La Marque Jacobs, une vie en bande dessinée

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Edgar Pierre Jacobs est avec Hergé et Franquin l'un des trois piliers de la bande dessinée belge du XXème siècle. Les auteurs ont décidé de nous raconter son histoire.


Biographies Ligne Claire Rodolphe

De sa naissance à Bruxelles en 1904 à à ses début à l'opéra, le jeune Edgar se cherche. Il se tournera finalement vers le dessin. Sa fin de vie sera gachée par les problèmes avec le fisc, les éditeurs, et la mort de sa femme .

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Novembre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Marque Jacobs, une vie en bande dessinée
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

20/11/2012 | herve
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un album hommage, réalisé par des passionnés et fans de l’auteur, c’est certain (et l’entretien avec Rodolphe repris en fin d’ouvrage le confirme). Les lecteurs de Jacobs y (re)découvriront ses tâtonnements du départ (alors qu’il se destinait à une carrière dans le bel canto), puis les différentes étapes qui en feront un des piliers de la BD franco-belge (et du Journal Tintin en particulier). En filigrane, l’amitié/rivalité avec Hergé transparaît, avec pas mal de non-dits. Mais j’ai trouvé que cet album – vite lu – manquait de vie, se contentant finalement d’empiler des « moments », et se révélant aride. Je ne pense pas qu’il puisse amener de nouveaux lecteurs à cet auteur de la « vieille école ». Un honnête hommage, mais d’où l’émotion est absente, hélas.

22/04/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La Marque Jacobs est une biographie en bande dessinée qui m'en a fortement rappelé une autre : Les Aventures d'Hergé. Même concept d'auteurs de BD rendant hommage à un autre auteur en racontant sa vie avec un soin particulier apporté au graphisme, Hergé et Jacobs qui ont vécu à la même époque, ont collaboré et ont tous deux été pionniers de la Ligne Claire en Belgique, et on retrouve même des anecdotes identiques entre les deux récits ce qui est normal puisqu'elles mettent en scène les mêmes personnages. Edgar P. Jacobs est un auteur que je ne connaissais pas très bien et j'ai donc appris pas mal de choses à la lecture de cet album. Je ne savais pas du tout notamment qu'il avait eu une vie d'artiste aussi débridée, ayant longtemps été chanteur d'opéra avant d'être dessinateur de BD. A voir les photos de lui en tenue stricte et raffinée à noeud papillon, je m'imaginais quelqu'un de bien plus austère et classique. J'ai aussi été intéressé d'avoir une nouvelle vision de comment le journal Tintin a été fondé, par qui et comment se sont déroulés ses débuts. Le dessin de Louis Alloing rend bien hommage au style de Jacobs. Il est soigné et élégant même si son encrage n'a pas le charme de celui des maîtres de la Ligne Claire. Je trouve amusants les nombreux clins d’œil et références aux albums de Tintin et autres Blake et Mortimer qu'il inclut dans certaines de ses planches. Voilà donc une biographie intéressante et un peu touchante aussi sur la fin qui est assez triste. Elle ne sort pas forcément du lot par son impact émotionnel et son originalité, mais elle se détache par son dessin et sa proximité avec le style de Jacobs lui-même.

14/10/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'aime bien 'Blake et Mortimer' et c'est pour cette raison que j'ai lu la biographie en bande dessinée de leur auteur : Jacobs. Malheureusement, j'ai trouvé le résultat moyen. Je n'ai rien à redire contre le dessin en ligne claire classique qui est LE style qu'il fallait pour cette bande dessinée. Le problème vient plutôt du scénario. Je trouve qu'on passe un peu trop de temps à raconter la vie de Jacobs avant qu'il fasse de la bande dessinée. C'est chouette de voir les différents métiers qu'il a fait dans sa vie, mais moi je m'intéressais surtout à sa carrière d'auteur de bande dessinée et lorsqu'on arrive enfin à cette partie de sa vie, le rythme devient trop rapide à mon goût. ll y a des anecdotes intéressantes et cela se laisse lire, mais cela aurait pu être mieux.

04/08/2015 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Admirateur depuis toujours d'Edgar P. Jacobs, je ne pouvais que succomber à l'achat de cette biographie en bd du créateur de Blake et Mortimer. Je possède par ailleurs un grand nombre d'ouvrages sur le maître du "Bois aux pauvres", comme "Un opéra de papier", "Le monde d'Edgar P.Jacobs" de Claude Le Gallo, "La damnation d'Edgar P. Jacobs" de B. Mouchart & F. Rivière, ou encore "A l'ombre de la ligne claire" de Benoit Mouchart, et "le manuscrit d'E.P. Jacobs", et aussi la dernière biographie en date, celle de Viviane Quittelier. C'est pour dire la passion que j'ai pour cet auteur (je passe sous silence d'autres livres plus polémiques sur Jacobs). Pour revenir à ce biopic façon bd, je voudrais dire que le travail documentaire effectué par Rodolphe est parfait (de l'accident du puits à sa modeste carrière à l'Opéra ou à ses collaborations avec Hergé, tout est exact). C'est vrai qu'il manque le poids de sa série phare, voire unique, dans cet album, je veux évidemment parler de Blake et Mortimer, référence simplement survolée dans cet opus. La vie personnelle de Jacobs y est privilégiée par rapport à son activité professionnelle. J'ai beaucoup apprécié l'approche de Rodolphe avec l'ami Jacques, mis au rebut de la société après la Libération, mais aussi sa fidélité à Georges Rémi au sortir de la guerre. Que dire du dessin de Louis Alloing qui, certes, ne relève pas de la ligne claire comme je m'y attendais, mais s'y approche tout de même. C'est vrai que la superbe couverture ne reflète pas pour autant le dessin des planches (c'est le seul bémol que je peux reprocher à cette bd). Je regrette également que les dernières années de la vie de Jacobs soient vite expédiées dans l'album, alors que ces années, paradoxalement, seront les plus riches sur le plan éditorial de Jacobs, malgré les embûches rencontrées. Malgré toutes ces imperfections, j'ai été ravi de revivre à travers ce one-shot (peut-être que deux volumes auraient été plus judicieux pour retracer la vie d'un des maîtres de la bd franco-belge) l'ambiance, fort bien dessinée, de cette première moitié du XXième siècle. Bref, malgré cela, je vous invite à découvrir cet album.

20/11/2012 (modifier)