La Légende de la Mort

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Sélection de légendes bretonnes dont l'Ankou est le personnage central. Ces histoires proviennent des récits collectés par Anatole Le Braz durant sa vie (1859-1926). Série rééditée dans la nouvelle série-recueil Histoires de Bretagne.


Bretagne La Mort Soleil Celtic

''Anatole Le Braz (1859-1926) reste sans doute, de tous les écrivains bretons sans exception, celui qui a le plus intimement pénétré tous les secrets de l'âme bretonne.'' Une multitude de témoignages, de confidences et de récits recueillis en Armor et en Argoat. C’est un fidèle miroir de la sensibilité des Bretons qui se reconnaissent toujours dans La Légende de la Mort, et ne sont pas terrorisés par l'ombre de l'Ankou (la représentation de la mort) sur le peuple des Anaon (âmes) et pour qui les Kannerezed Noz (lavandières de la nuit) ont gardé leur pouvoir enchanteur.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2007
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série La Légende de la Mort
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

16/08/2010 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Bonne surprise que ces légendes ! Tout d’abord, je n’en connaissais aucune. Ensuite, ces histoires me sont apparues très classiques … et finalement très proches de nos légendes d’Ardennes. C’est peut-être d’ailleurs là que se cache toute la force des légendes bretonnes : leur universalité. Chaque légende rappelle de près ou de loin une histoire entendue au cœur d’une chaumière de la bouche d’un conteur (ou une conteuse) inspiré. Les récits sont bien construits et bénéficient de l’espace nécessaire pour se développer. C’est clair qu’on reste dans le même concept que « Les Contes du Korrigan » mais cette série lui est, à mes yeux, supérieure par la qualité et l’originalité des légendes illustrées et … … par la qualité du trait de Christophe Babonneau. On reste dans une production Soleil typique mais cet artiste figure parmi les très bons adeptes de ce style. A ce titre, je vous invite à jeter un œil sur la couverture du premier tome. En voilà, un cadrage original pour une composition accrocheuse et efficace ! De plus, l’artiste est seul à illustrer ces albums, ce qui leur garantit une belle harmonie. Bon, la colorisation, c’est du photoshop, c’est très correct mais cela n’aura jamais le charme d’une colorisation « artisanale » ou d’une couleur directe. A réserver aux fans de légendes locales … mais ceux-ci (dont je fais partie) risquent bien de se régaler devant ces albums soignés.

16/08/2010 (modifier)