Leçons coloniales

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

En 1945, une institutrice prend avec enthousiasme son nouveau poste à Setif, au moment où germe une insurrection civile. La première BD signée Azouz Begag : une lecture éclairante doublée d’un regard humaniste sur les « évènements » d’Algérie…


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Le Colonialisme Maghreb

En mars 1945, l’institutrice française Marie Delmas est accueillie au port d’Alger par Jean Louis, inspecteur d’académie. Elle a la vocation et montre une véritable motivation pour éduquer aussi bien les français expatriés que les « indigènes ». Affable et prévenant, l’inspecteur l’accompagne en bus jusqu’à Setif, où elle sera en poste. Elle prend alors la mesure des mentalités coloniales ségrégationnistes et fait la connaissance de l’aimable pharmacien local, Fehrat Labasse. Elle ignore que celui-ci entretient de mystérieuses relations avec les GIs américains, qui ont également une base dans la région. Puis elle rencontre les parents d’élèves au sein de la petite école où elle officiera. Elle s’étonne alors de ne voir que des blancs… La nuit venue, le pharmacien a rendez-vous sur une base aérienne américaine. Il y prend note d’une livraison d’armes, au service de son mouvement secret nationaliste. Un algérien qui a vu clair dans son double-jeu, l’attend alors à la sortie et lui recommande vivement de ne pas mêler son fils Amor à ses magouilles. A cette époque, Amor passe ses journées à garder les moutons, dans la rocaille. Mais dès qu’il le peut, il espionne, par un petit trou du mur de l’école, les cours prodigués aux français par Mademoiselle Delmas. Et il prend des notes…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mars 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Leçons coloniales
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2013 | Erik
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Un one-shot qui avait une bonne idée de départ: montrer un évènement historique où une manifestation algérienne s'est terminée dans un bain de sang. Sauf que la plupart de l'album parle d'une institutrice qui essaie d'enseigner en Algérie. Il y a des bonnes scènes comme lorsqu'un Algérien veut envoyer son fils à l'école uniquement si on le paie, mais la plupart du temps je n'étais pas captivé. Les auteurs ne savaient pas comment attirer mon attention. La seule chose que j'ai vraiment aimée c'est voir comment les Arabes et les Français vivaient ensemble en 1945.

06/12/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Leçons coloniales est un titre évocateur sur l’attitude de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies et de la plus célèbre d’entre-elle à savoir l’Algérie. Ce pays était même partie intégrante du territoire nationale avec la création de trois départements français de 1848 à 1962. Le présent récit a pour but de raconter les évènements tragiques du 8 mai 1945 alors que l’armistice était signé entre les forces alliées et l’Allemagne. En effet, ce jour-là ne fut pas un jour de fête et de célébration à Sétif, ville située à 300Km à l’est d’Alger, puisqu’une manifestation d’algérien fut réprimée dans le sang. Il y eu plus de mille morts selon la Préfecture. C’est un véritable massacre qui fut minimisé par les autorités françaises. D’ailleurs, la guerre d’Algérie qui se produira quelques années plus tard en 1954 fut qualifiée d’évènement… C’est dire la mauvaise foi. Un rapport des services secrets américains à Alger en 1945 notait 17 000 morts et 20 000 blessés. Peu de jeunes écoliers français apprennent cela à l’école d’autant que la répression fut ordonnée par le Général de Gaulle. Cet homme admiré de tous a effectivement du sang dans les mains. Pour en revenir à la bd, il est dommage que l’œuvre ne va pas en profondeur sur ce qui s’est réellement passé. On voit que les américains ont armés les rebelles contre les intérêts français. A vrai dire, le récit se concentre sur une belle et jolie française qui vient faire de l’enseignement et qui souhaite s’ouvrir sur les enfants des autochtones. Bref, l’album manque d’un véritable souffle et manque le coche malgré d’honorables intentions. Il faut savoir également donner des leçons…

12/07/2013 (modifier)