Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Les Gardiens des Enfers

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Selon qu’ils soient situés sur la terre ferme, sur une île ou en pleine mer, les gardiens classent les phares en trois catégories : les paradis, les purgatoires et… les enfers ! Situé au Pays de Galles, le phare de South Stack est tellement difficile d’accès qu’il est à ranger sans hésiter dans cette dernière catégorie. Il a de plus encore aujourd’hui la réputation d’être un endroit hanté, parmi les plus terrifiants de Grande-Bretagne !


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Iles Britanniques Les phares Pays de Galles

Selon qu’ils soient situés sur la terre ferme, sur une île ou en pleine mer, les gardiens classent les phares en trois catégories : les paradis, les purgatoires et… les enfers ! Situé au Pays de Galles, le phare de South Stack est tellement difficile d’accès qu’il est à ranger sans hésiter dans cette dernière catégorie. Il a de plus encore aujourd’hui la réputation d’être un endroit hanté, parmi les plus terrifiants de Grande-Bretagne ! Basé sur des faits authentiques, Les gardiens des Enfers nous fait découvrir l’origine de la hantise, une origine qui remonte à la nuit du 25 octobre 1859. Une nuit d’horreur durant laquelle les éléments ne se déchaînèrent pas seulement en mer, mais aussi à l’intérieur du phare ! Une nuit qui scella le destin de son jeune gardien, Jack Jones…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Juin 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Gardiens des Enfers © Glénat 2010

16/06/2010 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Le dessin, même s'il n'est pas dans mes préférences, est assez costaud, torturé, un peu chargé, différent de celui vu sur Mèche rebelle, et restitue bien la vie rude des gardiens de phares qui exercent une tâche éprouvante à cette époque, avec le système d'éclairage de lampes à huile. Cette histoire pourrait tout aussi bien se situer en Bretagne, le décor étant quasi le même que celui des îles britanniques. A cela s'ajoute la partie fantastique qui s'inscrit dans le démoniaque, et qui me semble un peu de trop, le contexte se suffisant à lui-même. Le cadre et le décor de phare sont eux-mêmes fantastiques, pas trop besoin d'en rajouter une couche ; ce cadre existe vraiment au Pays de Galles, les auteurs se servant d'un événement tragique, le naufrage du Royal Charter en 1859 pour échafauder ce scénario à frissons, tout se connecte parfaitement au prix de quelques changements avec les faits réels. Pendant un moment, j'avais du mal à comprendre l'utilité des scènes en Australie avec ces mineurs, mais la narration finale relie leur histoire et celle du jeune héros de phare, Jack Jones. J'aurais quand même préféré un récit sans partie fantastique et avec un dessin plus lisse, comme celui vu dans certaines Bd "bretonnes" ou maritimes, mais la lecture reste satisfaisante.

01/06/2016 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 3/5
L'avatar du posteur DamBDfan

Cette BD est globalement réussie grâce notamment à son ambiance maritime particulière (les phares, le déchaînement de la mer,...) mélangeant faits réels et sorcellerie. Toutefois, j'aurai aimé que la partie fantastique soit un peu plus développée car je suis resté un peu sur ma faim (notamment lors de la brève apparition du diable vers la fin) et le personnage de Jack Jones m'a semblé trop vite effacé. On sent que le récit à dû respecter une certaine pagination et quelques pages en plus n'auraient pas été de refus. Cette histoire est sensée provoquer des frissons mais je n'ai pas ressenti cet effet. A vous de voir...

10/06/2014 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Une BD découverte à la librairie du musée d'Angoulême et un coup de coeur intéressant. Un jeune marin qui a laissé sa main en mer, pour avoir voulu sauver son ami, se retrouve gardien en second d'un phare isolé, dont le premier occupant paraît un peu étrange. Extrapolée à partir d'un fait divers tragique -un naufrage à quelques encablures d'un phare anglais, au XIXe siècle-, cette histoire se laisse lire d'une traite, même si le scénario, une fois passé le coup de théâtre central, devient sans sans grande surprise. Le traitement de deux histoires en parallèle, qui se rejoignent à mi-parcours, est en revanche bien mené. Le jeune marin d'un côté, des chercheurs d'or australiens de l'autre, dont on se demande bien comment ils vont s'intégrer à l'histoire. Je regrette simplement l'irruption du fantastique dans l'histoire, à mon avis superflue et qui jure un peu dans ce récit très réaliste. Le dessin est particulièrement soigné et documenté et offre une ambiance visuelle tout à fait adaptée à cette histoire angoissante.

01/03/2011 (MAJ le 01/03/2011) (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

Que voilà un petit one-shot réussi moi je dis ! Basé sur des faits réels, un vrai phare et des personnages ayant réellement existé, ce récit tient vraiment bien la route. Je suis souvent déçue par les one-shots : en général j’achète – entre autres - parce qu’il n’y aura pas à attendre la suite pendant des mois (voire éternellement quand la série est abandonnée) et la plupart du temps je regrette finalement que les auteurs n’aient pas pris plus de temps et de pages pour développer leur histoire. Ici, je trouve que les auteurs ont fait un bon boulot, tant au niveau du dessin que du scénario. Effectivement, le dessin semble parfois un peu brouillon, comme si la couleur avait été mise directement sur le crayonné, mais j’aime bien ce style. Le dessinateur a par ailleurs apporté un soin particulier pour rendre compte de la violence de l’océan, et ça le fait. Le scénario fait l’économie des transitions et l’on est sans cesse balloté de droite à gauche, entre le phare, son gardien et son assistant qui flaire un truc louche et les chercheurs d’or à bord de leur bateau qui font route vers Liverpool. Au bout du compte tout le monde se retrouve au même endroit pour un final tragiquement millimétré et une chute « clin d’œil » bien trouvée à mon avis. N’étant pas spécialisée en histoire maritime grande bretonne, c’est à la lecture du dossier qui se trouve à la fin de cette édition que j’ai découvert que les auteurs s’étaient inspirés de faits, lieux et personnages réels. J’ai trouvé cette présentation de la genèse de la BD fort intéressante. Un achat que je ne regrette pas !

24/06/2010 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Voilà un one shot franchement pas mal du tout. Alcante s'inspire d'évènements réels et leur donne à travers ce récit une explication purement fictive. C'est une bonne idée, c'est peut être un pari risqué mais il faut reconnaitre que c'est plutôt réussi. Ce qui est plaisant c'est qu'au début de l'album rien ne laisse présager de la direction que va prendre l'histoire. On découvre la vie de chercheurs d'or, de marins sur un bateau, celle de gardiens de phare exilés en haut de leur "tour". Et lorsque un jeune gardien victime d'un accident se retrouve à seconder un vieux briscard le rythme s'accélère. Cet homme est plus que louche, il y a un bon nombre de choses pas très nettes qui se trament autour de ce phare. Ces éléments suspects ont de quoi attiser la curiosité du jeune homme et il va essayer de comprendre le drame qui se prépare. La construction du récit se révèle intéressante et le fait qu'on fait plus que flirter avec le fantastique n'est pas dérangeant. L'issue est surprenante car elle dépasse largement le microcosme du phare et de ce qu'on aurait pu attendre au vu du début de l'histoire. Comme dit en introduction, elle vient recouper des faits réels. C'est efficace et bien maitrisé.

23/06/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD est vraiment pas mal mais j'ai du mal à comprendre le positionnement des auteurs. Ils s'appuient sur des faits réels pour faire une histoire globalement fictive mais avec des noms de personnages ayant existé. J'ai été dérangé par le dessin aux aspects flous, non finalisés. Il y avait moyen de faire beaucoup mieux... L'histoire, prise à part sans le postulat éditorial, est bien construite. Elle est plaisante à lire même si le final est expédié. J'aurai aimé plus d'audace pour conclure ce one shot. Je regrette mon achat mais pas ma lecture. Cela m'apprendra à refreiner mes besoins compulsifs de BD...

17/06/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Note 2,5. Ce sont les visages très expressifs des personnages qui m’ont donné envie de les connaitre et donc de lire la bd. Par contre les couleurs ne sont pas toujours très attirantes, surtout celles qui sont dans les tons bleus et verts dont le rendu est très artificiel. Les bateaux sont aussi très réussis et détaillés, dommage donc pour certaines couleurs qui gâchent un peu le visuel sur certaines planches. Niveau scénario c’est assez basique, avec une histoire de malédiction et de démon… L’auteur a pris comme base pour son histoire certains personnages ayant réellement existé et un naufrage qui a lui aussi eu lieu, d‘ailleurs le petit dossier en fin d‘album est assez intéressant. Ce qui m’a un peu dérangée c’est l’alternance des scènes qui se fait un peu brusquement, Alcante en finit une brutalement pour passer à une autre qu’il achève tout aussi brutalement, j‘ai eu l‘impression d‘être bousculée dans ma lecture. Un autre reproche, il ne rend pas ses personnages suffisamment attachants, il nous raconte leur histoire mais de façon trop superficielle, ils défilent mais finalement on ne les connait pas vraiment, je pense que ça aurait mérité une suite ou alors un diptyque pour nous présenter tout ce petit monde plus amplement. Malgré tout la lecture reste agréable dans son ensemble.

16/06/2010 (modifier)