Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Confessions d'un canard sex-toy

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Comme son nom l'indique, cette série nous met à la place (!) d'un canard sex-toy.


Le sexe (pour de rire) Les canards

Un jour, le Tout-Puissant s’ennuie et crée... le canard sex-toy ! On imagine trop vite une existence palpitante, faite de jouissance et de volupté... Mais quand on est un parfait objet de plaisir, la vie n’est rien de moins qu’un gag permanent ! Les confidences de Sigmund le canard pas toujours ravi de sa condition et ses conversations avec Elise son amie la vache-jouet, nous apprennent que sans être une vie de chien, la relation entre la propriétaire et son gadget fétiche n’est pas toujours de tout repos. Mec ou nana, nul doute que ces confessions coquines vont vous faire vibrer de rire ! (texte : Editions Ankama)

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Janvier 2013
Statut histoire Strips - gags 2 tomes parus
Couverture de la série Confessions d'un canard sex-toy

22/01/2014 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

A t'on déjà lu des confessions émanant d'un canard sex-toy ? C'est clair qu'il aurait des choses à raconter pour nous faire vivre son expérience en la matière. J'ai trouvé cette bd assez sympa à lire car il y a beaucoup d'inventivité. Cela reste toujours très soft. Ce canard est vraiment trognon et attendrissant. Bref, ce n'est pas le vilain petit canard. Mention spéciale également pour Elise la vache ! Sans vouloir être péjoratif, c'est une bd pour les filles car elle aborde le sujet du plaisir sexuel au féminin. Je l'ai lu purement par curiosité. Voilà pour la justification. Une bd assez coquine quand même.

09/05/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ça c'est sûr, la vie d'un canard sex-toy ne doit pas être de tout repos... C'est Milly Chantilly, Parisienne de 28 ans, qui nous le dit au travers de ses gags gentiment coquins et des situations (vécues ?) qu'elle nous livre, avec l'aide de Mickael Roux. Oscillant entre burlesque et humour précieux, ses gags sont pour la plupart assez drôles et finement écrits, même si j'avoue ne pas en avoir compris une poignée. L'ajout de personnages secondaires très tranchés permet de plus grandes interactions autour du pauvre petit Sigmund, et les auteurs semblent bien s'amuser. Sur le plan du dessin Arnaud Poitevin a opté pour une technique sans encrage ou presque, mais avec un accroissement de l'expressivité des personnages, ce qui permet une lecture aisée. Sympathique.

22/01/2014 (modifier)