Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Raoul Scopitone

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Les aventures burlesques et décalées de deux barbouzes maladroits mais pugnaces. Cette série, bien ancrée dans les années 60, nous offre des aventures policières humoristiques enrichies de nombreux clins d'oeil aux grands classiques de l'époque.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Paquet Policier, mais drôle

1964, après une mission calamiteuse au Maroc, le commandant Raoul Scopitone et son adjoint, le sergent Marcel Formica, des Barbouzes « à la Papa », sont chargés par le chef des services secrets français, en représailles, d’assurer la protection de l’idole des Yéyés : Sonny Brushing. Le monde du Yéyé voyant ses vedettes disparaître mystérieusement, nos deux zigues vont devoir mener Leur enquête en immersion totale dans le monde du show-business croisant tour à tour une idole égocentrique, un manager véreux, des musiciens louches, des fans hystériques, des blousons noirs délinquants et une ancienne gloire du music-hall des années 30. De l’action, de l’intrigue, du glamour, des cascades à couper le souffle sur fond de musique endiablée, tout ça et bien plus encore dans : Du Rififi chez les Yéyés. (texte de l'éditeur)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Mai 2013
Statut histoire Une histoire par tome 1 tome paru
Couverture de la série Raoul Scopitone
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

23/04/2013 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Bon départ pour ce barbouze de choc ! Avec ce Raoul Scopitone, Jérôme Lebrun et Philippe Pinard nous offrent une série fleurant bon les années 60. Le récit se veut ouvertement loufoque et explosif, et même si ce premier tome n’est pas parfait, cela me semble bien engagé. Les atouts sont effectivement nombreux : - Un duo de choc extrêmement classique mais complémentaire, composé d’un petit râleur, prêt à s’emporter au moindre prétexte et de son adjoint, calme et discret mais présent quand le besoin s’en fait sentir. - Un dessin caricatural très efficace. Jérôme Lebrun a le pinceau alerte. Son trait est dynamique et expressif au possible. Et si les proportions de ses personnages peuvent paraître étranges (ils ont tous l’air atteints de nanisme), c’est tout à fait dans le ton de la série, burlesque et décalé. - La colorisation est elle aussi très réussie, discrète et nuancée. Elle n’écrase aucunement le dessin et, bien au contraire, met les qualités de ce dernier en évidence. - Les clins d’œil sont multiples et enrichissent grandement la lecture. Je suis certainement passé à côté d’un paquet de références, que j’aurai d’autant plus de plaisir à découvrir à la relecture. Je m’en voudrais toutefois de ne pas souligner le rôle joué par le « colonel » Koeniguer, directement inspiré par l’auteur du même nom (et par conséquent victime d’une caricature des plus joyeusement gratinées). - L’époque choisie est intelligemment exploitée et le récit, comme écrit plus haut, ravira les nostalgiques. Seuls petits bémol : - D’intrigue, il n’est pas vraiment question puisque cette enquête est surtout prétexte à des scènes mêlant humour et action. La résolution de l’énigme se réalisera en deux planches (et par le plus grand des hasards, serais-je presque tenté d’écrire) à la fin de l’album. C’est, à mes yeux, un peu simpliste… mais il s’agit d’un premier tome et l’important était surtout de donner à cette série son ton. - Je regrette également le caractère quelque peu répétitif de cette histoire, avec un Raoul Scopitone qui s’emporte à la moindre occasion. On peut alors découper le récit en autant de chapitre adoptant le même principe narratif : Raoul Scopitone a) s’infiltre, b) pète un câble et casse tout, c) se fait rappeler à l’ordre par son supérieur. Enfin, même si cette nouvelle série est intégrée dans la collection Calandre, les véhicules tiennent ici un rôle secondaire. On aura cependant du plaisir à retrouver certaines carrosseries typiques de l’époque. Au final, le positif l’emporte sur le négatif et je serai très heureux de retrouver ce personnage dans de nouvelles aventures. Si vous voulez tenter l’aventure, n’hésitez pas également à compléter votre lecture par un passage sur le blog du dessinateur. C’est là une véritable mine quant aux multiples clins d’œil présents dans l’album.

23/04/2013 (modifier)