Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

L'Ascension du Haut Mal

Note: 3.62/5
(3.62/5 pour 21 avis)

Angoulême 2000 : Alph-Art du meilleur scénario pour le tome 4. Le récit auto-biographique de l'enfance de l'auteur au côté de son frère gravement épileptique. L'auteur poursuit cette "histoire" dans Babel (Vertige Graphic).


Angoulême : récapitulatif des séries primées Autobiographie David B. Enfance(s) Handicap L'Association Maladies et épidémies Noir et blanc

Dans ces albums, David B. raconte son enfance qu'il a passé auprès d'un frère souffrant d'épilepsie grave. Il raconte l'évolution de la conception qu'il se faisait du monde, au cours de ces années, sa relation à la maladie de son frère. Et surtout la conception du bien et du mal qui en découle. L'ascension du haut-mal est le récit poignant d'un enfant qui se posa très tôt quelques questions essentielles. Il est aussi le récit d'un auteur qui n'hésite pas à fouiner ses vieux souvenirs et à les exposer pour mieux se découvrir. La série comptera six tomes au final. Prix Jacques Lob, 1997. Prix Coup de Coeur, Sierre 1997.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1996
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série L'Ascension du Haut Mal

20/06/2002 | ArzaK
Modifier


J'entends dire du bien de cette série depuis des années mais, à cause des couvertures et du titre un brin impressionnant (on est bête, parfois!) je ne l'ai lue que récemment. Par contre, là je me suis envoyé les 5 tomes en quelques jours !! David B. a de toute évidence un imaginaire exubérant, beaucoup de courage et d'honnêteté lorsqu'il décrit sa relation avec son frère. Et cette façon d'exprimer tout ce qui est abstrait, et notamment le trop plein de ses émotions, en employant des métaphores visuelles qui m'évoque l'univers aztèque (impression très perso), en nourrissant ces planches de sortes de frises ou d'animaux fantastiques, de guerriers de toutes sortes,... Tout concourt à faire de "L'Ascension du Haut-mal" une BD à part, au symbolisme très riche (l'image de son frère qui arrive à l'hôpital avec sa maladie et, dans sa chambre, la range dans un placard comme un fardeau monstrueux qui ne le quitte jamais, c'est simple, mais génial !), et un témoignage poignant autant que sans concession sur l'épilepsie vécue au quotidien. Mais, c'est aussi plus que cela, comment un enfant confronté à cette situation va développer un système de défense par la création d'un monde imaginaire et un moyen d'expression : le dessin et comment celui-ci va transformer sa vie. C'est très fort !

25/04/2004 (modifier)