Carmen, de Prosper Mérimée

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Adaptation du célèbre opéra éponyme


Adaptations de romans en BD Auteurs Canadiens

Début 1830, au cours de ses voyages à travers l'Andalousie, un archéologue français croise à plusieurs reprises la route de Don José, un bandit de grand chemin. Lors de leur dernière entrevue, ce dernier lui raconte son histoire : comment soldat, il est devenu déserteur, meurtrier, contrebandier pour l'amour d'une gitane, la troublante Carmen, une beauté sauvage pour qui il encourt la peine de mort. Textes de l'Editeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Janvier 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Carmen, de Prosper Mérimée
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2012 | Pierig
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Carmen évoque pour moi un célèbre opéra parmi les plus joués au monde. Comme je ne fréquente pas l’opéra, je ne connaissais pas du tout son histoire. La bd me permet de combler une grosse lacune de nature purement culturelle. D’ailleurs, tout comme l’opéra créé en 1875, la bd se base sur l’œuvre de Prosper Mérimée écrite en 1845 en pleine époque romantique. Nous avons une histoire de femme fatale, de celle dont on tombe éperdument amoureux et qui nous brise littéralement dans une douce et mélancolique folie baignée par la jalousie. La bohémienne andalouse au regard brûlant ne dit-elle pas qu’elle est le diable en personne ? Pour autant, on s’attache à ce parcours chaotique dans l’Espagne du XVIème siècle aux sons des cloches de Séville. Nul ne peut résister à ses charmes. La gitane va entraîner dans sa chute un jeune brigadier qui devient son amant et qui va verser dans la contrebande à ses risques et périls. Le drame des amours impossibles nous est conté de manière assez plaisante pour ne pas déstabiliser le lecteur en quête de références par rapport à l’opéra de Bizet. L’œuvre se veut fidèle à la littérature originale. Le trait est légèrement courbé mais il a l’avantage de donner une imagerie mi-chorégraphique dans ses postures et ses décors à la chaleur ibérique. Au final, une adaptation très plaisante de Carmen.

09/07/2012 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Pour tout dire, je ne connais pas l’œuvre originale de Prosper Mérimée. Je sais juste que sa nouvelle a inspiré un opéra, le plus connu paraît-il. Le dessin de Denis Goulet est à l’avenant et tranche avec sa précédente publication (Les Commerciaux). On dirait un mélange de Blain et Cavanave avec une belle fluidité dans le mouvement. Côté scénario, j’ai moyennement accroché. La faute à un sujet qui ne m’a guère interpellé. Cette histoire d’un soldat qui devient bandit pour les beaux yeux d’une gitane, ça a un petit côté désuet et énervant. Certes la gitane est belle mais elle a un caractère de cochon, alors à quoi bon tout perdre pour elle, même sa vie ? Je ne dis pas que l’adaptation n’est pas une réussite, je suis incapable de juger. Je dis juste que l’histoire ne me botte pas. Ca se lit bien une fois puis ça s’oublie …

13/02/2012 (modifier)