La Vie est belle malgré tout (It's a Good Life, If You Don't Weaken)

Note: 3.08/5
(3.08/5 pour 12 avis)

Récit autobiographique d'un dessinateur nostalgique.


Auteurs Canadiens Autobiographie Bichromie Comix Drawn & Quarterly Profession : bédéiste Tohu-Bohu

Marcheur impénitent, Seth promène sa nostalgie mélancolique dans une balade où les vestiges du passé rappellent que le temps pas très vite. Il se découvre une passion immodérée pour Kalo, un dessinateur oublié, dont il a découvert par hasard, un vieux dessin dans une vieil illustré. Commence alors une quête, Seth se met à rechercher tout ce qui pourra le rapprocher de ce dessinateur oublié qu'il admire tant. Mais est-ce vraiment le véritable objet de cette recherche éfrénée?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1998
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vie est belle malgré tout
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

06/06/2002 | ArzaK
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Je sais que la vie est belle malgré tout. C’est le plus beau de tous les cadeaux. Bon, cela dépend pour qui aussi. Je n’aurais pas aimé être un esclave sur des galères à l’époque romaine. Au-delà de ce titre plein d’espoir, il y a la vie d’un auteur fan d’un certain type de comics et d’un certain vieux dessinateur. Je vais dire la vérité et rien que la vérité : je me suis fermement ennuyé. Je m’intéresse pourtant à la vie des gens mais cela dépend lesquels et ce qu’ils ont à nous raconter. En l’occurrence, j’avoue aisément ne pas avoir été passionné. Ce comics devait certainement avoir sa côte avant le début des années 2000. Depuis, il y a eu pléthore de comics autobiographique qui ont marqué des points. Bref, il apparaît comme totalement dépassé. Le titre est certes attirant mais pas le reste.

03/06/2016 (modifier)
Par Jérem
Note: 1/5

Je me suis ennuyé ferme à la lecture de ce roman graphique. Je n’ai même pas réussi à aller au-delà de la moitié de l’ouvrage. J’ai trouvé ce récit autobiographique extrêmement nombriliste et pleurnichard. Le bonhomme se complait dans son malheur et ses questions existentielles. C'est peut être trop personnel pour moi ...

27/07/2012 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

C'est la deuxième BD de Seth que je lis et j'ai été troublé par les similitudes dans le traitement des histoires. Le fait que le dessin soit le même est normal mais que les personnages principaux se ressemblent à ce point est déjà plus étrange : l'autre BD était une fiction (Le Commis voyageur) tandis que celle ci est autobiographique. Seth a l'art de faire défiler les pages sans que l'on s'en rende compte, il est clairement doué pour raconter des histoires. Paradoxalement, on ne retient pas grand chose de ces lectures malgré leurs côtés plaisants. Il y a une sorte de mouvement perpétuel dans ses pages, les cadrages changent toujours d'une case à l'autre et le personnage principal donne l'impression d'être toujours en train de bouger. L'ensemble va de l'avant sans réellement avoir de la consistance. "La vie est belle malgré tout" s'articule autour d'une période de vie de l'auteur où il s'était mis à la recherche d'informations et de productions d'un vieux dessinateur. Seth ne le cache pas, sa vie s'articule autour de la BD, ce récit le démontre à nouveau. Agréable à lire, le contenu est anecdotique mais bien narré.

03/06/2010 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Seth évoque sa propre vie, une petite partie mais une sorte de sens à sa vie en recherchant les origines d'un auteur de bande dessinée dont un dessin dans le New Yorker l'a ébloui. Il signe du nom de Kalo, mais Seth n'arrive pas à avoir plus d'information alors il mène une enquête minutieuse, appelle les éditeurs, se déplace pour rencontrer la famille de ce Kalo. A travers cette quête il exprime sa nostalgie du passé, ses relations avec son frère et sa mère, son ami Chet, ses quelques relations féminines. Cela peut être intéressant, notamment cette façon de parler de soi, de se mettre en scène en essayant de se décrire de la manière la plus objective possible, mais tout le monde risque de ne pas accrocher, de trouver cela ennuyeux et inutile comme quête. Pour ma part, je ne vois pas du tout l'intérêt que peut susciter Kalo, aussi bien sur le plan du dessin que de l'humour, autre époque, culture et sens de l'humour c'est certain...

13/04/2008 (modifier)

Rarement un personnage ne m’aura autant touchée que celui de cet homme, complètement désemparé et perdu dans sa vie. Ses réflexions, très égocentriques c’est sûr, m’ont vraiment touchée, et si, il faut bien le dire, elles ne brillent pas vraiment par leur originalité, elles sonnent toutefois assez juste. Ainsi, tout au long des premiers chapitres, je me suis sentie très proche des états d’âme de Seth, et pour une fois, le dessin, pourtant pas extraordinaire, n’a nullement été pour moi un obstacle à mon plaisir de lecture. Bien au contraire, sa sobriété et son dynamisme m’ont paru assez appropriés. En outre, s’il s’abandonne volontiers à la mélancolie, ce n’est jamais pesant. J’ai donc englouti cet assez volumineux album en une soirée, avec le sentiment troublant d’être sur la même longueur d’onde que le narrateur. Alors pourquoi ne pas conseiller l’achat de ce qui est pour moi un coup de coeur ? Tout simplement parce que je suis consciente que cette lecture est arrivée dans ma vie peut-être au moment précis où j’étais le plus susceptible d’y être réceptive. J’aurais aussi bien pu ne lui accorder qu’une étoile, trois mois plus tôt. Autrement dit, on peut très bien rester totalement hermétique à ce récit, et insensible aux déboires de son personnage principal. De plus, la fin m’a un peu déçue. En effet, la recherche de Seth sur ce dessinateur de presse tombé aux oubliettes, finit par confiner à l’idée fixe, et c’est un peu dommage. Mais si vous êtes en proie au questionnement existentiel, cet album est pour vous. Quant au titre...

30/08/2006 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Une BD très nombriliste, 100% autobiographique, où l’auteur profite de son enquête pour nous dévoiler tous ses doutes et ses craintes. Le thème récurrent semble être le passé, la façon dont il nous échappe, la difficulté d’accepter le changement et tout ce qui est nouveau. Certes, rien de bien nouveau, mais j’ai quand même englouti les 164 pages de cet album d’une seule traite, et je l’ai refermé avec l’impression d’avoir passé un bon moment. Les thèmes abordés m’ont plu et touché, mais j’imagine que tout le monde ne sera pas aussi réceptif à ce genre de réflexions un peu futiles et pas forcément originales. Un album qui, à mon avis, sort du lot des nombreuses œuvres autobiographiques qui envahissent les étagères de comics indépendants.

08/04/2006 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Seth nous propose un récit plutôt convaincant où il se met en scène avec beaucoup de réussite. Passionné par les bds anciennes, l'auteur nous convie à le suivre dans une enquête qui a pour objectif de retrouver les traces d'un dessinateur (Kalo) qui a connu sa petite heure de gloire dans les années 40. Et c'est donc avec beaucoup de joie qu'on suit les investigations de notre auteur. A travers son parcours, on va découvrir un peu l'Amérique et ainsi partager ses rencontres qui ne manqueront pas d'intérêt. Le dessin de Seth est très proche de la ligne claire. Son graphisme épuré ne manque pas de charme. « La Vie est belle malgré tout » est un récit où il se dégage beaucoup d'originalité et qui est, pour cela, digne d'intérêt. A suivre !

11/01/2005 (modifier)
Par Woody
Note: 4/5

Je ne sais pas franchement quoi dire pour inciter à la lecture de cet album. Il est beaucoup plus facile de le lire que d'en parler, mais arriver à passionner le lecteur tout au long de l'histoire rien qu'en parlant de soi prouve bien que c'est un petit chef-d'oeuvre et que Seth est un grand.

29/04/2004 (modifier)
Par JBT900
Note: 2/5

Je suis un peu déçu, car j'avais beaucoup aimé Le Commis voyageur sorti récemment chez Casterman et je pensais retrouver une ambiance, un ryhtme similaires. Au lieu de cela, cette histoire tirée du comics de Seth "Palooka Ville" est certes intimiste mais ne m'a guère passionné. Au travers des recherches sur la vie d'un artiste que mène le narrateur, il se positionne dans un processus de réflexion et d'auto-critique pas vraiment prenant pour le lecteur. Car on reste dans des lieux communs et des réflexions peu poussées qui ne semblent finalement rien résoudre. Là où on aurait peut-être aimé trouver plus la vision de l'artiste, on a la vision de l'homme. Alors oui elle est vraie, mais finalement très banale, et elle ne pousse pas le lecteur à réfléchir sur les points que l'auteur soulève. Tout simplement parce qu'il n'y a pas grand chose à en dire, et à coup sûr rien de bien nouveau.

07/11/2003 (modifier)
Par miya
Note: 4/5

Une très belle lecture. "La vie est belle malgré tout" est effectivement difficile à conseiller et à commenter. C'est une Bd que je qualifierais d'intimiste, par le sujet autobiographique, le dessin minimaliste et le ton mélancolique. L'histoire est toute simple, Seth part à la recherche d'un dessinateur humoristique méconnu et oublié. Cette quête sert de support à l'introspection de l'auteur. Et c'est la que se trouve toute la qualité et la force de cette BD car Seth porte un regard sans concession sur lui-même. Il ne parle que de lui mais avec talent et humour. Certains passages sont assez proche de l’univers de W. Allen. Oui une très belle lecture qu’il m’est difficile conseiller au plus grand nombre.

09/09/2003 (modifier)