Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Où sont passés les grands jours?

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

C'est une histoire de trentenaires.


La Mort

C'est l'histoire d 'Hugo, Etienne et Jean Marc. C'est l'histoire sur les rêves que l'on porte en soi, ceux que l'on réalise, et ceux que l'on ne réalisera pas C'est surtout l'histoire de Fred, qui s'est donné la mort d'un commun accord avec lui-même. C'était le meilleur ami d'Hugo, ou d'Etienne , ou de Jean Marc, tout ça n'a plus vraiment d'imortance. C'est cet instant cruel où on efface le nom d'un ami décédé de sa carte SIM...

Scénariste
Jim
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Janvier 2014
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Où sont passés les grands jours?
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

17/02/2014 | herve
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Désolé, mais j'ai trouvé ce scénario sans intérêt. Il faut dire que la crise de la quarantaine est un sujet qui ne me parle pas beaucoup vu que je suis un jeune dans la vingtaine. J'ai lu l'album du début jusqu'à la fin dans une indifférence générale. Il n'y a rien qui m'a semblé intéressant dans l'histoire et les problèmes du personnage principal m'a laissé de marbre. Il y a quelques bonnes répliques, mais c'est peu pour sauver ce premier tome de l'ennuie en ce qui me concerne. Je n'aime pas le dessin, mais ce n'est pas illisible.

20/12/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai eu l'impression de revivre un scénario proche de la série précédente de l'auteur à savoir Une nuit à Rome. On a un homme qui s'approche de la quarantaine et qui risque de foutre toute sa belle vie de famille en l'air parce qu'il trompe honteusement sa femme. Encore une fois, on nous présente un gars bien sympathique sous tout rapport comme pour mieux faire passer son immoralité. Le pire, c'est qu'on l'accepte comme si c'était normal ou moral. Bref, c'est un véritable salaud qui trahit ce qu'il a de plus cher. Le côté bobo semble être un peu gommé mais on ne trompera pas les véritables connaisseurs de la vie sociale actuelle. J'ai tout de même été séduit par ce titre en raison d'une écriture parfaitement maîtrisée. Et puis, il y a surtout le thème de l'amitié qui a certes déjà été exploité dans L'Invitation ou encore récemment dans Une petite tentation. Les variations sont assez différentes et elles m'intéressent au plus haut point sans doute car j'ai également perdu un jour mon meilleur ami. Il est toujours question de la perte après avoir passé de bons moments ensemble fait de complicité. Il y a juste les issues qui diffèrent: perte par désintérêt, décès etc... Malgré une critique dure et plutôt acerbe, je mets 4 étoiles. Je reconnais le talent et la maturité. Je dois bien avouer que cela m'a touché quelque part pour des raisons personnelles. Pour le reste, c'est une belle chronique sur les adultes dans la crise de la quarantaine en proie au doute. Bref, c'est mieux qu'une thérapie.

25/05/2014 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Après le très réussi Une nuit à Rome, Jim nous revient avec un nouveau diptyque, poétiquement intitulé "Où sont passés les grands jours?" Le titre est différent mais le thème reste le même, celui de crise de la quarantaine. J'avoue que, contrairement aux autres albums de Jim, je ne me suis pas précipité sur l'achat de ce premier volume. Peur d'un scénario répétitif, sans doute ; mais aussi d'un dessin assez proche du manga, je trouve, malgré des couleurs superbes à mon goût. En effet, les personnages principaux masculins -Hugo notamment- sont parfois représentés de manière trop simplistes (ils ne semblent pas avoir dépassés la trentaine alors qu'ils ont normalement 40 ans). C'est le seul point négatif que je peux trouver au dessin. Mais au fil des critiques que je peux trouver ça et là, je me suis laissé tenté par cet album. Sinon, côté scénario, ce premier volume laisse planer beaucoup de mystères : la signification des cadeaux, mais aussi l'aveu d'Hugo dans les dernières pages, aveu que l'on attend vraiment pas et qui donne envie de lire la suite. Décidément, Jim possède un certain talent pour ménager le suspens mais surtout le génie de faire ressortir en nous le côté nostalgique des quadras que nous sommes. Entre mensonges, couardises et silences pesants, Jim dépeint une génération pleine de doutes dans laquelle je me reconnais, malheureusement, pleinement. Il faut noter que, suite à l'engouement pour l'édition "dos toilé" de canalbd pour Une nuit à Rome, suivie par un tome 2, également sous la même forme mais cette fois-çi par Bamboo édition , l'éditeur nous propose deux versions de ce premier opus, une dite "commerciale", et une seconde éditée à 1000 exemplaires, avec un cahier graphique non dénué d'intérêt. J'ai évidemment préféré cette dernière édition, très belle au demeurant et qui rejoindra les "dos toilé" d'une nuit à Rome".

17/02/2014 (modifier)