Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Red

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Paul Moses est un agent de la C.I.A. à la retraite dont le principal talent est de tuer des gens. Une nouvelle administration prend place à la Maison Blanche et choisit de l’éliminer. L'heure du carnage a sonné !


Auteurs britanniques BDs adaptées en film DC Comics Tueurs à gages Warren Ellis Wildstorm

Paul Moses est un agent de la C.I.A. à la retraite dont le principal talent est de tuer des gens. Une nouvelle administration prend place à la Maison Blanche et choisit de l’éliminer. L'heure du carnage a sonné ! Une aventure 100% action prochainement adaptée au cinéma avec Bruce Willis, Morgan Freeman, John Malkovich et Helen Mirren.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Octobre 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Red
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

22/10/2010 | Miranda
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Puisqu'il faut un avis positif, ce sera le mien ;) J'ai bien aimé ce petit opus, je ne lui reprocherai qu'une lecture trop rapide. Le code red est le code de réveil d'un agent du CIA endormi. Paul Moses se retrouve contraint de l'activer car l'on a cherché à l'éliminer. Il reconnait rapidement les modes opératoires, la demande vient de l'intérieur et se justifie par toutes les casseroles qu'il connait. Le récit est un pur concentré d'action, la psychologie du personnage central est basique : elle est tout simplement binaire et en phase avec les actes de Moses. J'ai adoré le dessin pourtant basique car les ambiances et cadrages sont sublimés par les couleurs toujours de bon goût. Oui c'est court mais c'est bon. Je limite ma note à un 3/5 pour sanctionner le manque de développement mais j'en conseille la lecture car ce petit one shot a des qualités qui plairont à ceux qui se projetteront dans cette lecture avec le seul objectif de divertissement. Pour du franco-belge, on aurait le quota mais c'est léger pour un comics à la pagination plus généreuse en général. Je ne suis pas étonné qu'il y ait eu un film tiré de "Red" (non vu) car il y a tout pour fournir un grand spectacle en brodant un minimum.

12/03/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Pourquoi ont-ils réveillé Paul Moses alors que ce dernier coulait une retraite tranquille ? Oui, pourquoi bon sang ? Car c'est véritablement un bain d'hémoglobines auquel on assiste tout au cours de cette bd d'une ultra-violence et d'une totale incrédulité ! Cela se lit trop vite. Comme le scénario est franchement creux, on se pose la question de l'intérêt de cette oeuvre qui passera totalement inaperçue. Les sanglantes randonnées d'un retraité ne m'interessent guère quand elles ne sont pas doublées d'une réflexion un temps soi peu intelligente. On passera à autre chose. Les communistes apprécieront peut-être...

12/03/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Il y a quelques jours, je tombe par hasard sur le trailer de « RED », le dernier film avec Bruce Willis. A cette légende du film d’action des années 80, viennent s’ajouter les excellent John Malkovitch, Morgan Freeman, Helen Mirren et Mary-Louise Parker. Durant la séance, je découvre que « RED » est tiré d’un comics édité par DC Comics. Le film ne se prend pas au sérieux : les acteurs enchaînent les situations cocasses à la façon d’un « True Lies ». J’ai passé un très bon moment et me suis donc laissé tenté par l’œuvre originale. Autant le dire tout de suite, l’orientation humoristique du film n’est pas du tout tirée du comics, bien plus sérieux et violent. L’histoire se résume en une phrase : Paul Moses, agent d’élite de la CIA à la retraite, mène une vie paisible et solitaire jusqu’au jour où son ancien employeur décide de le supprimer. S’engage alors une bataille sanglante entre l’ancien agent, toujours très affuté et la CIA. Warren Ellis est aux commandes et ça se voit. Les personnages ont du caractère, même s’il ne nous est pas tellement donné l’occasion de les connaître. Le scénario est entièrement basé sur l’action et ne laisse aucun répit au lecteur. Le dessin a un trait simple mais fort, dans la lignée du personnage principal et du concept de ce one shot. Seulement voilà toutes ces qualités et le plaisir à la lecture ne suffisent pas à effacer l’énorme frustration suscitée par le scénario. L’histoire est courte. Jamais nous ne saurons pourquoi la CIA a décidé de liquider Moses. L’arrivée de Moses à Langley est trop rapide et aurait mérité plus de développements. Quant à la fin, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est abrupte... La lecture de cet album ne vous prendra pas 15 minutes. Pour moi, « RED » s’apparente à un projet de comics, pas totalement terminé, voir un premier album qui n’aurait pas connu de suite. Quand on voit comment le 7ème art l’a adapté au cinéma, je vois mal comment on ne peut pas regretter ce one shot si court et pauvre en détails. Ma note vient sanctionner une histoire inachevée qui m’a laissé sur ma faim. Avec de telles qualités et quelques pages de plus, il aurait été aisé de produire un comics très réussi, voir même culte.

28/11/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Encore une fois je suis sciée par Warren Ellis, non pas par son merveilleux talent mais à l’inverse par ce qu’il peut faire de pire, « Red » dans son entier, n'a pas la consistance d‘une seule bulle de Transmetropolitan. En fait il manque juste l’histoire aux trois quarts, ce tome n’est qu’une introduction à une histoire qui ne sera jamais écrite avec en page de fin une chute qui arrive brutalement comme un boulet de canon. Le stiker sur le comics qui indique « La BD qui a inspiré le film ! », notez bien le point d’exclamation, montre qu’ils ont de l’humour chez Panini. On peut facilement imaginer le film composé à 80% d’action, de mitraillage et de courses poursuites et si je vous dis que l’acteur principal sera Bruce Willis, tout est dit. En bref, le récit se résume en une ligne, de ce qui arrive à Paul Moses on ne saura rien puisqu'on n'apprendra jamais pourquoi on veut le tuer ni ce que cache le gouvernement, les deux seules choses qui auraient pu avoir réellement de l’intérêt, tout le « suspense » car on ne peut mettre ce mot qu’entre guillemets, réside dans : combien de mecs Paul va tuer et se fera-t-il zigouiller ? That’s all. Même si le dessin de Cully Hammer est de bonne facture, jouant avec les couleurs et surtout le noir, il reste assez dépouillé dans les décors, encore une impression de vite à ajouter à cette lecture.

22/10/2010 (modifier)