Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

7 Shakespeares (7 Nin no Shakespeare)

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Retour sur les 7 "années perdues" de la vie de Shakespeare, celles dont on ne sait rien et qui sont donc propices à l'imagination.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Iles Britanniques Seinen Shakespeare Shogakukan Théâtre

Qui était Shakespeare ? Sa biographie officielle est plein de trous et d'incohérences, avec notamment 7 années manquantes, 7 années dont on ne sait rien. Harold Sakuishi, l'auteur de Beck, nous raconte sa version des évènements... Mais y a-t-il un seul Shakespeare ? Pour le moment, le manga est centré autour de Li, une jeune chinoise étrange, émigrée dans le Liverpool du 16ème siècle. Douée d'un don de divination qui lui a valu la haine des siens et une gorge mutilée par son propre père, elle va faire la rencontre de deux jeunes anglais marchands de sucre. Et de leur serviteur, un brave homme pieux qui va se prendre d'une affection paternelle pour elle. L'un des deux anglais, Lance, se passionne pour l'écriture de pièces de théâtre populaires, et découvre très vite chez Li un don inné pour la poésie...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Avril 2012
Statut histoire Série en cours (6 tomes parus au Japon, en pause) 6 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série 7 Shakespeares
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

22/08/2012 | Altaïr
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Étonnant de voir que cette série datant d'il y a bientôt 10 ans au Japon soit restée bloquée au 6e tome, c'est-à-dire à la fin d'une première partie qui reste, malgré la quantité de pages, introductive. En effet, le public attend toujours que l'auteur revienne sur cette série mais il semble s'affairer ailleurs pour le moment. L'attente est bien longue et en l'état la série est inachevée et s'arrête brusquement avant de rentrer pour de bon dans le cœur du sujet à mon goût donc je ne peux pas en conseiller l'achat. Mais la lecture de cette première partie reste bien agréable et intéressante. Sur les 6 tomes actuellement parus, nous suivons globalement deux époques. Tout d'abord, le récit est centré sur la jeunesse d'une jeune chinoise émigrée en Angleterre au XVIe siècle, rejetée pour ses pouvoirs divinatoires surprenants, et qui fait la rencontre d'un homme qui semble devoir devenir le futur William Shakespeare, peut-être grandement grâce à son aide à elle. Puis, à partir du tome 4, nous revenons plusieurs années en arrière pour se voir raconter la jeunesse de William Shakespeare à Stratford-upon-Avon et notamment son amitié avec le jeune John Combe qui deviendra son meilleur ami. C'est à la fin du tome 6 qu'on fait le lien entre cette seconde époque et la première. C'est un récit plaisant, présentant de manière intelligente l'Angleterre de cette époque, plongée dans des conflits de religions entre Protestants au pouvoir et Catholiques qui exercent en cachette. Le premier tome présente également la situation des chinois émigrés sur place, mais j'avoue ne pas savoir la part de réalisme historique de cette portion là. Le fait de lier l'art du futur Shakespeare aux pouvoirs surnaturels d'une jeune chinoise est également original. Le dessin est bon et soigné et soutient plutôt bien la narration. Je lui trouve toutefois quelques maniérismes trop typiques du manga pour vraiment me plonger dans l'ambiance de l'Angleterre Élisabéthaine, notamment dans des expressions de visage souvent trop outrées. Ce manga est donc bon et j'en conseillerais aisément la lecture. Arrivé en fin de 6e tome, je reste malheureusement sur ma faim car j'attends toujours de savoir où l'auteur veut nous mener et comment ces relations entre personnages et le cadre qu'il bâtit tout doucement vont s'agencer pour... arriver à quoi au juste ? Je ne sais pas, et vu le temps depuis lequel la série est à l'arrêt, je ne sais pas si je le saurai un jour.

29/07/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Quelle bonne idée d’adapter la vie de William Shakespeare en manga. Cela permet à de jeunes lecteurs de faire la connaissance du plus célèbre des dramaturges au monde. Le premier chapitre nous présente un jeune acteur qui est également l’auteur d’une pièce de théâtre à succès à savoir « Hamlet ». Cela fait scandale dans la société britannique puritaine à l’époque de la Renaissance. Les Autorités tentent même d’empêcher les représentations de cette pièce. Cependant, la reine Elisabeth qui assistait incognito semble beaucoup apprécier cette audace. Alors, il n’y a plus qu’à s’incliner et que Dieu sauve la Reine ! Par la suite, il va y avoir une véritable coupure car nous sommes plongés en plein Chinatown dans la ville anglaise de Liverpool avec un retour de plusieurs années en arrière. J’ai eu du mal à croire à l’implantation d’un tel quartier au XVIème siècle malgré l’essor de la marine marchande. De mémoire, les quartiers asiatiques ne sont apparus que vers la fin du XIXème siècle. Mais bon, accordons le bénéficie du doute. On fait la connaissance d’une jeune fille à savoir Li qui possède des dons de voyance. Pour son entourage, cela sera vécu comme une malédiction. Il faut dire que la sorcellerie n’est pas bien vue dans l’Angleterre puritaine. Je suis très curieux de savoir comment les deux histoires vont se rejoindre par la suite. Il est vrai qu’on peut être déçu dans un premier temps par rapport à une approche un peu singulière. On entraperçoit à peine Shakespeare avant d’être embarqué dans l’histoire des premiers migrants chinois en Angleterre. Bref, tromperie sur la marchandise. Néanmoins, c’est vraiment bien écrit avec un scénario intéressant, un graphisme appliqué et des dialogues efficaces… A n'en pas douter, il s'agit d'une bonne série à découvrir même si Shakespeare a cruellement manqué dans ce premier tome.

30/01/2013 (modifier)
Par Altaïr
Note: 4/5

Si ce manga n'avait pas été du même auteur que Beck, je ne sais pas si je l'aurais acheté. Encore que, je voue une adoration infinie à Shakespeare, ça aussi ça a dû jouer. Mais c'est une très agréable surprise pour le moment, j'avoue être sous le charme même si je ne sais pas trop où Harold Sakuishi veut en venir... vu le titre j'imagine que sa thèse est que Shakespeare était en réalité un groupe de personnages, nous verrons bien. Pour le moment, le manga est centré autour de Li, une jeune chinoise étrange, émigrée dans le Liverpool du 16ème siècle. Douée d'un don de divination qui lui a valu la haine des siens et une gorge mutilée par son propre père, elle va faire la rencontre de deux jeunes anglais marchands de sucre. Et de leur serviteur, un brave homme pieux qui va se prendre d'une affection paternelle pour elle. L'un des deux anglais, Lance, se passionne pour l'écriture de pièces de théâtre populaires, et découvre très vite chez Li un don inné pour la poésie... 7 shakespeare est un manga doué d'une narration exemplaire, et qui se lit avec énormément de plaisir. J'avoue trouver le choc des cultures entre la Chine et l'Angleterre au 16ème siècle très intéressant, et bien rendu. Harold Sakuichi évite la caricature, et se fait manifestement plaisir avec ce manga, beaucoup plus calme et serein que ne l’était Beck. Je pense que le rythme de parution est plus cool, aussi, ce qui lui permet de peaufiner ses dessins. Bref, c'est très frais. Pas encore un coup de coeur, ça dépendra de la suite des évènements. Mais il me tarde de lire la suite.

22/08/2012 (modifier)