Secrets : L'Angélus

Note: 3.92/5
(3.92/5 pour 13 avis)

Alors que rien ne semblait devoir tirer Clovis de la torpeur un peu triste de son quotidien, entre un travail sans relief, une vie de famille sans joie et une vie sociale à peu près inexistante, la découverte de "L'Angélus", de Millet, à Orsay, le bouleverse. Les émotions inconnues que suscite cette oeuvre le poussent à découvrir ce qui se cache derrière l'image. Troublé par les versions qu'en a faits Dali, il se convainc que là réside la clé du mystère. Parallèlement, il explore les souvenirs personnels que cette toile a fait resurgir inopinément...


Auteurs espagnols Dupuis Les meilleures séries terminées en 2011 Les Meilleurs Diptyques Peinture et tableaux en bande dessinée Secrets Secrets de famille...

Alors que rien ne semblait devoir tirer Clovis de la torpeur un peu triste de son quotidien, entre un travail sans relief, une vie de famille sans joie et une vie sociale à peu près inexistante, la découverte de "L'Angélus", de Millet, à Orsay, le bouleverse. Les émotions inconnues que suscite cette oeuvre le poussent à découvrir ce qui se cache derrière l'image. Troublé par les versions qu'en a faits Dali, il se convainc que là réside la clé du mystère. Parallèlement, il explore les souvenirs personnels que cette toile a fait resurgir inopinément... Une nouvelle facette de la collection "Secrets", qui convoque ici un des grands mystères de l'histoire de l'art.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Mai 2010
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Secrets : L'Angélus
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

30/05/2010 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

La première chose qui me frappe en ouvrant le tome 1, c'est le dessin : quelle merveille ! une véritable splendeur, j'adore ce type de graphisme très expressif sur les visages et les anatomies, ce souci du détail, une sorte d'hyperréalisme au trait appuyé et fin à la fois, ça rend très attachant les personnages de Clovis et d'Evelyne. Ce José Homs est un auteur que je ne connaissais pas et qui je crois n'est pas encore très connu, mais je lui souhaite de tomber sur des scénaristes de la qualité de Giroud pour arriver à s'exprimer avec un tel talent.. C'est le second diptyque de cette série concept Secrets que je lis, et comme le premier Secrets : L'écharde qui m'avait plu, celui-ci emporte à nouveau mon adhésion. Il s'agit de suivre le parcours d'un pauvre type sans grande ambition et sans relief au départ, ce Clovis Chaumel qui va se transformer progressivement en un autre individu plus libre, plus ouvert et débarrassé d'un carcan de préjugés et de conventions, après avoir été touché par la grâce du célèbre Angélus de Millet, et les "reproductions" inconscientes de Dali sur ce tableau... tout en élucidant un drame personnel lié à sa famille. A première vue, ce synopsis n'a rien de vraiment folichon pour attirer le lecteur ; d'ailleurs, le tome 1 est lent, l'action traine, il y a comme une sorte de torpeur indicible et il ne se passe rien de transcendant. Malgré ça, je vais me contredire, mais en fait il se passe des trucs, certains faits sont révélés, mais en douceur, par petites touches, c'est presque imperceptible, on dirait que le récit n'avance pas, et pourtant ça évolue doucement en faisant son petit bonhomme de chemin, d'où un intérêt incroyable ; je me surprenais moi-même à me captiver par tout ceci et n'ayant pas prévu de lire les 2 tomes à la suite, je ne pus attendre et j'ai tout lu d'une traite sans aucun ennui.. c'est très subtil comme narration. le récit en lui-même est tout ce qu'il y a de plus banalement quotidien et ordinaire, enfoui dans la quiétude provinciale très justement décrite avec ses rumeurs de villages, mais la façon dont c'est agencé relève du génie. Giroud réussit encore un scénario parfaitement huilé, calibré, où tout s'emboite comme un Lego, rien ne déborde ou ne dérape dans une direction bizarre, il n'y a pas d'à-côtés inutiles, tout est bien ajusté, et à la fin, le lecteur est ravi du dénouement. Un coup de maître de la part de Giroud !

28/08/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Que voilà une affaire rondement menée ! Je parle ici de mon engouement pour cette lecture qu'une fois entamée je n'ai plus lâchée, mais également du scénario diabolique et hautement addictif concocté par Frank Giroud. Dans la série "Secrets" je crois bien qu'il ne s'est rien fait de mieux. Le changement subtil tant au niveau physique que psychique du personnage principal est une réussite. Par petites touches nous le voyons changer progressivement au gré de son enquête. Les différents éléments ou indices qui aideront à la compréhension finale de l'histoire sont distillés de fort belle manière et c'est un régal de s'y replonger après coup. Un mot du dessin bien sûr, sans quoi cette histoire ne serait pas ce qu'elle est. Dans un style réaliste et avec une colorisation parfaitement maitrisée, il est en parfaite adéquation avec l'histoire. S'il ne fallait lire qu'une histoire de cette série, c'est indéniablement celle-ci qu'il faut choisir. Lecture hautement recommandée.

29/07/2015 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Je vois que tout le monde est d’accord pour dire que « Secrets : L'Angélus » est un excellent diptyque, et je ne vais pas faire exception. Giroud est vraiment un de mes scénaristes préférés. Il écrit une quantité incroyable de scénarios, et commence vraiment à maitriser son art. Le scénario est huilé, la narration parfaite, et on se laisse vraiment porter par l’histoire. L’intrigue familiale (thème récurrent dans la collection « Secrets ») n’est certes pas renversante sur le fond, mais elle est rondement menée et m’a tenu en haleine du début à la fin… fin qui a réussi à me surprendre, même si je l’avais partiellement vue venir. Et puis alors niveau dessin Homs s’est surpassé… quel talent ! Je vois que sa seule expérience BD avant L'Angélus est d’avoir été pendant deux ans le dessinateur du personnage Red Sonja (Marvels, USA). Quelle maturité pourtant ! Quel esthétisme dans ses planches, vraiment du beau boulot. Un diptyque passionnant et remarquablement mis en image. A ne pas manquer.

08/02/2013 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

Cette série multiplie les bons côtés : le dessin est très bon, précis, détaillé, expressif, joliment colorisé : ça change de celui de Marianne Duvivier qui oeuvre sur d'autres histoires de la même collection...! Le fond de l’histoire est très intéressant, basé sur une réalité artistique que j’ai eu plaisir à découvrir, moi qui ne suis pas du tout calée dans le domaine de la peinture et de ses mystères. Le tout est savamment amené par un scénario bien ficelé du début à la fin. Au fil de ses recherches sur le tableau de Millet, on voit se transformer petit à petit le personnage principal, bien insignifiant au départ. J'aurai juste une petite pensée pour la prof d'arts plastiques un peu laissée pour compte au final j'ai l'impression... J'avais trouvé que le premier tome était de loin le meilleur de la série Secrets que j’avais pu lire à cette époque. Je craignais un peu une fin décevante mais il n'en est rien, bien au contraire. J'adapte donc mon verdict après lecture du T2 et je passe ma note de 3/5 à 4/5 car la suite est à la hauteur de mes attentes !

29/08/2010 (MAJ le 01/02/2013) (modifier)
Par Seb94
Note: 4/5

Très bon diptyque que voila. En premier lieu, c’est le dessin qui m’a attiré, Homs que je ne connaissais pas jusque là, a vraiment un style personnel, son trait net et précis est un vrais régal, sa mise en couleur parfaitement au diapason. Sans aucun doute un dessinateur que je suivrai avec attention à l’avenir. Le scénario est également de très grande qualité, on suit l’évolution d’un homme banal et triste qui va petit à petit se transformer et s’ouvrir à la vie, suite au choc pictural de sa vision d’un tableau de Millet, qui va réveiller en lui des images de son propre passé jusque là enfoui et ignoré. La métamorphose de Clovis est vraiment enthousiasmante, plus il avance dans sa quête et plus il se libère de ses blocages et de ses préjugés. Les personnages qui l’entourent sont également bien campés et apparaissent crédibles dans leurs comportements. De plus, au-delà du secret de famille, cette histoire se révèle très intéressante par ce quelle nous apprend sur la fascination de Dali pour l’œuvre de Millet. Cela donne vraiment envie d’en savoir plus sur ces artistes. Au final, une lecture plaisante et instructive.

16/08/2012 (modifier)

Avis tome 1 La meilleure sortie du mois à mon goût sans aucun doute, il faut même me raisonner pour ne pas mettre la note ultime. Cet opus de deux tomes se situe dans un contexte actuel : une vie de province croquée avec douceur, une vie de famille banale, un quotidien proche de l’ennui que soudain l’art et quelques étincelles aux cœur des hommes vont faire basculer. Graphiquement une tonalité aux tons jaunes marque l’ensemble du récit. Vous connaissiez les ambiances vertes de Jeunet, voici les ambiances « diaprées » de Homs. Tantôt à dominantes jaunes, bleues, ocre… A chaque fois le dessin fait mouche pour transmettre une émotion particulière et coller au récit. Précis, chaque personnage et chaque détail permet une assimilation complète du lecteur au contexte et à la narration, nous devenons nous même accro à l’intrigue : que renferme donc cette œuvre de Millet ! Cadrages et encrages propres donnent un dynamisme certain lorsque l’intrigue le demande et un statisme pertinent lorsque nécessaire. Du très bon boulot. L’histoire nous raconte l’obsession qu’un homme ordinaire va ressentir devant une peinture. Ce volcan réveillé changera profondément sa vie, ses habitudes et donc suscitera le questionnement de son entourage. Tout cela dans une petite ville de province sera propice aux retours des ragots et autre réminiscence du passé. Notre personnage assez antipathique au début devient notre héros, s’il donnait l’impression de ne s’intéresser à rien, une soudaine passion le rendra moins prévisible et plus « riche » intérieurement, révélant une personnalité plus complexe que l’apparence. Chaque personnage de la fresque va apparaître lisse en début de récit pour acquérir un relief au fur et à mesure de l’avancement du récit. Ce qui pourrait être cousu de fil blanc devient drôle et sort du cliché grâce à un dialogue accrocheur. Par exemple la réponse de notre homme à son libraire me parait complètement folle et supprime le côté attendu des propos. Au final énorme satisfaction que la lecture de ce premier tome, ne reste qu’à espérer que le secret de famille que l’on sent venir s’accompagne d’un feu d’artifice sur la compréhension de la peinture la plus reproduite au monde… A suivre absolument MAJ Suite dans la parfaite logique du premier tome, excellent diptyque. il me manque une dimension poétique ou spirituelle pour passer au culte mais cette histoire me semble tout à fait excellente. à connaitre et posséder absolument

03/08/2010 (MAJ le 30/03/2012) (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Cela doit être la première fois que j'accroche autant à une série de la collection Secrets. Du début jusqu'à la fin, j'ai été captivé par ma lecture que je ne pouvais pas décrocher même si certaines scènes sont un peu faibles (j'ai trouvé la prof sans grand intérêt). J'ai bien aimé comment le scénariste mélange la peinture avec le secret de famille qui est assez original. Ce qui est encore plus génial c'est que le secret derrière la peinture et le secret familial n'est pas le même donc cela rend l'histoire encore plus imprévisible ! J'avais cru avoir compris le secret de famille et j'ai été agréablement surpris ! De plus, le personnage de Clovis est vraiment attachant. J'avais vraiment de la peine pour ce pauvre gars. Le dessin est du bon réaliste comme je l'aime. Les personnages sont expressifs, c'est dynamique et la couleur est très bien maitrisée.

28/03/2012 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

J'avais rencontré Franck Giroud il y a quelques temps dans une séance de dédicace et il m'avait assez longuement parlé de L'angélus alors que la série n'était encore qu'un projet. Il m'avait clairement mis l'eau à la bouche et comme j'aime bien la collection Secrets, je trouve que globalement les histoires y sont souvent de qualité, j'avais hâte de lire celle ci. Et une nouvelle fois je ne suis pas déçu. En plus du traditionnel secret de famille qui sert de fil rouge à la collection, cette nouvelle série réussit le tour de force de mélanger le secret fictif du héros avec un mystère bien réel autour d'un personnage ayant vraiment existé, en l'occurrence Salvador Dali. Idée que je trouve tout à fait remarquable ! Ce mélange est habile et très intéressant. Le fait d'introduire cette part de vérité dans le récit change un peu la façon dont l'intrigue est menée. Pour une fois le secret fictif du héros n'est pas le centre du récit, mais il est parallèle à l'enquête sur Dali. Il n'y a pas une partie qui prend le pas sur l'autre, c'est bien équilibré. Et comme toujours avec Giroud, c'est très bien raconté, on rentre dans ce récit avec facilité et plaisir. Les dessins sont originaux et franchement jolis. Confirmation dans le tome 2 ! Les révélations tiennent la route à merveille. Tant celles "historiques" autour de Dali que celles romancé autour du secret de famille du héros. Indéniablement la meilleure histoire de la collection.

01/07/2010 (MAJ le 13/10/2011) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La première partie du diptyque est étonnante, et je me suis vraiment demandé vers quoi Giroud avait décidé de nous emmener. L’intrigue est finement menée et les personnages ont une part de mystère qui me les rend charismatiques. Après, on retombe sur un secret de famille finalement assez classique, mais, voilà, le mal était fait ! Je devais savoir de quoi il en retournait. J’ai dévoré les deux tomes d’une traite sans songer une seconde à m’interrompre en cours de route. Ce diptyque aurait donc été bon s’il ne s’était agi que d’un scénario. Mais, à côté de ça, apparait un dessin d’une qualité supérieure, encore rehaussée par une colorisation dans des teintes chaudes des plus plaisantes. Le trait réaliste de José Homs est parfait pour illustrer ce type d’histoire. C’est un « plus » aussi appréciable qu’incontestable. Au final, voilà sans doute le récit de la collection qui m’aura le plus convaincu. Je l’ai acheté et ne le regrette pas…

12/10/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Comment reconnaître une très bonne bd ? L'Angélus en est une assurément ! Non seulement le scénario est palpitant avec une réelle qualité d'écriture dans les dialogues mais les dessins de Homs sont magnifiques. Il n'y a rien de plus exaltant quand la combinaison de ces deux paramètres fait merveille. Bon, Giroud nous a habitué à du haut de gamme dans cette collection Secrets de famille (mise à part quelques ratés mais aucunement lié à son talent de conteur). La surprise vient plutôt de Homs, ce parfait inconnu qui commence à peine dans le dessin avec une véritable maîtrise dans les proportions et dans la fluidité du trait ! Cela relève le niveau de la pauvre Marianne Duvivier qui peine vraiment dans la même collection. Il est d'ailleurs surprenant que Giroud continue sa collaboration alors que le niveau graphique paraît trop faible mais ceci est une autre histoire... En l'occurence, le graphisme nous fait plonger dans une véritable ambiance cinématographique. J'ai juste un petit bémol concernant le scénario pour n'épargner personne de ma plume un peu acerbe, je vous l'accorde. Je trouve que ce premier tome s'achève de manière assez conventionnelle et non sur un petit coup de surprise ce qui aurait été un plus indéniable dans la montée de l'adrénaline. Pour autant, le second tome achève ce dyptique de manière très satisfaisante. Les origines de la naissance de Clovis nous seront enfin révélées et la conclusion ne sera pas forcément celle que pensait le lecteur. Le scénariste a finalement réussi à nous berner au rythme d'une métamorphose plutôt réussie de son personnage principal. On en redemande surtout avec cette qualité. Note Dessin: 4,5/5 – Note Scénario: 4,5/5 – Note Globale: 4,5/5

01/07/2010 (MAJ le 07/10/2011) (modifier)