La Chair de l'araignée

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

En passant d’un désintérêt bénin à un dégoût violent de leur corps, une jeune femme et un jeune homme sont tombés malades : ils ne s’alimentent pas suffisamment et mettent leur santé en danger. Sur le palier du psy, ces deux-là finissent par se croiser, et se comprennent, forcément.L’amitié va-t-elle leur permettre de sortir de cette spirale morbide ? Le suspens est intolérable, tant il est inconfortable de rentrer avec tant d’empathie dans la peau de ceux qui s’y sentent si mal. Mais le malaise est transcendé par la poésie de l’album, et la beauté du trait et des couleurs de Marie Caillou. Une auteur déjà célèbre au Japon, contributrice au film Peur(s) du Noir, et dont le dessin est un savoureux mélange de ses principales sources d’inspiration : l’école US (Chris Ware en tête), le manga d’auteur et la ligne claire franco-belge.Un album marquant.


Douleurs intimes Gays et lesbiennes Psychanalyse

En passant d’un désintérêt bénin à un dégoût violent de leur corps, une jeune femme et un jeune homme sont tombés malades : ils ne s’alimentent pas suffisamment et mettent leur santé en danger. Sur le palier du psy, ces deux-là finissent par se croiser, et se comprennent, forcément.L’amitié va-t-elle leur permettre de sortir de cette spirale morbide ? Le suspens est intolérable, tant il est inconfortable de rentrer avec tant d’empathie dans la peau de ceux qui s’y sentent si mal. Mais le malaise est transcendé par la poésie de l’album, et la beauté du trait et des couleurs de Marie Caillou. Une auteur déjà célèbre au Japon, contributrice au film Peur(s) du Noir, et dont le dessin est un savoureux mélange de ses principales sources d’inspiration : l’école US (Chris Ware en tête), le manga d’auteur et la ligne claire franco-belge.Un album marquant.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Octobre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Chair de l'araignée
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

21/11/2010 | Ems
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

L'Anorexie est une maladie que je rejette au point de rejeter également ses propres malades. Mais alors que je n'aime pas le sujet, cette BD a su me rendre assez touchant voire presque comprendre la maladie de ses deux héros. Elle aborde en effet le thème avec douceur, justesse et élégance. Élégant, j'ai trouvé que le dessin l'était avec son trait clair et ses couleurs nettes. Les nez ronds rappelant un peu les museaux animaliers à la Disney m'ont un peu surpris mais on s'y fait et ça donne une certaine personnalité au graphisme. Il ne se passe pas grand chose dans le récit mais on ne s'y ennuie pas. On suit la rencontre entre deux jeunes gens, tous les deux anorexiques et assez heureux de l'être. On assiste à leurs échanges, on est témoin de leurs vies et de leurs contradictions, leurs moments de hauts et de bas. On s'y attache doucement. Et finalement, la conclusion de l'album est assez optimiste ce qui est appréciable.

17/09/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ce one-shot se rapproche de La Ligne droite que j'ai découvert il y a peu. Il aborde un sujet difficile sans le nommer à savoir l'anorexie mais sans tomber dans la dramatisation. Je découvre que cela touche également les hommes. La nourriture devient un véritable dégoût qui reflète un certain mal-être. La rencontre de deux jeunes partageant le même psy marquera le début d'une expérience de vie. J'avais dans mes relations l'épouse d'un ami qui était atteinte de ce mal. C'était pas évident pour lui. Ils se sont séparés depuis. C'était pas évident de les inviter à dîner. J'ai compris bien des années plus tard que c'est un véritable problème psychologique pas évident à résoudre. Cependant, j'arrive à comprendre ces personnes qui souhaitent se démarquer de la toute consommation des aliments à outrance. C'est sans doute parce que je viens de perdre 17 kilos suite à un régime draconien. Il faut prendre conscience que le surpoids n'est pas une bonne chose non plus pour la santé. Encore une fois, tout est une question de trouver le bon équilibre. Cette bd donne à réfléchir.

27/04/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Moi j'ai toujours un peu de mal avec ce style de BD. L'anorexie est un sujet difficile, et je n'ai pas trouvé ce récit très très fin par moments. En fait la narration et le graphisme m'ont un peu gêné. Les personnages sont inexpressifs, limites caricaturaux, je trouve qu'ils manquent... d'épaisseur. Les visages dessinés par Marie Caillou ne me plaisent pas. La narration, elle, est éclatée, je ne me suis pas senti perdu, mais quelque chose manque. Sans moi.

08/12/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

"La chair de l'araignée" est un roman graphique traitant d'un sujet difficile : l'anorexie. Il aborde les tenants et les aboutissants sans tabous ni détours. Le récit est brut et ne cherche pas à ménager le lecteur. Cette franchise fait la force de ce one shot. On y découvre deux jeunes souffrant d'un même mal, ainsi que leur passé et la cause de leur psychose. Leur rencontre à la sortie d'un cabinet de psychiatre va se traduire rapidement par une colocation. Ils se comprennent parfaitement mais est-ce une bonne solution ? L'histoire fait la part belle à l'empathie du lecteur et aborde avec force et intelligence le sujet de l'anorexie. Il n'est pas question de donner des solutions mais de faire comprendre cette maladie peu comprise ou reconnue comme telle. Au dessin, on a le droit à un style étonnant (mélange de ses principales sources d’inspiration : l’école US (Chris Ware en tête), le manga d’auteur et la ligne claire franco-belge : source éditeur). L'ensemble est plaisant à lire, d'autres thèmes sont abordés et s'entremêlent avec le principal. Le final est à l'image du récit, je vous laisse la surprise. J'aurais aimé une couverture cartonnée pour cette BD, sinon pour le reste c'est excellent.

21/11/2010 (modifier)