La Vallée des mutants

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Ni chair, ni métal, mais la gloire de l'une et de l'autre, dans un nouvel être biomécanique ! Je vous parle d'évolution...


Environnement et écologie

La nature a disparu de la terre ; robots, métal et anti-écologie sont les nouveaux mots d'ordre. Seule une vallée conserve la faune et la flore d'antan. Une fable écologique sur les conséquences des progrès technologiques...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Juillet 2010
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Vallée des mutants
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

08/08/2010 | iannick
Modifier


Ouvrage déroutant que cet album. Signalons de prime abord l’excellente édition Clair de Lune. Le grand format au papier épais permet une mise en valeur indéniable de la qualité graphique du récit. Ce diptyque devrait suivre le modèle de l’éditeur : le second tome devrait donc paraître en même temps qu’une version intégrale en noir et blanc avec croquis. Parlons maintenant du fond en commençant par le dessin. Le trait précis créé un univers étrange : sorte de passerelle entre la machine et l’humain, entre le métal et la nature. Toujours à la frontière enter imagination et réalité, les récit se trouve sublimé par des traits adaptés à la situation. Dureté violente par des traits saillants pour une réalité de machine et douceur ronde pour le monde imaginaire ou naturel. Une créativité graphique en sus d’une maîtrise du non dit caractérise la colorisation, pour une fois je doute préférer la version noir et blanc tant couleurs, traits et scénario forment un ensemble cohérent. L’histoire quant à elle nous surprend. Si le début du récit nous emmène dans des réflexions parfois un peu confuses entre l’humain et la machine en y ajoutant une relation au temps et à a nature, la seconde partie du récit nous parait en revanche trop enfantine. Un profond fossé sépare le discours et l’avancée de cadrage du récit décrivant une société inhumaine (qui rappelle un peu Horologiom) face à des frondeurs nourrissant de l’espoir en la nature. Mais une fois nos enfants de la nature présentés cela devient une fable merveilleuse bien fade et trop simple. Me voilà donc très partagé sur ce récit. Si le travail graphique ma parait d’excellente facture avec un très bon rapport scénario – dessin, si la présentation de l’univers narratif promet de bons moments, le début de l’aventure elle-même déçoit énormément. Je ne sais si le second tome sera capable de réunir les intérêts et de sortir de la fable trop simpliste et je doute étant donné l’univers initial proposé que 2 tomes suffisent pour tirer pleinement partie de cette société sans rapidité scénaristiques, mais j’espère vraiment la suite sera au rendez-vous. En attendant, cette série me parait impossible à noter sans voir quelle sera l’évolution du scénario dans le second tome, je conseille à tous de vous plonger dans cet univers graphique coup de cœur.

10/08/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

C’est toujours un peu le même problème avec les italiens, ils sont excellents dessinateurs et piètres scénaristes - en général, - avec cette production ils nous en donnent le parfait exemple. Assez beaux graphismes, bien que un peu trop informatisés, sublimés par le très grand format de la bd, cependant c’est aussi un peu inégal, certaines cases sont plus abouties que d’autres, mais ce n’est pas gênant pour le visuel général. La faute majeure c’est le scénario et avant tout la manière dont il est traité. Il y a un énorme décalage narratif, le début très technique, répétitif et rébarbatif est suivi par une narration presque enfantine et un peu mièvre jusqu’à la fin du tome, on se demande à qui s’adressent les auteurs, à des enfants pour la seconde moitié ? ... Ou à des adultes pour la première partie ? Dans tous les cas je ne pense pas que grands ou petits soient satisfaits du résultat. De plus c’est assez moralisateur ce qui rend la lecture on ne peut plus agaçante, on veut nous faire la morale de manière un peu idiote, polluer c’est pas bien… J’ai eu du mal à en venir à bout et je n’ai pas pu résister à la tentation de sauter quelques bulles par-ci, par-là. Ceci dit je ne dirai pas non plus que c’est foncièrement mauvais, peut-être que la suite saura me conquérir plus.

09/08/2010 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Ce premier volume de « La Vallée des mutants » se présente bien : très grand format, carton épais, couleurs chatoyantes et attirantes… franchement, ça donne l’envie de feuilleter avec impatience cet album ! « La Vallée des mutants » ? C’est une fable écologique se passant dans un monde futuriste. La particularité de cet univers ? C’est que toute la planète est occupée par une métropole technologique qui a banni toutes traces de la nature. Le début de cette bd met en scène un robot nurse qui raconte un conte à un bambin, il faut avouer que ce n’est guère évident de le savoir parce que la narration m’est apparue assez ardue : ce n’est qu'arrivé à la moitié de ce premier tome que l’on comprendra vraiment qui sont les principaux protagonistes de cette histoire et leurs objectifs. Et que dire des dialogues ? Je les ai trouvés très… barbants à l’image de la séquence du début de l’album où un personnage s’adresse à son auditoire en propos mélangés de termes techniques et philosophiques fumistes ! C’est à croire que le scénariste a fumé un joint ! Du coup, ce récit ne m’a pas vraiment intéressé. A vrai dire, je me suis ennuyé à sa lecture ! Seul, le graphisme m’a fait accrocher à cette histoire… Le graphisme de Giuseppe Di Bernardo complété par une mise en couleurs réalisée par David Amici ressemble plus à de l’illustration qu’à un vrai dessin de bandes dessinées. N’allez pas croire que c’est préjudiciable à cette bd ce que je viens d’écrire, pas du tout car c’est très beau à contempler : les décors fourmillent de détails, les tons utilisés restituent bien l’ambiance de cette histoire, les personnages facilement identifiables… bref, c’est vraiment du bon boulot ! Mais ça ne m’a pas suffit à oublier les nombreuses erreurs narratives ! Je n’en garde pas un souvenir impérissable de la lecture de ce premier volume de « La Vallée des mutants ». Certes, les planches sont très plaisantes à contempler mais le scénario m’est apparu tellement ennuyeux que je ne suis pas très motivé à lire le prochain tome. L’histoire pourrait peut-être intéressée les lecteurs fans de fables modernes sur l’écologie. Dans le même genre, sans les citer, il n’y a tout de même d’autres bds plus captivantes à découvrir…

08/08/2010 (modifier)