Paquebot

Note: 3/5
(3/5 pour 7 avis)

Intrigue politico-policière sur un paquebot après la seconde guerre mondiale.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide La BD au féminin Marine moderne Pierre Christin

L'Horizon, paquebot de luxe chargé de rouvrir la ligne française d'Extrême Orient après la seconde Guerre Mondiale, quitte Marseille pour Saigon. A son bord, une clientèle dorée sur tranche : Géraldine Moustier-Loÿs, écrivain mondain ; Sybille de Liedekerke, femme d'ambassadeur et insupportable mijaurée ; Déborah Silverhell, jeune et richissime Américaine ; Don Manuel Ozozco de la Pena, hispanique très pointilleux sur les mélanges de darjeeling et de lapsang ; un cheikh, son harem et ses chameaux, etc. Sans oublier un aviateur en quête d'héroïsme, un passager clandestin, une crapule à identité variable, un chef mécanicien CGT qui croit dur comme fer à la lutte des classes et un larbin qui y croit beaucoup moins. Tout le monde, armé d'un plan du paquebot (également fourni au lecteur) semble chercher quelque chose. Et au fil du voyage, il s'avère que personne n'est vraiment ce qu'il prétend être. Même pas l'Horizon, qui jadis, s'appelait le Parsifal, et qui devait amener Hitler à New York en cas de victoire du troisième Reich.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1999
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Paquebot
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

17/06/2002 | okilebo
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Ce qui me plait tout de suite en ouvrant cet album, c'est le dessin de Goetzinger qui est d'une belle pureté graphique, propre et soigné, j'aime cette fluidité sur les décors et les personnages, avec toujours cet aspect sensuel très agréable à regarder, un style bien éloigné de celui de ses débuts qui s'inspirait du style Art nouveau, comme dans Casque d'Or. Le récit en lui-même peut présenter un intérêt, car Christin a rassemblé sur ce paquebot une sorte de microcosme de la société d'après-guerre, aussi bien la haute société que le prolétariat symbolisés par des personnages bien typés. Mais à la longue, je n'ai pas été passionné par cette lecture un peu laborieuse et tous ces marivaudages mondains, il n'y a pas de rythme, c'est trop statique ; certains avis précédents mentionnent Agatha Christie et son roman "Mort sur le Nil" (devenu ensuite un excellent film de Poirot avec Ustinov), oui c'est vrai que à première vue, ça peut s'en approcher, mais ça s'en écarte très vite, et surtout cette histoire était bien plus passionnante. Dommage, même si l'intention est bonne, le développement dans cette Bd m'a plutôt laissé indifférent, le dessin de Goetzinger étant le stimuli qui m'a aidé à lire en entier cet album.

31/08/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Le genre de bande dessinée dont je ne suis pas sûr si j'ai aimé ou détesté la lecture. Le scénario comporte des idées intéressantes et il y a des personnages bien pensés, mais le rythme est trop lent. Je sais que c'est pour montrer chaque protagonistes de l'histoire et créer une atmosphère (enfin, c'est ce que je pense), mais en même temps ça manque un peu trop de rebondissements pour que je trouve ça totalement captivant. Et puis, paradoxalement, la fin arrive un peu vite. C'est comme si le scénariste avait soudainement marre de son récit et qui voulait le conclure rapidement.

29/07/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

L'argent caché des nazis en Suisse est un thème déjà abordé dans plusieurs Bd. Il n'y a rien d'original là-dedans. La vie sur un paquebot paraît plutôt intéressante à première vue. Cette Bd se laisse lire même si elle respire un certain académisme désuet. Cependant, tous ces personnages friqués qui se font des ronds de jambe, ce n'est pas mon truc! C'est vrai qu'à un moment, j'ai cru voir des accents de "Mort sur le Nil" d'Agatha Christie. Néanmoins, là où il y aurait pu y avoir un dénouement intelligent, c'est finalement une vaste farce. La fin de cette histoire d'espionnage m'a laissé un goût amer alors que le début était prometteur. Je ne risque plus de m'aventurer sur la croisière de l'Horizon.

02/09/2007 (MAJ le 27/02/2009) (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Un projet qui aurait pu être mieux abouti. Le scénario est bien mené dans la montée en puissance, on découvre tranquillement le lien entre les personnages et il faut attendre la seconde partie de la BD pour comprendre le fond de l'intrigue. Par contre, c'est parfois décousu, certains personnages sont trop marqués, voire pénibles, et la fin m'a paru expédiée. Le dessin est correct mais pas exceptionnel et les couleurs pastels sympas. Des longueurs couplées à des raccourcis dans l'histoire font que je n'ai pas trop apprécié l'ensemble. Avec ce format de 78 pages, je pense qu'il y avait moyen de mieux traiter ce récit.

09/10/2007 (modifier)
Par klechko
Note: 3/5

Une Bd dont l’intrigue est bien construite et dont les dessins et la narration retransmettent très bien l’époque de l’après guerre telle que l’on peut se l’imaginer avec ses modes vestimentaires, son vocabulaires et ses courants politiques. Toutefois, si je dois reconnaître à ce one shot des qualités indéniables et notamment une idée originale pour traiter le sujet sensible de l’argent des juifs placé en Suisse par les nazis, je suis globalement peu enthousiasmé par cette œuvre pourtant très cohérente, mais elle ne m’a procuré que très peu de plaisir à la lecture. C’est pas mal point.

20/02/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Original. Partir de l’anecdote de la mort et de la renaissance d’un paquebot pour évoquer l’un des sujets sensibles/tabous du 20ème siècle, les comptes nazis en Suisse, c’est original. Christin ménage bien le suspense, on a du mal à comprendre ce qui unit les différents protagonistes. En quelque sorte, on a là un récit à la Agatha Christie, comme en atteste un dialogue à la fin de ce long album. Rapports passionnels, haines xénophobes ou mépris social, un environnement en huis clos (un paquebot), mystère, personnages brouillant les pistes, tout y est. A noter les visages des personnages, sans doute inspirés par des célébrités des années 1930 à 1950. Pour ma part, je n’ai reconnu que Staline et Clark Gable. Mais aussi Christin lui-même, René Goscinny ou encore Jacques Martin (oui, l’auteur d’Alix) ; mais je me trompe probablement. Christin a utilisé des noms très connus à Bordeaux pour nommer ses personnages ; il n’oublie pas la région où il vit et enseigne. Le dessin de Goetzinger est très plaisant à regarder, peut-être un poil figé, mais il correspond très bien au style « Agatha Christie ». De même, il n’y a que très peu de fautes de perspective, les tons pastels se mariant bien avec son style graphique.

16/06/2004 (modifier)
Par okilebo
Note: 4/5

A première vue, on a l'impression d'être dans un remake du roman d'Agatha Christie, "Mort sur le Nil" façon bd. Mais après lecture des 76 pages, la relation avec le bouquin précité est totalement oubliée. L'intrigue, ici, est beaucoup plus ambiguë. On navigue dans l'espionnage à tournure politique le tout baignant dans une ambiance typiquement bourgeoise d'après-guerre. Les couleurs un peu délavées du dessin de Annie Goetzinger accentuent encore plus cet aspect. En bref, un bel objet !

17/06/2002 (modifier)