Alice Cooper's The Last Temptation

Note: 3/5
(3/5 pour 6 avis)

Le soir d'Halloween, un mystérieux bateleur va tenter de convaincre un jeune garçon de rejoindre sa troupe de théâtre. S'il accepte son offre, il aura l'immortalité... mais devra renoncer pour toujours à vieillir et à vivre sa vie d'adulte. À l'origine de cette BD, un disque éponyme du vieux hardos Alice Cooper, sorti en 1994. Avec la collaboration du chanteur, le romancier Neil Gaiman a adapté les textes des chansons de cet album sous forme de scénar de BD.


Auteurs britanniques Chansons en BD Dark Horse Comics Fantômes Halloween Musique Neil Gaiman

Une petite bande d'ados en vadrouille découvre un vieux théâtre qui semble abandonné. Un étrange bateleur (c'est Alice Cooper qui prête ses traits au personnage) les accueille à l'entrée et leur propose une place gratuite pour son spectacle... L'un des gamins, le souffre-douleur des autres, accepte la place pour ne pas passer pour une mauviette... À l'issue du spectacle, qui lui a présenté une vision très noire de son propre avenir, le jeune garçon se voit proposer par le bateleur d'intégrer la troupe du théâtre. S'il accepte de rejoindre, pour l'éternité, les fantômes et les morts-vivants qui la composent, il n'aura jamais à vieillir ni à affronter la cruauté du monde réel... À l'origine de cette BD, un album éponyme du vieux hardos Alice Cooper, sorti en 1994. Avec la collaboration du chanteur, le romancier Neil Gaiman a adapté les textes des chansons de cet album sous forme de scénar de BD. Étonnant, non ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Alice Cooper's The Last Temptation
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

07/08/2002 | Cassidy
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne connais pas vraiment bien l'univers d'Alice Cooper. Il faut dire que le genre musical ne m'attire pas spécialement. Par ailleurs, je n'avais pas encore beaucoup lu d'oeuvres de Neil Gaiman. Je crois comprendre que c'est un maître des histoires de rêves et de cauchemar dans des mondes parallèles au nôtre. Il joue à merveille sur cette ambigüité pour donner une certaine consistance à son récit un peu horrifique. C'est vrai que cette histoire d'Halloween est plutôt très étrange dans un style graphique typiquement baroque. Curieusement, cela ne fait pas très peur malgré le luxe de détails. On se sent armé avec Steven qui est censé vaincre toutes ses peurs. Il symbolise par excellence le bien triomphant. Le moins qu'on puisse dire est qu'il fait preuve de courage pour battre le mal en retraite. On se croirait par moment dans le clip Thriller de Mickael Jackson. Au final, une histoire plaisante mais sans plus.

03/01/2010 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Il y a 15 ans, j’écoutais en boucle l’album The Last Temptation d’Alice Cooper et j’adorais ça. Il y a quelques semaines je découvre sur bdthèque qu’une adaptation de cette histoire existe en BD. Il y a quelques jours je la reçois dans ma boîte aux lettres et que dire ? Tout d’abord je peux dire à ceux qui ne connaissent pas l’album et l’histoire qu’il raconte que cette adaptation leur paraîtra peut-être un peu décousue, voire même bizarrement raccourcie par moments, ou peut-être pas, mais vus les autres commentaires, c'est quand même fort probable. Ensuite, je dirais que la VO doit être plus agréable à lire et moins obscure par moments que la VF (qui en outre souffre de traductions approximatives et de lettrages ratés). La traduction est trop souvent littérale et comme parfois la VO est le texte-même de la chanson, il y a un rythme, une émotion qui passaient par la musique qu'on ne retrouve pas du tout sur le papier, c'est dommage, mais peut-il en être autrement ? En fin de compte, j’ai presque pris plus de plaisir à réécouter l’album qu’à lire son adaptation. Et pour l’occasion, j’ai (re)découvert que dans le livret de l’album, il y avait un extrait (colorisé pour l’occasion) de la BD qui devait sortir en 3 tomes chez Marvel Comics peu de temps après le disque. Je salue bien bas le talent du dessinateur, même si certains visages sont parfois ratés, car comme d’aucun dirait « faire une page rouge n’en fait pas pour autant une page gore » alors réussir à faire du gore en noir et blanc, moi je dis « Chapeau « (haut-de-forme évidemment).

17/01/2009 (MAJ le 19/01/2009) (modifier)

Alice Cooper mis en scène par Neil Gaiman c'est une idée qui m'a séduit... En plus les dessins sont d'une rare beauté, bravo Zulli! Hélas le scénario reste une banale promenade de santé dans l'imaginaire, beaucoup trop faible pour Gaiman, en plus avec Cooper il y avait de quoi faire quelque chose de plus délirant je pense, dommage. Quand même 3/5 parce que l'histoire bien, qu'assez plate, reste correcte et parce que j'aime bien le vieil Alice.

24/12/2004 (modifier)
Par fourmi
Note: 3/5

Une bonne bd. la note pas mal se justifie par une certaine facilité dans le scénario, une impression de déjà lu. Mais l'illustration est sublime et relève le niveau de l'ensemble.

02/10/2002 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Quelle déception ! J'avais lu beaucoup de bien de cette BD et en plus, Neil Gaiman est un romancier réputé (il est également l'auteur de plusieurs comics, dont la série Sandman, qui a été descendue en flammes par Arzak sur ce site mais que d'aucuns considèrent comme un chef-d'oeuvre). Je m'attendais donc à beaucoup mieux que ça... C'est pas que ce soit franchement mauvais, mais... L'histoire a un très fort goût de déjà-vu, et le "message" de la BD est d'une banalité affligeante : en gros, ça nous dit que même si le monde est merdique et que la vie est dure, il faut avoir le courage d'affronter tout ça plutôt que de se réfugier dans un paradis artificiel. Ouaaaaaah, super original...

07/08/2002 (modifier)
Par Cedricval
Note: 4/5

Avant tout, il faut savoir se plonger dans l'ambiance avant de lire cette merveilleuse BD. Ecoutez le dernier album d'Alice Cooper et laissez juste ce qu'il faut de lumière dans la pièce pour vous immerger dasn cet univers fantasmagorique mélange de satire et de frisson. L'exploitation du noir et blanc et la légereté du trait mettent en exergues les différents point sensibles de l'album. Bref, une oeuvre purement et simplement réussite !

07/08/2002 (modifier)