Gangrène

Note: 3/5
(3/5 pour 7 avis)

Ce monde n'est plus divisé qu'en deux parties, il y a les nantis, ceux d'en haut. Et puis en dessous, la décharge...


Après l'apocalypse... Auteurs Argentins Carlos Trillo Consensus sur une BD Environnement et écologie

Ce monde n'est plus divisé qu'en deux parties, il y a les nantis, ceux d'en haut. Et puis en dessous, la décharge... ...un gigantesque champ de détritus dans lequel survivent tant bien que mal des êtres humains contaminés. Mais quand l'un des nantis, condamné à être jeté au dépotoir décide de se venger; et que pour cela il n'hésite pas à se faire passer pour l'élu, celui qui rachetera la misère du peuple des bas-fonds... Les choses se compliquent un tant soit peu et tout ce petit monde s'en retrouve très vite sans-dessus-dessous (sans jeu de mots).

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1987
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Gangrène
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

25/05/2002 | ArzaK
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un one-shot sympathique. Le dessin est bon quoique ce n'est pas un style que je classerais parmi mes préférés, mais les fans de ce dessinateur vont être ravis. Trillo imagine un scénario qui se passe dans un futur post-apocalyptique. C'est bien mené quoique c'est un peu trop classique. Il n'y a rien qui la différencie vraiment des autres séries se passant dans un décor similaire. J'ai aussi trouvé que le dernier tiers de l'album allait un peu trop vite et que la fin donne l'impression qu'une suite était prévue. Malgré ses défauts, cela reste un bon divertissement sans toutefois être transcendant.

15/10/2017 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD a plus de 20 ans mais ne les fait pas. Gimenez a déjà un style alléchant qui fera ensuite merveille dans La Caste des Méta-barons. Le trait n'est pas exempt de défauts mais sa mise en couleur est magistrale. Le scénario met mal à l'aise. Dans un décor apocalyptique, deux peuples vivent séparés. L'un a tout et n'envoie à l'autre que le négatif. Un jour il bannit un homme qui sera sauvé par las bannis avant de les envoyer contre la cité blanche. Ce récit est noir, pessimiste et résigné. Il est plaisant à lire malgré son côté malsain. C'est un bon one shot SF au dessin intemporel et au scénario efficace.

21/08/2009 (modifier)
Par Kalish
Note: 3/5

Encore un vieux one-shot de Gimenez ; le meilleur que j’ai pu lire jusqu’à présent avec un scénario assez original pour l’époque. Les bases de l’histoire ont été maintes fois reprises depuis, il est vrai, et ce n’était sans doute pas la première bd à imaginer un avenir aussi contrasté mais on va pas se priver. Le script accepte quelques raccourcis mais au final une bd qui se laisse lire sans problème grâce à Gimenez qui commence à faire preuve du talent qu’on lui connaît dans La Caste des Méta-barons. A lire pour sa qualité graphique essentiellement.

14/09/2007 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Une fois de plus, Gimenez nous propose un one-shot très agréable à lire. Au niveau du scénario, c'est Trillo ("Spaghetti Brothers") qui s'y colle et je dois dire que le résultat est plutôt réussi. La S-F est une fois de plus à l'honneur, ici. L'histoire nous plonge dans un monde apocalyptique où une partie de la population vit dans les bas-fonds, au milieu de déchets radioactifs. Un évènement imprévu va les conduire à la révolte. Sans être originale, cette bd se laisse lire sans problème surtout si vous êtes fan de science-fiction. Niveau dessin, comme à son habitude, Gimenez nous gratifie de quelques grandes planches de toute beauté. En résumé c'est à lire pour les amateurs du genre !

15/07/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un scénario SF très classique mais plutôt bien foutu et très bien illustré par Gimenez. Toute l'intrigue de base est plutôt déjà-vu : un monde sur-pollué où seule une cité ultra-moderne vit hors des déchets, un exilé de la cité qui monte une guerre contre la cité en se faisant passer pour le messie aux yeux des pauvres hommes qui vivent dans la décharge, etc... L'intrigue a quelques aspects un peu faciles (la ville qui n'a qu'une unique source d'énergie, un unique moyen d'évacuation de déchets et le tout qui tombe aussi facilement aux mains des rebelles...) mais bon, ce n'est pas particulièrement choquant. La fin est assez cynique et plutôt sympa dans l'idée. Bref, un scénario pas mauvais et le tout bien illustré : une Bd assez sympa même si elle ne casse pas cinq pattes à un mouton.

07/05/2004 (modifier)
Par piehr
Note: 3/5

Carlos Trillo et Juan Gimenez se lancent ici dans un one-shot à l'ambiance post-apocalyptique, exercice difficile tant le nombre d'ouvrages traitant de ce sujet sont importants... Hélas, le tout n'est pas des plus originaux, ni des plus palpitants... Le scénariste nous entraine donc dans un univers complètement détruit, en charpies, un monde gangréné ou seuls les plus riches survivent, sacrifiant leurs contemporains pour se faire une place "au soleil". Le tout a déjà été vu et revu (La cité de Golden city, Zalem dans "Guunm", les naissances qui finissent en fausse-couche comme dans "Les guerriers", etc...), et il va donc falloir faire très fort pour passionner le lecteur avec des éléments ma fois bien "communs" dans ce type de récits. Hélas, cette révolte (qui d'ailleurs n'est pas non plus très originale) n'apporte pas grand chose de nouveau : leur leader a bien sûr des buts personnels dans l'histoire, etc... Les illustrations de Gimenez, assez proches de celles de la Caste des Méta-barons, sont elles de grande qualité. Les traits sont certes un tout petit peu plus grossiers que dans la grande saga de Jodorowsky, mais les différents cadrages et l'aspect détaillé du graphisme mettent bien en valeur le coté apocalyptique de l'univers dans lequel evoluent les personnages. Les couleurs, assez pâles, conviennent elles aussi parfaitement : saleté, rouilles, tout est ici bien mis en place pour nous faire découvrir un monde vraiment... sale ! Ce one-shot n'est donc pas une grande surprise, mais est agréable ne serait-ce que pour les illustrations de Gimenez. Les fans de Post-apo risquent par contre d'être déçus...

14/07/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Un vieil album de Gimenez datant de 1987 qui vaut largement la peine qu'on s'y attarde. Le scénario de Trillo est certes très classique mais de très bonne facture. La vision sans concession, qu'il fait d'un futur peu engagant reste impressionnante et les tendances mystiques de ses personnages bien travaillées. Le seul bémol c'est que l'on sent que cet album était destiné à avoir une suite qui n'a jamais vu le jour. L'héroïne ne mettra-t-elle pas au monde un enfant issu de sa relation avec l'envoyé?

25/05/2002 (modifier)