. La mise en couleurs, assurée par Lupattelli, écrase un peu son trait, mais la richesse de la palette provoque un véritable orgasme visuel. Rarement les kamis auront été si sublimement représentés... Sur le plan de l'histoire, ce premier tome est très dense, entre la disparition de l'arbre sacré, la présence d'Aki au milieu des Izunas (avec un fonctionnement tribal très particulier), le jeune Kenshin qui semble avoir un destin sans pareil et les Noggos qui menacent toute vie dans la forêt. Et puis ces ninjas qui font des bonds dans les bambous... En finissant ce premier tome, j'apprends que la série sera un diptyque ; j'avoue que j'espère que ce sera aussi réussi au deuxième tome, car il y a beaucoup de choses à résoudre...

11/05/2014 (modifier)