Journal d'un journal

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Reportage dessiné de Mathieu Sapin, qui a suivi pendant quelques mois de 2011 la vie du quotidien Libération. En couverture, il est noté qu'il s'agit du "Feuille de Chou n°3", mais les deux premiers tomes étant consacrés au film de Sfarr sur Gainsbourg, il semblait plus juste de traiter cet album à part.


BD Reportage et journalisme d'investigation Documentaires Journalistes

La vie du journal Libération vue par un "innoncent", en la personne de Mathieu Sapin. Du séisme au Japon à l'affaire DSK en passant par le festival de Cannes, la mort de Ben Laden, ou le changement de direction à la tête du journal, on voit les coulisses du traitement de l'information par un grand quotidien national. Au final, il s'agit plus d'une suite de portraits et d'instantanés que d'un véritable reportage.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 2011
Statut histoire Une histoire par tome (Feuille de chou n°3) 1 tome paru
Couverture de la série Journal d'un journal
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

13/03/2012 | Frolier
Modifier


Par Frolier
Note: 2/5

Le sujet est alléchant et le format approprié, et c'est vrai qu'on commence à bien connaître le genre "reportage dessiné" depuis quelques années. Mais si le côté ''carnet de croquis'' est tout à fait dans le ton, il y a un vrai problème sur le fond. Je n'ai pas lu le travail de Mathieu Sapin sur le tournage du Gainsbourg de Sfarr, mais ici il montre très vite ses limites : ce n'est ni un journaliste, ni un chroniqueur, ni même un bon observateur. Je m'attendais soit à être passionné par les coulisses et les techniques de fabrication d'un journal, soit à être intéressé ou amusé par des anecdotes, soit à vivre le rapport passionnel des journalistes à leur travail, mais au final rien ne ressort vraiment. Mathieu Sapin dessine ce qu'il a sous les yeux, cite des faits généraux sur l'histoire du journal (qu'on peut trouver ailleurs), mais il lui manque un regard, un point de vue. Il chope quelques dialogues parfois marrants mais très oubliables, et à part ça il montre juste des gens qui travaillent et qui répondent à ses questions par des banalités, il se met en scène sans que ça apporte quoi que ce soit... Bref, on dirait un rapport de stage de 3ème, avec le dessin en plus. Le seul vrai moment intéressant est celui du choix de la une pour la mort de Ben Laden. Tout le reste est plat. Le meilleur exemple: les pages sur le festival de Cannes. Il se trouve sur la Croisette au moment où éclate l'affaire DSK. Ce n'est pas sa faute, il a raté l'événement numéro 1. Mais de ce ratage, il aurait dû faire quelque chose. Là, on dirait juste qu'il s'en fiche, c'est expédié en deux phrases. J'aurais voulu connaître son état intérieur, sa frustration, l'état des journalistes (de gauche !) qui sont avec lui, etc... En résumé: le reportage / documentaire / journal en BD est un métier. Il ne suffit pas de savoir dessiner pour être intéressant. Sur un sujet pourtant a priori moins riche, Christophe Blain a fait dix fois mieux avec son En cuisine avec Alain Passard.

13/03/2012 (modifier)