Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Page de tous les désirs

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Une page d'un livre contient un secret incroyable ! Et ce trésor est peut-être à la portée d'un lecteur ordinaire. Alors lisez et cherchez la page de tous les désirs...


Lécroart, auteur oubapien par excellence OuBaPo Patte de Mouche Tout petits albums

Dans un monastère du moyen-âge, un livre contiendrait un incroyable secret, donnant un immense pouvoir à son détenteur. Mais voilà, quel livre ? Et quel page de ce livre ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Page de tous les désirs
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

05/03/2013 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une nouvelle Patte de mouche qui, comme toutes les autres, se lit très vite. Et plutôt avec plaisir ici. Il faut dire que je suis plutôt fan d’Etienne Lécroart et de ses publications à contrainte. Car cela reste toujours ludique, drôle, et le procédé n’est jamais là pour masquer un manque d’inspiration. Alors avec ce nouvel opus, on a une histoire sans queue ni tête, ou plutôt avec un début et une fin brutales. Une histoire à tiroirs : le gag n’est pas nouveau, et Trondheim l’a lui-même déjà utilisé, différemment, dans la même collection (dans Les Aventures de la Fin de l'épisode) et Chuck Jones ou Tex Avery l’avaient aussi fait dans certains de leurs dessins animés. Comme souvent chez Lécroart, les têtes rondouillardes de ses personnages ne sont pas très expressives, et le même dessin semble avoir été réutilisé plusieurs fois pour la plupart des personnages. Ces derniers, dont on n’aperçoit que le tronc, ne bougent d’ailleurs presque pas. L’intrigue elle-même est en fait assez simple et rien ne fait dévier les protagonistes de leur chasse au trésor, cette fameuse "Page de tous les désirs". Moins de fioriture que dans le Da Vinci Code , c’est sûr ! Mais en vingt petites pages, et avec moins de visées commerciales, Lécroart réussit tout de même une amusante histoire. Peut-être pas au niveau des albums de la collection Mimolette, mais un très court et assez agréable moment à passer à lire cette idée absurde, encore une fois exploitée avec sérieux par Lécroart, jusqu’à la frustration finale.

05/03/2013 (modifier)