Combustion spontanée

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 9 avis)

Jake Raynal, l'un des auteurs les plus absurdes de l'écurie Fluide.


Absurde Fluide Glacial, le best-of Humour noir Magazine Fluide Glacial

Préparez vous à découvrir et à éclaircir les mystères qui assombrissent notre belle réalité! Jake Raynal vous propose un joyeux voyage au coeur de l'étrange... Si vous désirez en connaître plus sur les inconvénients du surnaturel, sur les mystérieux cas de combustion spontanée, sur les problèmes techniques que posent les exécutions capitales... cet album est fait pour vous.... Qu'est-ce que le drame du présentéisme actif? Le syndrome de Stockholm? Peut-on réellement en finir avec cet énergumène d'extra-terreste de Roswell? Tout cela vous le saurez en lisant ce magnifique album, disponible dans toutes les bonnes pharmacies et asiles psychiatriques agréés Fluide Glacial.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1998
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Combustion spontanée
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

13/06/2002 | ArzaK
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai mieux accroché à l'humour de Raynal ici que dans son autre album paru chez le même éditeur. Il faut dire que la plupart des sujets traités (souvent reliés au paranormal) par l'auteur dans cet album sont des sujets qui m'intéressent et j'ai donc bien aimé voir comme l'auteur pouvait tourner ses sujets en ridicule ! C'est typiquement de l'humour que j'aime. Les trucs les plus cons sont traités de manière la plus sérieuse et cela donne un décalage qui me fait éclater de rire. Cela me fait penser à ce qu'on fait des auteurs comme Alexis ou Goossens. Le dessin est très bien et j'ai souvent ri durant ma lecture. À lire si on aime l'humour pince-sans-rire et un peu absurde.

22/11/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Jake Raynal développe dans cet album un humour dans lequel il peut être un peu dur de rentrer, mais quand on y est… c’est vraiment jouissif ! C’est de l’humour pince sans rire, qui développe des théories pseudo scientifiques dans un premier degré feint, que le lecteur assimilera assez rapidement à un vingtième degré (au minimum, mais après j’ai arrêté de compter). Ce côté faussement sérieux dans la déconne totale n’est pas sans rappeler d’autres auteurs de l’écurie Fluide Glacial, comme Gotlib, le maître, ou Goossens (Alexis faisait ça très bien aussi dans Pilote). Mais en fait cet absurde assumé jusqu’au bout, ce non-sens absolu et délirant se rapproche plutôt de l’humour anglais à la Monthy Python. Ce délire foutraque est bien servi par un beau dessin en Noir et Blanc de Raynal, qui accentue artificiellement le côté mystérieux des théories loufoques qu’il développe. Inégal, mais globalement ça vaut vraiment le détour ! A noter que Jake Raynal participe aussi à une autre série plutôt loufoque (dans un registre un peu moins absurde mais tout aussi comique et intéressant), l’inénarrable Francis. Note réelle 3,5/5.

20/03/2015 (modifier)
Par jul
Note: 3/5

Combustion spontanée j'ai lu ça au fur et à mesure dans Fluide glacial. Cela paraissait au moment où j'achetais ce magazine régulièrement. Cette petite bande tranchait nettement avec le reste car nous avions affaire là à un humour absurde très fin et second degré. Il m'a fallu plusieurs n° pour pouvoir vraiment apprécier cet humour très pince sans rire. Car au début je n'ai pas bien compris où Raynal voulait en venir. Cette bande est arrivée dans Fluide sans prévenir et je n'étais pas habitué. De petits récits narrés sur un ton ultra sérieux traitant de thèmes paranormaux ou surréalistes. Je me rappelle de l'histoire de la combustion spontanée par exemple, ou celle de la femme qui doit se laver constamment. C’était donc très subtil, avec un graphisme en noir et blanc très subtil également. Cette bd n'avait en fin de compte rien à voir avec l'humour gras d'Edika, Gaudelette ou Hugot. Peut être plus proche de Lelong (quoique n'ayant rien à voir). Cela n'aurait pas démérité dans "à suivre" ou dans l'association. 3,5

25/01/2014 (modifier)
Par jurin
Note: 2/5

Très moyen, un humour plat, quelques sourires sans plus. L’histoire qui sort vraiment du lot : « difficile de bien faire l’amour dans ces conditions » Dommage.

22/05/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un humour absurde servi par un dessin assez sombre d'aspect et une narration pince-sans-rire. Il y a un peu de Goossens dans le ton mais l'atmosphère est moins délirante et le décalage plus discret. La narration un peu bavarde m'a fait moyennement accrocher aux récits, aussi courts soient-ils. Et même si j'ai souvent souri, j'ai rarement ri. Ce n'est pas suffisamment percutant et original à mon goût. Cela reste toutefois de bon niveau et le dessin a une certaine classe et une certaine personnalité, j'en conseille donc la lecture aux curieux.

25/03/2010 (modifier)
Par Kikid
Note: 4/5

Voilà un album Fluide Glacial vraiment drôle. Passant du sérieux à l’absurde le plus total en un clin d’œil, Jake Raynal touche à tout un tas d’histoires surnaturelles non élucidées pour nous donner sa version des faits. Et ça marche, les histoires sont bien trouvées et les chutes sont bonnes. On peut peut-être ressentir une baisse de régime vers la fin, mais dans l’ensemble c’est très drôle. L’humour est délicieux et les textes jamais ennuyants. Quant aux dessins, j’ai particulièrement aimé le fait que tout soit représenté de façon assez sérieuse. L’effet n’en est que renforcé lorsque les personnages se mettent à débiter leurs âneries. C’est sûr qu’il y a plus beau comme graphisme, mais ici il y a vraiment un équilibre avec le propos et l’humour, tout est homogène. De plus, l’auteur joue très bien avec le noir et blanc et le contraste entre les deux est du plus bel effet. « Combustion Spontanée » est sans hésiter un album à posséder dans toute bonne collection Fluide Glacial. Les idées pour les histoires sont bonnes, l’humour est génial, le dessin s’accorde parfaitement avec le reste, bref si vous voulez rire un bon coup et que vous aimez l’absurde, aucun doute que ça peut vous plaire. Un album pas prétentieux pour un sous, qui comble toutes les attentes qu’on peut en avoir. J’ai en tout cas pris beaucoup de plaisir à sa lecture et ne dirais pas non à découvrir d’autres œuvres de cet auteur.

17/04/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 5/5
L'avatar du posteur Miranda

Pour l'instant nous sommes tous d'accord, c'est une excellente bd, mais je dirais même mieux, il y a du génie là-dedans. Des histoires courtes, décalées, parodiques et d'une grande intelligence. Les grands sujets de notre civilisation tournés en dérision, anéantis, piétinés, sans remords. Superstitions, croyances, peine de mort, chômage, extraterrestres, super-héros, politiques, sexe, etc. Même le Père Noël en prend pour son grade. Si les deux premières histoires peuvent paraître un peu légères, les autres vont crescendo et sont toutes du même niveau. A cela s'ajoute un dessin noir sur blanc ou blanc sur noir, sans nuances, comme les deux faces d'une même vérité. Et quelle que soit celle que vous choisirez, que vous soyez d'accord ou pas, l'auteur fait flamber notre société, alors réchauffons-nous autour de ce feu de joie, et mort à la bêtise ! Combustion spontanée, Froutch… et tout part en fumée. A lire d'urgence !

15/03/2009 (modifier)
Par cac
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Franchement génial. Noir et absurde à souhait, un humour que ne renierait pas Goossens. Une dose de vulgarité, de sexe, juste ce qu'il faut. Par exemple "Le drame du présentéisme inactif" est excellent : - Ils arrivent très tôt le matin et restent très tard le soir, que font-ils entre temps ? - Rien Et d'enchaîner avec le père Noël, un des patrons confronté à ce problème. Le dessin ne sera pas du goût de tous, très encré, mais je l'aime :) Je l'ai lu en bibliothèque et c'est bien le genre de choses que j'achèterai à l'occasion.

17/07/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

L'une des plus belles réussites de ces dernières années chez Fluide. Jake Raynal (est-ce un pseudonyme?) est un auteur extrêmement prometteur. Son sens de l'absurde et de la dérision font mouche dans cet album décalé qui approche du 67e degré (à 68°, on meurt). J'ai du mal à le comparer à un autre auteur, car son travail est d'une très grande originalité. Son sens de l'absurde évoque certes Goossens mais son dessin et le côté "noir" de ces histoire est très différent.

13/06/2002 (modifier)