Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Batchalo

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 10 avis)

1939, Europe de l'Est. Suite à l'enlèvement d'un groupe d'enfants, un clan tzigane, accompagné de Josef, un policier dont le fils est aussi porté disparu, organise une battue. Sur leurs traces, ils voyagent à travers la Bohême, jusqu'à être internés, puis déportés à Auschwitz. Parqués dans le camp de la mort, ils dépérissent, privés de ce qu'ils ont de plus cher : leurs enfants et la liberté.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Europe centrale et orientale Nazisme et Shoah One-shots, le best-of Roms, Gitans, Tziganes et autres Bohémiens

Février 1939. Dans une ville de Bohême, un cortège de villageois en colère se dirige vers un campement de tziganes. Deux enfants du village ont disparu et les coupables apparaissent tout désignés. Autour des roulottes, les nomades se préparent à reprendre la route. Après quelques échanges tendus et suspicieux, Silenka, une des femmes du campement, explique que dix de leurs enfants sont également mystérieusement introuvables. A l’orée du bois, des empreintes de bottes d’une dizaine d’hommes et des traces de lutte laissent à penser que les enfants ont été enlevés. Josef, un jeune policier qui a participé aux fouilles infructueuses des roulottes, est bouleversé par la détresse des familles cikani. Il décide de s’allier avec les gens du voyage pour tenter de retrouver Roman, son fils unique, l’un des deux enfants recherchés par les villageois…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Septembre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Batchalo

14/04/2013 | Erik
Modifier


Par cac
Note: 4/5

Je ne connaissais rien de l'histoire avant d'ouvrir ce livre. J'ai d'abord été impressionné par les dessins magnifiques, presque photoréalistes, avec de belles couleurs sépia. Au début cela se passe dans un village tchèque où des enfants ont disparu. Un camp de roms récemment arrivé près du village est tout de suite suspecté. On pense d'abord qu'on va se retrouver face à une histoire policière et une enquête à venir. Mais les roms aussi ont certains de leurs enfants qui ont disparu, et une traque à leur recherche s'engage de la part des roms accompagnés d'un policier du village qui se joint à eux. Sauf que rapidement on se rend compte qu'on est dans les années 1930 dans une région du monde où les relents extrémistes portent au pouvoir les nazis à l'idéologie de pureté raciale, ce qui exclut les juifs comme on le sait tous mais aussi les tsiganes comme on le sait moins - et même les homosexuels et d'autres mais ce n'est pas le sujet du livre. Bref on découvre bientôt la dureté des camps qui frappe la troupe de roms et le policier du même coup. L'espoir s'amenuise de retrouver les enfants. C'est un récit fort, instructif et documenté, accompagné d'un dossier en fin d'album. Entouré de légendes et préjugés, on y apprend quelques mots de vocabulaire rom et on voit certains us et coutumes de la communauté, notamment la kris qui est leur tribunal en cas de crime grave. Très bon one-shot.

31/01/2021 (modifier)
Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

Le duo Michaël le Galli et Arnaud Bétand nous gratifie avec cet album d’un récit émouvant et désarmant. Cela ne peut que vous prendre aux tripes à moins que vous ne soyez malheureusement intérieurement insensibles. Vous serez complétement aspirés par cette amitié entre un gadjo et une communauté tzigane qui s’unissent pour retrouver leurs enfants kidnappés par des nazis pour les livrer au redoutable docteur Ritter à la tête de l’institut de recherche pour l’hygiène et la biologie de la population. C’est bien documenté et cela nous permet de revenir sur une page historique peu glorieuse et ignorée par beaucoup d’entre nous. Le graphisme est détaillé et réaliste tout en monochromie sépia très marquée. C’est un vrai plaisir pour les yeux. Peut-être antinomique dans mes propos, mais avec le trait de Bétand fait ressortir une sorte de beauté à travers l’horreur des camps concentrationnaires. Avec cet BD, vous n’allez pas trop vous marrer. Un certain écoeurement se fait sentir tout au long de la lecture. Il faut avoir l’estomac bien accroché. La morosité s’installe. Mais cette BD est incontournable et mérite votre attention.

23/01/2021 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Après lecture de la BD Des nouvelles d'Alain, j'ai continué à explorer les roms et leur histoire. Batchalo explore justement cette période de l'avant-guerre dans les années 30, lorsque les lois envers les Roms commencent à tomber et deviennent de plus en plus sévères. Jusqu'aux camps ... Au final, j'ai été moins charmé que je n'aurais pensé l'être, principalement parce que la BD a une histoire qui se veut optimiste malgré tout et va passer quelques points un peu facilement (notamment l'intégration dans la communauté Rom, que je ne pense pas aussi simple) et finir sur une note d'espoir malgré tout. Mais l'ensemble m'a semblé un peu trop linéaire et les personnages trop classiques pour m'intéresser véritablement. Et c'est dommage, j'ai bien aimé l'idée de rappeler que les Roms furent victimes de l'acharnement et de la bêtise tout autant que d'autres. Niveau dessin, par contre, j'ai beaucoup aimé ! Il y a une très belle mise en image de ce récit, des nuances de bruns parsemant les pages et donnant une coloration vieillotte et en même temps toutes les nuances qu'il faut à ce type de récit. Une bien belle représentation du genre !

19/03/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Eh oui il y a eu de nombreuses ethnies qui ont souffert du nazisme dans ces années noires du XXème siècle. Je trouve personnellement assez intéressant que des auteurs se penchent sur les souffrances du peuple Romani en ces temps plus que troublés. Utilisant habilement les "recherches médicales" des nazis pour prouver quelques délires anthropomorphiques, nous voici plongés au cœur d'une communauté de gens du voyage qui "aidés" de leurs croyances iront jusqu'au bout du voyage, de la nuit pour retrouver leurs enfants enlevés. Que dire de cette BD sinon qu'elle est essentielle dans le sens où elle nous rappelle qu'un peuple aussi stigmatisé que d'autres, à une époque fut beaucoup moins reconnu dans cette même souffrance, et qui dure depuis autant de temps. Pour en côtoyer à l'occasion ces gens ne sont PAS des voleurs d'enfants et s'ils piquent une poule de ci delà, ils ne méritent pas pour autant cette haine qu'un grand nombre leur porte. A lire bien sûr.

15/12/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

L’atout majeur de cette série est son background historique. De plus, pour nous présenter cette histoire et nous introduire dans le monde Rrom (avec deux ‘r’ ai-je appris en lisant cet album), les auteurs ont recours à un personnage bien pensé. J’ai en effet trouvé assez naturelle la manière dont il se retrouve finalement intégré au sein de la communauté, et les événements qui vont l’amener jusqu’aux camps me sont apparus cohérents. D’ailleurs, tous les évènements s’enchainent avec logique. Le récit est d’une linéarité exemplaire vers l’inéluctable, il parvient ainsi à être aussi instructif que prenant. Et les personnages ont beau être très classiques, ils n’en sont pas moins attachants. Le dessin est vraiment très beau et le choix de la colorisation monochrome donne à l’ensemble une esthétique encore plus forte. En résumé, cet album n’est peut-être pas le plus original mais il est très bien fait et instructif à plus d’un point de vue. Il est un peu trop manichéen à mon goût mais ça, c’est juste pour pinailler.

11/06/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Comment est il possible que je n'ai jamais entendu parler de ce one shot à sa sortie il y a un an ? Pourtant je m'intéresse de près à tout ce qui touche à la déportation. Ne me prenez pas pour ce que je ne suis pas , c'est juste que durant mes études d'histoire la déportation fut le sujet de mon mémoire de maîtrise. Bref j'ai découvert récemment l'existence de cet album grâce aux avis postés par Pasukare et PAco (au début de l'été) et j'ai tout de suite cherché à me procurer ce one shot hors du commun. Il est vrai que l'on a tendance à oublier que les Tziganes , eux aussi, ont été déportés par le régime nazi. D'ailleurs on estime le nombre de victimes entre 220 000 et 500 000, ce n'est tout de même pas négligeable. Pour en venir à l'histoire de cet album elle est assez originale car le point de départ de l'intrigue est la disparition d'enfants tziganes (pour la plupart), ce qui force leurs parents et un policier tchèque à s'unir afin de les retrouver. Cette "enquête" les mènera jusque dans l'enfer concentrationnaire. Mickael Le Galli réussi à nous plonger dans cette histoire au point qu'on ne veuille pas arrêter notre récit , pourtant le sujet n'a rien de joyeux. On ressort de notre lecture triste et furieux contre l'atrocité humaine. Comment un petit groupe d'hommes peut décider de l'extermination de communautés jugées différentes et considérées comme inférieures. De plus le dessin d'Arnaud Betend est tout simplement magnifique. La couleur sépia s'adapte particulièrement bien à ce récit . Je ne peux que conseiller l'achat de ce one-shot dont le but principal est de nous rappeler ce qu'a enduré la communauté tzigane durant cet atroce conflit. Les amateurs de récits historiques seront bouleversés par ce très bel ouvrage qu'est Batchalo, mot tzigane qui signifie "Bonne chance".

05/09/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon one-shot qui rappelle qui n'a pas que les juifs qui ont été victimes des camps de concentration (quoi qu'il me semble qu'ils ont été les plus victimes les plus nombreuses). Il y avait aussi d'autres groupes comme les tziganes et c'est bien de le rappeler. L'histoire est bien et les personnages sont assez attachants. Les auteurs n'ont pas peur de montrer l'horreur des camps et certaines cases peuvent donner le gout de vomir tellement que des types comme le docteur Mengele sont vraiment des salopards. Le dessin est bon et le dossier à la fin de l'album montre à quel point les auteurs se sont informés. En revanche, je n'ai jamais totalement rentré dans l'histoire. Il y a quelque chose dans la narration que je trouve lourde ou il manque quelque chose pour rendre l'histoire captivante à mes yeux je ne sais pas trop. Bref, je sais que c'est bon, mais jamais je n'ai eu entre les mains un album qui me donnait envie de tout lire du début jusqu'à la fin sans temps mort.

04/08/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Pas spécialement porté sur les récits historiques, j'avoue être tombé sous le charme du coup de patte d'Arnaud Betend. La qualité de l'histoire proposée par Mickael Le Galli fait le reste et la différence. En effet, le récit qu'on nous propose évite les travers didactiques de ce genre d'histoire. Loin de nous faire la leçon et de nous faire le catalogue complet du parfait petit rom, on plonge ici par le biais d'une sorte d'enquête dans l'univers tzigane. Et c'est là une des forces de cet album, tout est ici source de découverte ou de mise en lumière. Que ce soit cette Europe centrale du milieu du XXe siècle, ce peuple libre et fiers porteur de tous les fantasmes, et enfin leur extermination pendant la seconde Guerre Mondiale, tout se construit en douceur et intelligemment en un récit riche et équilibré. Ajoutez à cela le dessin et la mise en couleur sepia d'Arnaud Betend, et vous obtenez un album qui se dévore et nous rappelle in fine un pan souvent trop méconnu et oublié des atrocités et horreurs commises par les allemands lors de ce conflit. A lire absolument.

04/07/2013 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pasukare

Batchalo, malgré sa jolie couverture et le coup de coeur de mon libraire au moment de sa sortie, ne m'avait pas tentée. Il faut dire que j'ai un peu de mal à me lancer spontanément dans la BD historique. C'est à l'occasion d'un festival BD (Cibeins 2013 pour ne pas le citer) et d'une séance de dédicaces que je me suis décidée, il faut dire que le dessin d'Arnaud Bétend est tout simplement magnifique et une dédicace d'un artiste de ce talent sur un one shot, ça ne se refuse pas. A cette occasion j'ai notamment appris que toutes les planches ont été dessinées et colorisées entièrement "à la main", la seule touche informatique ayant été de mettre un filtre sépia sur des planches originales en noir et blanc. Batchalo, c'est surtout une histoire édifiante dans un contexte bien mal connu : celui de la déportation et de l'extermination des roms dans les camps de concentration nazis pendant la seconde guerre mondiale. Savant mélange de fiction et d'histoire avec un grand H, Batchalo nous emmène sur la route, en compagnie de gens du voyage (comme on les appelle maintenant) et d'un "gadjo", à la recherche d'enfants disparus, enlevés par les soldats allemands pour servir la recherche médicale du tristement célèbre Dr Mengele. La beauté du dessin contraste avec les horreurs vécues par les personnages de l'histoire. Il n'est sans doute pas facile de mettre en image cette triste page de l'histoire européenne. Mais Batchalo ce n'est pas que ça, c'est aussi une formidable plongée dans les traditions roms, la force des liens qui unissent les membres d'une même famille mais aussi ceux du même clan et même des clans entre eux. Une bien belle BD à découvrir sans hésiter, pour le plaisir des yeux mais aussi pour tout ce qu'elle peut nous apprendre sur cet épisode assez méconnu. Un livret en fin d'ouvrage nous en dit d'ailleurs un peu plus sur tous les points historiques du récit.

09/06/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je vais réparer une véritable injustice en postant cette série. Il faut dire que les roms ne sont pas très appréciés en Europe. On ne se soucie que très peu de leur sort. Ils sont les victimes d'une peur irrationnelle. Ils font l'objet de fantasme et de stéréotypes. Constitués d'une multitude de groupes et de famille, les populations tziganes trouveraient leur origine dans le nord de l'Inde, région du Penjab, qu'ils auraient quitté au Xème siècle pour une raison inconnue. Depuis, ils ont sillonné le Proche-Orient puis plus tardivement l'Europe avec leurs roulottes. Il faut savoir qu'ils ont également été les victimes des camps de concentration nazis durant la Seconde Guerre Mondiale. L'histoire de cette bd basée sur des faits réels commence en février 1939 en Bohême où des enfants sont enlevés. Un policier tchèque va joindre ses efforts pour les retrouver avec une communautés de roms. Malheureusement, ils vont être confrontés à l'horreur perpétuée par les nazis aidés de scientifiques acquis à leur maudite théorie sur les races. Ce récit est non seulement très bien dessiné mais également bien scénarisé. Il y a un dosage parfait entre les faits historiques et l'intensité dramatique. L'auteur a réalisé un gros travail de recherche notamment au centre de documentation de la Fédération nationales des associations solidaires d'action avec les Tziganes et les Gens du voyage à Paris. C'est une première pour le dessinateur mais quelle claque. La couverture est magnifique et traduit le ton sépia des 74 pages. Il a su nous captiver d'emblée par un dessin soigné. J'applaudis des deux mains pour un travail de haute qualité sur une belle histoire d'amour familiale. Je ne vais pas reparler du devoir de mémoire qui semble gaver une partie des lecteurs. Cependant, cette bd permet de découvrir une partie moins connue, mais tout aussi macabre, des abominables actions nazies. Une bd sur un sujet difficile mais néanmoins nécessaire pour comprendre ce que ce peuple a subi. Et peut-être qu'après lecture se développera un sentiment nouveau : celui de les regarder sous un autre angle.

14/04/2013 (modifier)