Boitelle et le Café des Colonies

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

C’est une des nouvelles "rurales" les plus étonnantes de Maupassant car elle met l’accent sur le racisme paysan et la peur de l’étranger à la fin du XIXe siècle.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Adaptations de romans en BD La Normandie Maupassant Racisme, fascisme

En Normandie, Antoine Boitelle, spécialiste des besognes malpropres (il nettoie les fosses, les fumiers…), a connu quand il était soldat au Havre la serveuse noire du Café des Colonies, dont il tomba amoureux. Désireux de l’épouser, il la ramène au village pour la présenter à ses parents. Et c’est l’incompréhension la plus totale ! Parents et villageois n’acceptent pas cette femme noire…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Boitelle et le Café des Colonies
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2011 | Erik
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

C'est à la suite de la parution -suivie d'un beau succès- de Facteur pour femmes que son duo d'auteurs a pu proposer son "Café des colonies" à son nouvel éditeur, Bamboo. L'occasion donc de retrouver cette nouvelle de Maupassant adaptée par Didier Quella-Guyot, relative au racisme ordinaire dans la campagne normande à la fin du XIXème siècle. Un sujet insuffisamment traité, surprenant -ou pas- dans l'oeuvre de l'auteur de Bel-Ami ou Le Horla qui révèle un vernis social assez puant. Pourtant, même s'il ajoute quelques scènes au récit original de Maupassant, Quella-Guyot ne charge pas trop les personnages, les regards, les attitudes suffisant parfois. Et en cette période où certaines idéologies nauséabondes sortent à nouveau du bois, il est bon de se souvenir qu'il y a une centaine d'années on en était déjà là, comme en témoigne le zoo d'humains que Boitelle et Norène visitent... On sent toutefois que les auteurs n'avaient pas encore la maîtrise qu'ils ont pu acquérir par la suite avec Papeete 1914 et donc Facteur pour femmes. Un petit manque de fluidité dans le récit, mais aussi des débuts encore hésitants -sur un récit long- mais prometteurs pour Sébastien Morice. On perçoit déjà cette élégance, cette finesse qui vont faire son succès, même si bizarrement j'ai eu l'impression qu'il y avait un filtre d'atténuation des couleurs sur certaines planches. Un album vraiment intéressant.

31/12/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Tiens, encore une adaptation. J'ai le chic pour tomber là dessus en ce moment :) Et celle là concerne une nouvelle de Maupassant que je ne connaissais pas : "Boitelle" C'est le duo qui s'est fait remarquer l'an passé pour sa très belle série Papeete 1914 qui fait ici ses premières armes. Et premier constat : c'est bon. Le sujet est intéressant (le racisme en pleine période coloniale en France) et bien traité et le graphisme de Sébastien Morice est somptueux. C'est chaud, lumineux, bien découpé, fluide : bref, ça se lit tout seul ! Une adaptation qui donne envie de retourner plonger le nez dans ses classiques de la littérature, c'est plutôt bon signe, non ?

24/04/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Je ne connaissais pas cette nouvelle de la littérature classique. Aussi, cette adaptation de Maupassant m'a permis de la découvrir alors que je ne l'aurais plus lue du tout à moins de retourner à l'école. Le support bd a le mérite d'élargir le public. Nous avons ici une approche originale du thème du racisme à la fin du XIXème siècle. C'est fou que les choses ont changé en l'espace d'un siècle. Qui, de nos jours, irait demander à ses parents de bien vouloir l'autoriser à épouser la femme de sa vie qui serait de couleur ? Je déplore le manque d'audace de notre héros qui ne connaîtra plus le frisson du grand amour. C'est triste d'en arriver là. Le pire, c'est que l'actualité est là pour nous rappeler tous les jours que le racisme existe encore. Ce n'est malheureusement pas un anachronisme ! Une lecture en tout cas agréable pour une bonne fluidité de l'ensemble ce qui n'était pas évident au premier abord s'agissant de littérature classique. Une bonne adaptation en tout cas !

18/04/2011 (modifier)