Asterios Polyp

Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 23 avis)

Will Eisner Award 2010 : Best Graphic Album: New Angoulême 2011 : Prix spécial du Jury 2011 : Prix ACBD. Le premier roman graphique de David Mazzucchelli en 344 pages


Angoulême : récapitulatif des séries primées Comix Grands prix de la Critique ACBD Jumeaux, jumelles Will Eisner Awards

Asterios Polyp est un architecte dit de papier, c’est-à-dire que jamais rien n’est sorti réellement de ses plans. Pourtant celui-ci jouit d’une réputation mondiale car il enseigne l’architecture à l’université. Asterios plaque tout et part se faire engager comme mécano dans la ville bien nommée d’Apogee.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Octobre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Asterios Polyp
Les notes (23)
Cliquez pour lire les avis

09/11/2010 | JAMES RED
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Honnêtement, je ne vois pas trop ce que l’auteur a vraiment voulu exprimer tant il me semble brasser différentes thématiques n’ayant pas de lien entre elles de prime abord. On a tout d’abord le portrait d’un personnage que l’on pourrait qualifier de psychorigide qui se la pète. Un architecte qui n’a jamais rien construit mais dont les livres ont fait la renommée, il est imbu de sa personne et convaincu de son génie. Tout le long du récit, l’auteur va chercher à nous le faire comprendre voire aimer en l’humanisant. Par ailleurs, il y a toute une réflexion, parfois bien trop intellectuelle pour moi (j’avoue n’avoir rien compris à certaines phrases, même en les relisant lentement le cerveau en mode turbine), sur la gémellité, les attirances des contraires et la dualité du monde. Enfin, il y a une critique acide envers les milieux intellectuels et les artistes branchés. Ceci dit, même issu du « peuple », aucun personnage ne semble réellement normal. A la limite, le garagiste… et encore. Au final, seule la partie la plus « roman graphique » m’a convaincu. Au niveau du dessin, l’auteur mélange là aussi les genres. J’ai apprécié sa façon de visualiser la complémentarité/dualité du couple formé par le personnage principal et son ex-femme. Pour le reste, je n’ai rien vu d’exceptionnel dans ce trait. Bon, on va dire que c’est pas mal. C’est très personnel en tous les cas et si je ne vous dissuaderai pas de le lire, je vous conseille tout de même de passer par une location avant achat.

21/05/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Tiens, je pense être un peu à contre-courant sur ce coup-là... En fait je n'ai vraiment pas aimé ma lecture. le personnage central m'a horripilé du début à la fin, sans aucune interruption. C'est typiquement le genre de personne que je ne supporte pas au quotidien. Alors passer deux heures à lire sa vie, ce ne fut pas vraiment une partie de plaisir. Bien sûr, le but de l'auteur était de nous brosser un portrait de personne exécrable, et sur ce plan il a réussi. Mais j'ai aussi détesté le bouquin. Le graphisme ne m'a pas parlé, trop orienté arts déco/architecture pour moi. Je me suis forcé à le finir, persuadé qu'il y avait quelque chose qui valait le coup. j'ai trouvé que certains choix de mise en scène, de découpage, relevait un peu de l'audace, mais c'est tout ce qui le sauve de la purge éditoriale en ce qui me concerne. Allez, retour à la bibliothèque illico presto.

24/01/2014 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en attaquant cette lecture et au final il y a du bon et du moins bon pour moi. Graphiquement il y a plusieurs styles qui se mélangent. Il y a surtout des dominantes de couleurs selon si ce que l'on nous raconte est le présent ou un flash-back. J'ai trouvé que cela fonctionnait merveilleusement bien. En un coup d’œil on peut situer une scène dans le temps et comme l'alternance entre les périodes est très fréquente c'est un vrai plus. Coté histoire, j'ai plutôt accroché à la vie de cet architecte. La mise en place est suffisamment bien tournée pour donner envie de savoir ce qui a conduit le héros à la situation dans laquelle il se trouve. C'est aussi vrai pour sa nouvelle vie, on se demande comment il va finir et ce qui va bien pouvoir lui arriver. Bref que ce soit les événements du passé ou ceux du présent les 2 parties de cette histoire sont intéressantes. Par contre là où cela a moins marché avec moi c'est qu'il y a pas mal de séquences où les personnages dissertent sur différentes théories métaphysiques en tout genre. Et j'avoue que ça ne m'a guère parlé et guère passionné. En fin de compte un album original qui mérite une lecture, mais pour moi ce n'est pas l'oeuvre génialissime promise par certains des avis précédents.

07/01/2014 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yannis

Dur de passer après l'avis de Chalybs tellement celui-ci est détaillé et intéressant. Je dois avouer que j'ai longtemps hésité avant d'acheter cette BD. Etant bibliothécaire j'achète chaque année une ou plusieurs BDs primées à Angoulême pour le fonds de ma structure. Asterios étant primé et étant en plus un comics de Mazzucchelli je n'avais plus d'excuses. Et là grosse surprise. Le scénario m'a personnellement emballé. J'ai suivi les aventures de ce personnage avec un intérêt toujours plus croissant. Le personnage est assez antipathique car hautain et même si je ne le trouvais pas beaucoup mieux à la fin j'ai apprécié l'évolution qu'il a eu. Côté graphique j'ai beaucoup aimé c'est assez spécial mais je pense qu'il joue pour beaucoup dans mon 4 mais c'est purement subjectif. Donc une bonne bd dont j'ai apprécié la lecture et que je pense relire dans quelque temps pour me faire une meilleure idée.

01/10/2012 (modifier)
Par Chalybs
Note: 4/5

Alors, non, ne vous trompez pas sur ma note. En fait, cette BD est peut-être la première pour laquelle ma note ne reflète pas vraiment la passion ou l'intérêt que je porte réellement à cette œuvre. J'ai attendu plus de deux mois avant de me décider à écrire cet avis en me demandant comment j'allais bien pouvoir m'en sortir entre mon avis objectif et mon avis subjectif. Car, Astérios Polyp a été loin de créer en moi un élan de passion et d'intérêt qui m'aurait fait lire ce roman graphique sans possibilité de sortir ma tête de ses pages. Si je me base sur le scénario, en fait, je me suis un peu ennuyé. L’histoire en elle même est à mon sens relativement banale. Une histoire d'amour qui tourne mal. Un homme égoïste, égocentriste, un peu trop sûr de toute sa théorie qu'il maitrise sur le bout des doigts. Un homme tellement inspiré par lui même qu'il a du mal à connaitre et reconnaître d'autres que lui. Comment dans tout cela, aurait-il pu trouver l'amour. Alors forcément quand celui-ci frappe à sa porte, cet amour est son exact opposé. Son amie est instinctive, expérimentale, sentimentale, jouant de ses émotions et sentiments pour construire sa vie et son métier. Jusqu'au jour où forcément cela ne colle plus et qu'Astérios se retrouve seul. C'est à ce moment de sa vie que nous le retrouvons. Et c'est par flashback que nous apprendrons alors les détails de ce que je viens de raconter. Bref, une histoire d'amour comme il y en a beaucoup. En fait, Astérios Polyp, ce n'est pas l'histoire qui nous intéresse. C’est le sujet et c'est sa construction. Astérios Polyp, ce n'est pas une histoire, c'est une œuvre graphique à part entière, presque poussée dans certains de ces derniers retranchements. Astérios Polyp, ce n'est pas le développement d'une histoire, c'est le développement d'un visuel et d’une réflexion. Rarement, une BD aura aussi bien porté la définition de roman GRAPHIQUE. Je reviens donc sur le scénario qui par sa banalité première et quelque peu ennuyeuse, propose en revanche un découpage excellent. Le parallélisme de sa vie actuelle et passée est maitrisé de belle manière. A aucun moment je n'ai eu l'impression de manquer d'information et à aucun moment je n'ai eu l'impression d'avoir trop d'information ou d'information inutile. Le scénario, pour simpliste qu'il semble, est parfaitement maitrisé, pensé, conçu et rendu. Mais le plus impressionnant encore est le dessin en lui-même et les inventions graphiques de David Mazzuchelli. Le plus évident quand on feuillette ces pages est l’utilisation de la couleur minimaliste. Deux couleurs par page, me semble-t-il, je ne sais plus exactement (comme je l’ai dit j’ai lu cet album il y a plus de 2 mois). Des couleurs que l’on n’oserait pas toujours marier ensemble, jaune et bleu, rouge et bleu… les couleurs étant associées au temps de la narration et aux personnages. Cette couleur donne une âme à cette BD et des repères spatio-temporels inattendus mais terriblement efficaces. Et puis, le trait de Mazzuchelli,, faussement naïf est d’une créativité déconcertante. En fonction des états d’âme de ces personnages, le trait utilisé variera, plus anguleux, plus doux, plus conceptuel comme le trait froid d’un architecte, plus rond comme l’inspiration rêveuse d’une artiste sculpteur. Ce n’est que vers la fin de l’album que je me suis aperçu que la forme même des phylactères variait en fonction des personnages : carré pour Astérios, rond pour Fleur sa femme et d’autres encore que je vous laisse découvrir. Astérios est d’une imagination, d’une création et conception graphique hors norme. Je suis sûr d’être passé à coté de nombreux détails. Allez, et puis malgré tout, Astérios ce sont aussi des rencontres et des personnages atypiques aux caractères surprenants, des dialogues ciselés reflétant la recherche et la mentalité des locuteurs. Derrière Astérios se cache une approche philosophique et idéologique plutôt fine et jamais rébarbative. Voilà, Astérios, c’est tout cela et plus encore. Une œuvre déroutante par son apparente simplicité et la richesse qui la compose : richesse graphique, richesse philosophique, richesse scénaristique (ben oui quoi, ce n’est pas parce que je n’aime pas qu’il n’y a rien). Astérios c’est aussi une fin surprenante, à l’opposé de l’approche trop logique et de la pensée froide de son héros. Ce clin d’œil cynique et ironique nous montre bien finalement que quoi qu’on en pense, notre destin n’est jamais vraiment dans nos mains et que le bonheur n’est pas là où on le pense. Sur ce, je vais continuer à chercher, moi…

09/07/2012 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Asterios Polyp, pour moi, c’est un peu comme une cathédrale. Ce n’est pas parce que la religion et les symboles qu’elle impose m’exaspèrent que je ne peux pas en apprécier la beauté, la justesse de réalisation et tout ce qui est pensé en amont. Car derrière ce bloc de granit dépoli à la présentation austère et peu avenante –franchement, la couverture est assez laide et ne donne pas franchement envie de se plonger dans la lecture de ce machin- se construit minutieusement l’œuvre de David Mazzucchelli et son personnage, Asterios Polyp. Et quel personnage ! Personne insupportable qu’on apprivoise finalement petit à petit au fil des différents volets de sa vie qui nous sont révélés peu à peu par touches. Façon impressionniste, tant dans la forme que dans le fond, Mazzucchelli joue avec les couleurs et les formes pour donner une signification à son trait minimaliste. Ici, tout fait sens et accentue l’intention : il compose avec une palette de sentiments, en recodant les relations des personnages de façon graphique. Là où d’autres s’embourbent dans la lourdeur pour évoquer de telles choses, il rationalise et rivalise d’imagination pour arriver à l’essentiel. Courbes, lignes et couleurs font grand ballets et s’agence de façon virtuose. Franchement, moi qui ne partais pas du tout convaincu après avoir rapidement feuilleté cette BD, j’en ressors au final assez bluffé ! C’est le genre d’album qui appelle plus d’une relecture pour y dénicher les multiples références qui se cachent et que l’auteur a disséminé en Grand Architecte émérite, tel un jeu de piste à différents niveaux de lecture. Si certaines sont un peu grosses et flagrantes, l’ensemble donne plutôt dans la subtilité et la surprise. Chaque personnage est profond et fini par nous surprendre au fil de l’évolution du récit. Un album impressionnant, qui je le conçois pourra en rebuter certains, mais qui mérite largement les lauriers qu’on lui a attribué. Une bonne claque comme je les aime !

15/06/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Rien que le titre me faisait peur. C’est une bd que je n’avais franchement pas envie d’aborder car elle me paraissait un peu inaccessible car hautement intellectuel. Il y a un florilège d’avis très positifs qui ont accentué le phénomène. Cependant, il existe des œuvres qui sont indispensables à la lecture comme en témoigne le grand prix obtenu à Angoulême cette année. C’est une bd phénomène qui apporte quelque chose de nouveau dans le paysage. Bref, un passage obligé. Mes craintes n’étaient pas justifiées car la lecture s’est révélée facile et assez fluide. J’ai réussi à comprendre la portée philosophique tout en admirant une mise en page très imaginative et qui joue avec les formes et l’espace. On se rend compte que de petits détails et des sujets de conversations assez anodines peuvent prendre toute leur importance et notamment à la fin de ce récit. Bref, c’est du réfléchi. C’est vrai qu’à force de magnifier les choses, on peut s’attendre à de l’exceptionnel. Or, cela ne sera pas le cas avec ce titre. Même l’émotion aura du mal à passer avec un personnage aussi froid et hautain que notre héros. On ne joue pas dans ce domaine mais dans une sorte d’étape supérieure ce qui repousse les limites. Bref, cela reste un excellent roman graphique à découvrir.

08/09/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Un album avec plein de passages inégaux qui vont entre le 1 étoile et le 3 étoiles pour moi (j'arrondis donc à 2 étoiles). J'ai trouvé sympathique les passages montrant la vie passée du personnage principal (enfin, certains moment sont un peu ennuyeux). Voir la mentalité du protagoniste principal est intéressant et j'aime bien son épouse qui est très jolie. En revanche, les scènes se passant dans le présent sont super chiantes dès que Asterios rencontre le garagiste, sa femme et son fils. J'ai trouvé ces trois personnages horriblement sans intérêt contrairement à l'épouse du héros qui était un peu charismatique. À la fin, je passais même les scènes avec eux. L'auteur essaie différentes sortes de graphisme durant l'histoire et je comprends que plusieurs aient apprécié. Personnellement, je m'en foutais un peu car je ne suis pas un fan de ce genre de truc. Finalement, l'une des raisons pour lesquelles je mets 2 étoiles est parce que, hormis la fin très drôle si on aime l'humour noir, je n'ai rien trouvé de mémorable dans le scénario.

03/07/2011 (modifier)
Par bab
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur bab

Simplement énorme ! Si vous êtes un peu dans le creux de la vague, dans une espèce de phase existentielle sur la finalité d’amasser autant de papier dans une bibliothèque, parce qu’au final, vous n’avez pas vibré devant une bd depuis un moment. Si vous en êtes à vous demander si la bd, ce n’est finalement pas une forme de Madeleine de Proust, à la recherche de ce plaisir, un peu enfantin, de savourer une histoire qui vous emporte au delà des murs qui vous entourent. Si vous êtes comme un héroïnomane à la recherche de son premier shoot à l’ouverture de chaque bd, Asterios Polyp est fait pour vous (en tout cas pour moi !). Du pur bonheur à la lecture. J’ai été happé dés les premières pages par ce graphisme tout en géométries et métaphores. Ici le dessin prend une vraie et puissante forme narrative au service de l’histoire. C’est créatif et inspiré. J’y ai trouvé une vrai fraicheur. De l’inspiration. Côté narration, c’est là aussi brillant. L’introduction d’Asterios est presque envoutante dans ces deux premières pages et donne envie de se plonger plus avant dans l’histoire de cet homme qui décide de tout abandonner suite à l’incendie de son appartement. Le personnage est robuste et cohérent. Plein de théories philosophiques (auxquelles on adhère ou pas) laissant la place à de vraies questions. L’alternance des flashbacks nous expliquant le parcours de cet homme et de son histoire actuelle, clef de voûte de sa prise de conscience, est habilement menée. J’ai littéralement dévoré cette bd avec un plaisir que je n’ai pas ressenti depuis bien longtemps. A mettre dans de nombreuses mains..

26/04/2011 (modifier)
Par Matsand
Note: 3/5

Un bouquin qui fait beaucoup parler de lui... peut-être un peu trop. L'auteur nous emmène facilement dans son univers pourtant difficile à pénétrer, on s'y laisse balader entre ses digressions graphiques et ses pensées et parfois le voyage est réussi. Mais dans l'ensemble, malgré son génie évident Mazzuccheli ne m'a pas totalement convaincu. J'ai eu l'impression de le regarder, de l'étudier, de faire attention aux détails plus que de le lire. Toutefois, voilà un bon bouquin qu'il faut découvrir et si je ne conseille pas l'achat c'est par rapport à son prix (30 euros) qui me parait excessif pour ce genre d'ouvrage. A feuilleter avant d'acheter.

24/03/2011 (modifier)