The Legend of Zelda - The Minish Cap

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Le jour du festival Picori, Link et la princesse Zelda se rendent à un tournoi de combattants. Le vainqueur est un étrange personnage connu sous le nom de Vaati. Il réclame alors la Force de la Lumière et transforme la princesse en statue de pierre.


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Fanas de Jeux video La BD au féminin : le manga Shogakukan Shonen Zelda

Le jour du festival Picori, Link et la princesse Zelda se rendent à un tournoi de combattants. Le vainqueur est un étrange personnage connu sous le nom de Vaati. Il réclame alors la Force de la Lumière et transforme la princesse en statue de pierre. Afin de sauver son amie, Link doit obtenir le pouvoir de l’épée Picori qui a été brisée en plusieurs morceaux. Parviendra-t-il à retrouver chacun d’entre eux et à la reforger avant son ennemi ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Avril 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série The Legend of Zelda - The Minish Cap
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/04/2010 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 2.5/5 The Legend of Zelda: The Minish Cap, voilà encore un jeu de la saga Zelda que je ne connaissais absolument pas. Il est sorti en 2004 sur Gameboy Advance. Aucune idée de comment le jeu se présentait... Pour le scénario, on retrouve cependant les grands classiques des aventures de Zelda. Cela commence une fois de plus avec un Link enfant et inexpérimenté qui sort à peine du giron de son grand-père. Sa belle amie, la princesse Zelda, a été transformée en statue de pierre par un jeune et mystérieux sorcier. Et une fois de plus, Link va devoir aller chercher plusieurs éléments pour les combiner et libérer Zelda, contrer le méchant et sauver le royaume d'Hyrule. Classique. Cela en devient même banal mais c'est un type de scénario efficace pour un jeu vidéo d'aventure tous publics. L'adapter pour en faire une bande dessinée intéressante est par contre une autre paire de manches. Pour cet album, Akira Himekawa a fait le choix d'un graphisme différent des autres albums de la saga Zelda qu'il a déjà réalisés. Le style est ici totalement kawaï, avec des petits bonshommes mignons et une atmosphère assez enfantine. Ce n'est pas très joli mais on s'y fait vite. Quoiqu'il en soit, cela convient assez bien à l'ambiance de l'intrigue qui est plutôt destinée à un public jeune qu'à des adultes. La première moitié du récit est un peu trop convenue, trop naïve et prévisible. Je dois dire que sa lecture m'a légèrement gonflé, sentant beaucoup trop de déjà-vu pour qui connait déjà certaines aventures de Link et Zelda. J'ai même failli lâcher l'affaire, estimant ne pas être le public visé par ce manga. Le scénario a finalement fini par m'accrocher davantage dans la seconde moité où on s'éloigne du banal quête-monstre-trésor. Sans être beaucoup plus original et sans perdre de sa naïveté, le récit devient un peu plus intéressant et moins cliché. Cette adaptation plaira probablement aux amateurs du jeu vidéo originel et aux jeunes lecteurs de manga amateurs d'aventure légère. Les adultes, quant à eux, risquent de buter sur le côté trop naïf du scénario et la narration un peu laborieuse.

29/04/2010 (modifier)