Colt Bingers l'insoumis

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Colt Bingers, un flic dont les méthodes ont gardé quelque chose de la franche brutalité des pionniers, protège avec efficacité les rues de New York. Mais sa vie bascule dans l'horreur le jour où sa femme se fait sauvagement assassiner par un mystérieux borgne unijambiste. Ivre de douleur, Colt n'a plus qu'une idée en tête : venger la mort de la femme qu'il aimait. Dans l'immensité sauvage des Etats-Unis d'Amérique, c'est une traque à moto qui débute alors, une traque qui sera sans pitié...


Magazine Fluide Glacial [USA] - Les déserts Nord-Américains

Colt Bingers, un flic dont les méthodes ont gardé quelque chose de la franche brutalité des pionniers, protège avec efficacité les rues de New York. Mais sa vie bascule dans l'horreur le jour où sa femme se fait sauvagement assassiner par un mystérieux borgne unijambiste. Ivre de douleur, Colt n'a plus qu'une idée en tête : venger la mort de la femme qu'il aimait. Dans l'immensité sauvage des Etats-Unis d'Amérique, c'est une traque à moto qui débute alors, une traque qui sera sans pitié...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Janvier 2009
Statut histoire Série terminée (Saison Two uniquement dispo dans l'intégrale) 2 tomes parus
Couverture de la série Colt Bingers l'insoumis
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

20/10/2011 | Jetjet
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu cette série dans une belle intégrale (dont la moitié n’avait pas été publiée en album), qui présente deux « saisons » de cette parodie de séries policières américaines. Le postulat est on ne peut moins crédible, et on ne peut plus débile. Le héros, Colt Bingers (déjà, rien que le nom !...), ancien flic, est à la recherche du meurtrier de sa femme, qui n’a pu être identifié. Seuls indices, c’est un borgne unijambiste ! Et le voilà parti dans un road movie absurde, où chaque épisode le fait rencontrer un, voire plusieurs handicapés des yeux et des jambes. C’est fou le nombre de borgnes unijambistes vivant aux Etats-Unis d’ailleurs ! Il est vrai que Colt pratique une régulation brutale de leur population – souvent à son corps défendant… C’est absurde, très con – même si je m’attendais à ce que cela parte un peu plus dans des délires outranciers. C’est aussi une parodie des séries qui inondent nos écrans, avec enquêtes à rebondissement, enquêteurs du FBI (ici complètement crétins et/ou survoltés, en tout cas inefficaces). A noter que le duo du FBI inverse les clichés habituels de ces séries, avec une femme au langage fleuri et toujours prête à dégainer et un homme plus cérébral aux théories fumeuses. Peut-être pas hilarant, mais globalement sympa. La parodie assumée des productions américaines est accentuée par le dossier final, version débile d’un dossier de presse, d’interview d’auteurs, autour du prétendu phénomène de société qu’aurait constitué la publication de cette série. Ce dossier est plutôt drôle ! Note réelle 3,5/5.

17/06/2016 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Ouch … c’est du lourd. Mais du bon, du désopilant, de l’excellent même ! Colt Bingers, c’est un pastiche tellement énorme de l’américain type que ça le rend encore plus crédible. Sous forme de courts chapitres, on suit Colt Bingers, ancien flic ayant remis son étoile, dans sa traque sans pitié du meurtrier de sa femme … un borgne unijambiste. Et sa traque en Harley va faire du grabuge. Après tout, on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Le ton feuilletonnesque de cette fresque folle, alliant parodie de séries télés et situations absurdes, est bien décortiqué par Jetjet. Bref, voici une caricature des déviances d’une nation qui est bigrement bien foutue. C’est énorme mais tellement vrai … Très très réussi !

06/01/2014 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Un véritable hasard en librairie m’amène aujourd’hui à parler de Colt Bingers et de sa quête sanguinaire pour retrouver l’unijambiste borgne qui a tué feu son épouse. Et un heureux hasard puisque sans être la bd de l’année, on passe un agréable moment de divertissement sans prise de têtes avec ce héros pas banal. Par contre c’était une véritable prise de risques que de choper un album Fluide Glacial sachant que l’on atteint rarement les cimes de l’humour même trash avec leurs publications mais le bon souvenir d’un Zumbies chez le même éditeur m’a encouragé à réitérer le risque… De Zumbies justement, Colt Bingers a conservé une certaine classe dans ses couleurs bi-chromiques datées rappelant le rouge et le bleu d’un drapeau US bien fatigué et délavé. Cette sombre histoire de vengeance sur fond d’humour et de parodies de séries US ne se détourne pas de sa tâche première, divertir et faire sourire. Le rire aux éclats et les surprises ? Inutile d’en chercher par ici ou retournez lire Zumbies car rien de tout cela ici. Cela fait-il de Colt Bingers une œuvre mineure ? Surement mais son coté sérialesque et feuilletonnesque remplit tout à fait le contrat : nous faire passer un bon moment à condition de ne pas être trop exigeant. Découpé en plusieurs petites histoires de 5 à 6 pages, l’histoire raconte inlassablement comment cet ancien flic au physique de Clint Eastwood s’en va bourlinguer en rayban et magnum sur sa moto à la recherche de tout borgne unijambiste qui devient un coupable potentiel. Et faut reconnaitre qu’il n’a pas son pareil pour en rencontrer, pour les dessouder de suite avant de se rendre compte de leurs alibis post mortem. Le tome 1 n’est qu’une succession de ces traques mais Colt n’est pas le seul bras cassé de l’histoire, un couple d’agents du FBI sûrs d’eux et passablement incompétents sont à sa poursuite avec un bon train de retard. Voir ainsi parodier pêle-mêle des séries comme Le Fugitif, K 2000 ou X Files a un petit coté réjouissant. Tout n’est certes pas hilarant mais le coté absurde des situations ainsi que le grotesque des personnages donne un ensemble sympathique. Le dessin est assez parodique et évolue dans le bon sens au fur et à mesure de l’histoire. On est proches d’un style lorgnant entre Matt Groening des Simpsons et le Trondheim des Lapinot. Conscient des limites de leur histoire, les auteurs mettent un terme final à ce road trip funeste et funèbre à l’issue du second tome où les éventuelles zones d’ombre seront levées. Loin d’être indispensable cette histoire a eu quand même le mérite de me scotcher et je n’avais de hâte que d’arriver à sa conclusion. Malgré son chapitrage mille feuille favorisant la publication dans le mensuel Fluide Glacial, l’évolution reste fluide et agréable. En conclusion, Colt Bingers est une jolie madeleine de Proust loin d’être indispensable et qui manque parfois peut-être d’audace mais qui reste unique en son genre. Un bon moment de lecture absurde et « no brainer » que je ne regrette pas. En apparté : Le seul gros point noir vient de Fluide Glacial, l’éditeur qui se fout éperdument de son lectorat puisqu’après l’expérience Commando Torquemada, il est à noter que le tome 2 n’est disponible qu’avec la belle édition intégrale que je viens de lire et donc les malheureux propriétaires du premier tome devront donc repasser à la caisse s’ils veulent compléter leur collection. Les auteurs s’en excusent dans les bonus que comporte cette intégrale par ailleurs…

20/10/2011 (modifier)