Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Amazones

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Octobre 1854. La Guerre de Crimée est déclarée. James Gordon Parker, un officier anglais borné et arrogant, est à la tête d’un détachement qui patrouille pour nettoyer la zone. Très vite, ils sont faits prisonniers par des guerrières Koumanes au service de l’armée russe. Ces amazones sans pitié utilisent les mâles comme main d’œuvre ou comme « étalons »…


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Europe centrale et orientale La Guerre de Crimée Treize Etrange

Octobre 1854. La Guerre de Crimée est déclarée. James Gordon Parker, un officier anglais borné et arrogant, est à la tête d’un détachement qui patrouille pour nettoyer la zone. Très vite, ils sont faits prisonniers par des guerrières Koumanes au service de l’armée russe. Ces amazones sans pitié utilisent les mâles comme main d’œuvre ou comme « étalons »…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Novembre 2012
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Amazones
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

02/01/2013 | Mac Arthur
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Récit militaire durant la Guerre de Crimée, Amazones raconte l'histoire d'un lieutenant de cavalerie britannique fait prisonnier par une terrible tribu de guerrières adeptes de guerrilla au service de l'armée Russe et terrorisant la région par sa sauvagerie. Des femmes fortes et aussi dangereuses que des hommes, et capturant ces derniers pour s'en servir comme esclaves jusqu'à la mort. A leur tête deux femmes aussi dures l'une que l'autre, que le héros va tenter de retourner l'une contre l'autre. Ce dernier, justement, est un militaire britannique dans toute sa splendeur, guindé, hautain et trop sûr de lui au point d'en devenir aveugle aux conséquences de ses propres actes. A la lecture de cet album, j'ai été surpris d'apprendre qu'une telle tribu d'amazones ait pu exister en Crimée à cette époque. Mais après m'être un peu renseigné, j'ai bien l'impression qu'il s'agit d'une pure fiction. Un peuple Koumane (ou plutôt Couman) semi-nomade et turcophone existait bien dans cette région, mais des siècles auparavant et composé d'autant d'hommes que de femmes donc rien à voir à priori avec ces guerrières là. Reste donc l'idée qui, fiction ou pas, est sympathique et intéressante. La lecture est prenante et bien menée, avec un bon dessin pour l'appuyer. Je suis pourtant resté sur ma faim car la fin est un peu rapide. J'aurais préféré que le récit prenne un peu plus d'envergure et de densité.

17/11/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Heureusement que le dessin est très bon et que la narration est fluide parce que sinon je me serais ennuyé. J'avoue qu'il y a de bonne scènes et j'aime bien la fin, mais le scénario me semble un peu trop léger et aussi cliché. C'est dommage parce que je ne connais rien à la guerre de Crimée et je ne pense pas qu'il existe plusieurs bandes dessinées sur ce sujet. Sauf qu'on tombe vite dans une histoire d'un groupe de femmes qui dominent les hommes. À partir du moment où les femmes débarquent j'ai lu cette série dans une indifférence totale sauf pour la fin qui, je le redis, est excellente.

27/03/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne connaissais pas très bien le contexte de la guerre de Crimée qui a eu lieu de 1853 à 1856. Cette bd nous entraîne dans le camp des anglais où l'on va se concentrer sur un vieux général et un lieutenant en mission. On va découvrir que leurs adversaires sont des mercenaires à la solde des russes. Leur caractéristique: ce sont des femmes guerrières qui ne feront pas dans la dentelle. Quand on pense aux amazones, on ne pense pas forcément aux Koumanes. Il aurait été sans doute souhaitable de trouver un autre titre pour ce diptyque. Il est clair que la fierté des hommes sera mise à rude épreuve. Est-ce une leçon d'humilité qui laisse à réfléchir ? Sans doute pour les tenants d'une pensée rétrograde dont je ne fais pas partie. J'ai bien aimé le second tome bien qu'il soit encore plus sanglant avec pour thème la lutte de pouvoir. Le final du plus bel effet sera directement à relier avec la dernière case du premier tome. En conclusion, il s'agit là d'une oeuvre intéressante surtout sur le fond avec une exploration de l'âme humaine tout en finesse. Sur la forme, on appréciera l'intelligence de la construction. A découvrir pour les amateurs d'Histoire de guerre.

07/04/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette histoire en deux tomes souffre d’un gros défaut : le manque de matière. En effet, les péripéties contées ici auraient à une autre époque été réduites à un chapitre de quelques pages dans un récit d’aventure. Par ailleurs, tant au niveau du dessin que de la narration, le travail est soigné. Ce diptyque se lit vite et je le conseillerais plutôt à des adolescents. L’aspect historique me semble intéressant mais il n’est malheureusement que peu exploité… A un point tel que je me demande quelle est la part de réel dans ce récit. La dimension érotique (il est ici question d'amazones se servant à l'occasion de leurs prisonniers comme étalons) est très soft et donc mieux adaptée à un jeune public adolescent qu'à un public plus adulte, qui risque là aussi de rester sur sa faim. Les personnages sont intéressants et ont le temps d’être développés au fil du récit. Malheureusement, là encore, un lecteur adulte risque de trouver ces portraits convenus. La fin, elle, ne fonctionne pas à mes yeux (du fait du comportement illogique d’un groupe d’individus, je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler). En résumé : c’est pas mal, ça se lit sans peine, le dessin est agréable mais la série ne m’a pas spécialement marqué et son final me laisse sur une mauvaise impression.

02/01/2013 (modifier)