Hindenburg

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

L'une des plus grandes catastrophes aériennes de l'Histoire, entre complot politique et ésotérisme.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Ballons et dirigeables Esotérisme

Nous sommes en 1938 et la guerre gronde. Diane Hunter est le dernier lien d’Ahota avec le monde. Avant de mourir, le vieil indien a une prémonition : retrouver ses descendants aux dons hors du commun pour sauver le monde d’une terrible menace. Et Peter Braun, le premier héritier que la jeune canadienne rencontre, travaille comme décorateur sur l’inquiétant zeppelin commandé par Hitler, l’Hindenburg... (texte : Bamboo)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Mars 2013
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Hindenburg
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

19/03/2014 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Le tour pris par cette série m'a surpris. Je m'attendais à un récit d'aventure ayant pour cadre les prémices de la seconde guerre mondiale, et au bout de deux tomes le récit brasse plus large, mêlant bien sûr cadre historique, avec cette guerre qui est imminente en Europe, saga familiale avec cette recherche de ces descendants sur les différents théâtres de tensions dans le Vieux Continent, et même ésotérisme avec ces 'Chevaliers' recrutés par les nazis, les "pouvoirs" des descendants en question, et cette créature mi-ours mi-loup, aux étonnantes facultés, qui accompagne Diane. Mais curieusement tout cela se marie bien par les deux co-scénaristes, l'un historien et l'autre touche-à-tout chevronné, comme en témoignent leurs déjà nombreuses collaborations chez Bamboo. On ne s'ennuie pas, le récit reste relativement fluide malgré ces nombreux éléments à intégrer. Tout juste relèverai-je des scènes de nudité féminine qui ne se justifient pas vraiment, et quelques facilités scénaristiques qui permettent au récit d'aller dans la direction voulue pas les scénaristes. Et au final on arrive à l'évènement connu au sujet du Hindenburg. Un peu capillo-tracté, mais ça passe. Le dessinateur, TieKo, commence à avoir des heures de vol après avoir travaillé pour Assor BD et pour le studio réalisant l'adaptation en BD de La Compagnie des Glaces. pourtant il y a encore quelques petits défauts dans son dessin ; comme de la raideur dans les attitudes ou des visages qui manquent de caractère et de déterminisme, comme dans ce tome 2 où j'ai eu du mal à différencier les compagnons de Diane, tous bruns et jeunes. Le tome 3 est meilleur, malgré encore quelques maladresses en termes de perspectives et de visages. Pour le reste c'est une série vraiment plaisante, qui fait des allers-retours fréquents avec l'Histoire réelle, ce qui permet un ancrage plus fort dans la réalité.

19/03/2014 (MAJ le 06/02/2016) (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Comme mes petits camarades précédents la surprise fut de taille dès les premières pages de cette trilogie. Je m'attendais comme eux à une histoire de la création de cette immense dirigeable et de son crash sur New York. Bon j’exagère c'est aussi de cela qu'il s'agit, mais surtout d'un récit fantastique puisqu'il mêle des pouvoirs indiens proches du chamanisme, également de l'hypnose, de la télékinésie et de la suggestion. Rajoutons des personnages historiques connus, Heydrich, Goering et Hitler et l'on se dit que voilà un immense mix qui sur le papier fait un peu fourre tout. Première constatation cela marche plutôt bien dès l'instant où le lecteur accepte ce postulat de départ. Il est vrai qu'il ne faut chercher la vérité ou la vraisemblance à tout crin mais l'ensemble est plaisant et se laisse lire sans ennui. Ajoutons que le dessin est sympa sans être grandiose non plus Personnellement bien que divertissante cette BD ne mérite pas d'option d'achat, à voir selon ses goûts.

08/01/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je m'attendais à un récit historique rigoureux sur le lancement de ce dirigeable Zeppelin qui fut l'orgueil du Reich, mais comme mes 2 camarades précédents, la tournure de la série qui se focalise sur le projet des spirites nazis par Hitler et Himmler, qui est d'asservir le monde (et spécialement les Etats-Unis), finit par faire oublier le sujet initial. Le Hindenburg sert donc un peu de prétexte à tout ça, et la part du fantastique ésotérique qui est proposée ici parvient à enrober un peu trop le tout. Au lecteur de voir ce qu'il préfère, moi ça ne m'a pas si déplu que ça, le contexte historique me semble bien élaboré, l'histoire de l'Allemagne de ce temps a l'air d'être bien recréée, encore que je ne sois pas fin connaisseur de ce pays et de cette période. Finalement, on suit ce récit sans ennui, en passant sur quelques raccourcis assez courants dans ce type de bande, on se laisse embarquer dans cette aventure même si elle est parfois un peu limite, aidé par le joli dessin de Tieko ; il se cherche un peu dans le tome 1, mais atteint un style clair, lumineux et plus sûr dès le tome 2.

10/10/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Hindenburg va s’éloigner de ce qu’on aurait pu en attendre au niveau du récit. En effet, une descendante amérindienne va tenter de rencontrer un ingénieur qui travaille pour les nazis à la construction d’un dirigeable géant qui devra impressionner le monde entier. Le récit va malheureusement sombrer dans une espèce de surenchère où les méchants nazis vont utiliser des médiums d'origine juive et autres psycho ou télékinésistes afin d’influencer la population mondiale aux bienfaits de leur politique. Par ailleurs, c’est truffé d’invraisemblances historiques. Si on ferme les yeux sur toutes les maladresses, on passe effectivement un agréable moment de lecture dans une aventure ésotérique de plus mettant en scène les méchants nazis. Il faut dire que sans eux, il n’y aurait plus d’histoire. Du coup, on en oublie le clou du spectacle à savoir le fameux dirigeable Hindenburg. Fort heureusement, il y aura le dossier en fin d’album réservé seulement pour la première édition. Graphiquement, c'est bien. Bref, l'efficacité sera de mise. L'impression générale sera satisfaisante.

19/08/2014 (modifier)