Mona Street

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)

Mona Steet est une étudiante américaine de la Belle Epoque.


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Auteurs Italiens Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Surtout, ne vous fiez pas à son air innocent. Car derrière des corserts serrés, sous ses robes à volants, se cachent d'aguichantes guépièes et des culottes à rubans. Cette jeune ingénie n'aime rien tant que de faire tourner la rête aux hommes et rendre jalouses ses amies Mais après tout, n'est-ce-pas ce que nous cherchons (texte éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Octobre 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mona Street
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

02/02/2012 | herve
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Cette série est vraiment une belle réussite du genre, sans doute la meilleure que Frollo ait réalisée. D’abord son trait très fin, quasi stylisé, très bien mis en valeur par l’utilisation de crayonnés à peine retouchés ou encrés : son dessin précis est très beau. En particulier pour les dessous féminins, et plus généralement les décors et ambiances de la Belle époque, dans laquelle se déroulent les petites histoires. Dessin très fouillé, ne sacrifiant pas les détails. On dirait parfois des dessins de mode. Mona, fausse ingénue, narre ses aventures (de son initiation aux plaisirs du sexe, à recevoir et à donner), amours le plus souvent lesbiens, mais aussi hétérosexuels. Frollo alterne ainsi les scènes (mais avec un réel effort de scénario) et, comme pour le dessin très léché (pardonnez-moi cette image ici), il mise sur une certaine élégance, une ambiance bourgeoise rétro. Rien ici d’extraordinaire, les femmes – Mona la première – ne sont pas des bombasse aux seins gonflés, et les scènes de sexe relèvent souvent plus d’un érotisme raffiné (mais non dénué de perversité, jouant souvent sur des penchants sadomasochistes) que d’une pornographie endiablée. Frollo en profite aussi pour se moquer de la fausse pudibonderie, de la morale hypocrite de la haute société américaine, ce côté ironique, souligné par les commentaires de Mona, n’étant pas désagréable. Le résultat est vraiment très bon, émoustillant, très agréable à lire : c’est une lecture recommandable donc.

27/05/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Leone Frollo est un véritable dieu de la BD érotique italienne, il a forgé sa réputation dans de nombreux pockets populaires où il était parfois obligé de dessiner vite et bien en simplifiant son trait ; à l'époque où je lisais ces pockets, je faisais mon service militaire, je consommais la BD plus que je ne l'appréciais, ce n'est que plus tard quand j'ai approfondi mes connaissances que je peux affirmer sans prétention pouvoir faire partie des connaisseurs capables de reconnaître une fille dessinée par Frollo d'une autre dessinée par Angiolini ou Fenzo. Mais à la fin des années 80, lorsque les pockets érotiques ont commencé à accuser un net recul des ventes suite aux K7 vidéo, Frollo a ralenti son rythme tout en acceptant de fignoler son style ; ça a commencé d'abord avec Casino en 1985, et en 1988 il entreprend "Mona Street" qui reste à ce jour sa série la plus soignée graphiquement, tout en prouvant qu'il était aussi capable de créer une oeuvre forte et originale dans le genre, au ton raffiné et pervers, souvent d'une grande audace mais sans vulgarité. Le sujet choisi se prête parfaitement au décor de cette Bd qui brocarde la morale rigide et puritaine américaine ainsi que les moeurs aristocratiques vénitiennes de la Belle Epoque à travers certaines scènes torrides. Frollo excelle dans ses dessins de femmes élégantes et sophistiquées, à la lingerie affriolante, son trait est d'une belle pureté. Au début, ça m'a surpris étant tellement habitué au style rapide des années 70, mais j'ai vite décelé sa patte unique qui sait admirablement rendre une fille craquante. De l'érotisme raffiné qui régale la vue et les sens. Décidément, vu la qualité des ouvrages proposés, cette collection Erotix chez Delcourt s'impose comme une collection de référence.

04/04/2014 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Leone Frollo, auteur de la série déjà remarquable et remarquée Casino ("maison close" en français) nous offre là de nouvelles aventures érotiques avec "Mona Street", publiée pour la première fois en 1988, aux éditions Dominique Leroy. Cette superbe intégrale reprend l'ensemble de la vie de Mona, fausse ingénie mais vraie déesse vouée au sexe. Tout d'abord, il faut souligner le dessin admirable de Frollo, un dessin plus fouillé et plus précis que celui employé sur Casino. D'ailleurs, contrairement à cette série, les décors, les détails, voire les dialogues sont plus riches. On rencontre même dans cet album, la dame patronne de "One Two Two", déjà présente dans Casino Leone Frollo développe tout son talent dans cette édition définitive, en dessinant avec maestria les lingeries, et tenues du début du XXème siècle. Plus proche des "Claudine" de Colette & Willy que de la bd pornographique, cette intégrale possède un charme désuet mais si magnifiquement mis en page, que l'on ne peut s'en détacher. Alternant dessin encré et esquisse, cet album est, à mon avis, l'un des plus remarquables édités par Delcourt, dans la collection Erotix.

02/02/2012 (modifier)