Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Raimond le Cathare

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Retour sur la vie d'une figure de l'Histoire toulousaine.


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Cathares Spiritualité et religion Toulouse et sa région

Au début du XIIIe siècle, le pape Innocent III engage le conflit avec les hérétiques Cathares, très influents en Languedoc. Le comte Raimond VI de Toulouse, innocent et pacifiste, est accusé du meurtre du légat du pape, Pierre de Castelnau. Ses terres sont envahies et ses habitants massacrés par les armées de Simon de Montfort : le duel entre les deux hommes s’engage alors...

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Raimond le Cathare
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/08/2013 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

J'avais entendu parler de cette adaptation en BD des mémoires apocryphes écrits par Dominique Baudis, l'ancien maire de Toulouse. Mais hélas elle devenait difficile à trouver en librairie, alors que l'album n'est pas si ancien. Ayant trouvé mon bonheur un peu par hasard, j'ai pu me plonger dans cette fausse autobiographie de l'une des figures les plus importantes de l'Histoire toulousaine, celle d'un comte du XIIIème siècle qui a régné sur quasiment tout le sud de la France, et qui s'est retrouvé injustement -selon ses dires- accusé du meurtre d'un légat du pape, et qui du coup s'est retrouvé excommunié. Pourtant dans les années qui ont suivi, il n'a cessé de tenter de prouver son innocence, de récupérer les faveurs du Saint Siège et de faire régner la paix dans son domaine. mais c'est sans compter avec la rouerie d'un évêque et la férocité d'un comte concurrent. Et tout cela pour préserver les habitants de Toulouse. Un comportement admirable, même si parfois Raimond échoue dans ses tentatives, car il se révèle un piètre guerrier, et un stratège à peine meilleur. Le récit est dense, assez prenant (Corteggiani a tout de même du talent pour ça), même si à une ou deux reprises j'étais perdu dans les personnages de sénéchaux, vassaux et membres des familles belligérantes. Au dessin Michel Suro est l'un des meilleurs faiseurs sur la période du moyen-Âge, et il le prouve une nouvelle fois avec cet album, plutôt réussi, même si son style ne peut pas plaire à tout le monde. Le boulot de Patrice Duplan sur les couleurs est lui aussi de qualité, le tout donne un album de premier plan pour une oeuvre qui est probablement "de commande". A lire pour les passionnés de la période.

04/08/2013 (modifier)