Scumbag Loser

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Le Scumbag Loser, c’est le dernier des nuls, la lie de l’humanité...


Les Losers Seinen Square Enix

Masahiko est un concurrent sérieux au titre de pire loser de son lycée, de sa ville et peut-être même du pays ! Le Scumbag Loser, c’est le dernier des nuls, la lie de l’humanité. Obsédé, asocial et lâche, il n’est sauvé de la honte suprême que par la comparaison avec Yamada, l’autre souffre-douleur de l’établissement… Mais le jour où ce dernier présente à toute la classe des photos de sa prétendue petite amie, Masahiko comprend qu’il est condamné à prendre la première place du classement des losers ! Terrorisé à cette idée, il affirme à son tour sortir avec la jolie Haruka Mizusawa, une amie d’enfance. Bien mal lui en prend, puisque la demoiselle débarque le lendemain dans son lycée, nouvelle élève fraîchement installée en ville ! Pourtant, au grand étonnement de Masahiko, elle déclare qu’elle est bien sa petite copine. Ce qui ne soulage pas particulièrement notre loser : le hic, c’est que la véritable Haruka Mizusawa est censée être morte depuis cinq ans ! Qui est vraiment la terrifiante nouvelle petite amie de Masahiko, et quel est son objectif ? Suivez la descente aux enfers de l’adolescent le plus pleutre et le plus tordu que la terre ait jamais porté avec Scumbag Loser, un seinen irrévérencieux et jouissif !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Septembre 2013
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Scumbag Loser
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

14/09/2013 | Pasukare
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J’ai détesté ce titre mais dans mon extrême indulgence, je veux bien accorder les 2 étoiles pour sauver l'honneur. Objectivement, tout ne serait pas à jeter à commencer par un dessin assez soigné. Cependant, c’est le récit qui m’a véritablement rebuté. Je veux bien qu’on aborde le sujet du harcèlement moral à l’école mais en l’occurrence, il est traité de manière trop naïve et outrancière. On a l’impression de croiser la petite fille des enfers. Et puis, je ne suis pas certain que lécher les pieds soit véritablement le petit jeu à la mode au japon ou n’importe où dans le monde. Il y a des passages qui sont réellement dégoûtants. Je suis étonné par la façon dont pensent les japonais. Ils veulent absolument avoir la cote et tout miser sur le paraître quitte à s’inventer des copines imaginaires pour être dans le moove. Etre un loser, c’est être rejeté par ses camarades. Je préfère être moi-même que de ressembler à une vitrine pétrie de fausse gentillesse. Beurk, j’ai presque envie de vomir sur la moralité de ce que je viens de lire. C’est un côté du Japon que je n’aime pas et que je retrouve malheureusement dans plusieurs titres. Ceci dit, le lecteur pourrait y voir une certaine forme d’originalité. Pour moi, c’est malsain et glauque. A bon entendeur, salut !

15/02/2016 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Etrange série que ce Scumbag Loser... Titre et couverture pourraient en rebuter plus d'un... En lisant ce premier tome j'ai eu le sentiment d'un léger changement de genre entre le début et la fin et il est plutôt bienvenu en ce qui me concerne. Au départ on est un peu (trop) dans le scato (pas trop ma tasse de thé j'avoue) avec des personnages peu ragoutants, des histoires d'odeurs et d'hygiène douteuse puis au fil des pages on bascule dans le thriller fantastique avec ce personnage étrange et légèrement flippant qu'est la petite amie de notre (anti)héros. Les personnages principaux ne sont pas du tout recommandables, ceux qui le seraient ne survivent pas longtemps et même notre personnage principal termine bien mal ce premier tome... Graphiquement il n'y a rien de spécial à signaler, ça reste classique et sans surprise pour le genre. Le sourire carnassier de l'étrange Haruka Mizusawa n'inspire absolument pas confiance !! Brrr. La série est prévue en 3 tomes et je pense que le tome 2, tel qu'il est présenté en cette fin de volume, pourrait être intéressant vue la situation nouvelle de notre loser de service. A suivre donc. Après lecture du T2 j'avoue que je suis un poil circonspecte... Le T1 se terminait sur un rebondissement plutôt intéressant et intriguant qu'on ne retrouve absolument pas dans le tome suivant... J'ai passé les 170 et quelques pages de ce deuxième volume à me demander quand allait enfin arriver la séquence du T1 censée nous donner envie de lire la suite, je ne l'ai jamais trouvée... A côté de cela, j'avoue avoir été assez moyennement convaincue par ce T2. Heureusement le prochain sera le dernier, je le lirai par curiosité "des fois que" mais j'ai assez peu d'espoir. Je retire mon conseil d'achat et baisse ma note d'un point pour le coup. Après lecture du 3ème et dernier tome, je reste sur une impression globalement mitigée. Tout juste ai-je trouvé un peu d'intérêt dans les liens entre les personnages féminins qui ont croisé le route de notre loser, et encore. La déception du T2 n'est pas rattrapée. Pas pour moi.

14/09/2013 (MAJ le 27/03/2014) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

En effet cette série est très particulière. Dès le départ elle baigne dans une atmosphère étrange, avec ce loser intersidéral qui cherche pire que lui et qui sent finement les odeurs corporelles de ceux qui l'entourent. Avec ce côté pervers fétichiste qui achève de le rendre pathétique. Au début je pensais me trouver dans une banale histoire de lycéen qui, grâce à l'arrivée providentielle d'une petite amie, va peu à peu gravir les échelons de la société qui l'entoure. Mais c'était sans compter sur la personnalité (et la nature) de ladite petite amie, qui va tout remettre en question. Dans le deuxième tome on n'en sait pas beaucoup plus, et le récit semble provisoirement s'éloigner de Masahiko pour introduire un autre personnage, tout aussi détestable que le lycéen. Parallèlement l'enquête d'un policier aurait pu nous aider mettre en place toutes les pièces du puzzle, mais en fait ce n'est que dans le post-générique, si j'ose dire, qu'une partie de l'intrigue s'éclaire. Le style graphique de l'auteur est relativement courant en manga, mais il me semble tout de même particulièrement efficace dans sa mise en scène, avec un plaisir coupable sur les scènes glauques et le fan service. La série s'est achevée en trois tomes, et il est difficile de qualifier réellement cet ovni, cette histoire bizarroïde, qui semble tenir autant du thriller horrifique que de la chronique sociale...

05/10/2013 (MAJ le 24/03/2014) (modifier)