Parker

Note: 3.62/5
(3.62/5 pour 13 avis)

Will Eisner Award 2010 : Best Adaptation from Another Work (tome 1). Will Eisner Award 2012 : Best Graphic Album: Reprint Will Eisner Award 2013 : Best Adaptation from Another Work (tome 3). Will Eisner Award 2014 : Best Adaptation from Another Work (tome 4). Trahi par la femme qu'il aimait et doublé par son partenaire sur un coup de l'autre côté du pays, Parker le voleur professionnel rallie New York avec une idée fixe : se venger et récupérer sa part du butin. Sa méthode : froide, brutale, implacable.


Adaptations de romans en BD IDW Publishing Voleurs et cambrioleurs Will Eisner Awards

Trahi par la femme qu'il aimait et doublé par son partenaire sur un coup de l'autre côté du pays, Parker le voleur professionnel rallie New York avec une idée fixe : se venger et récupérer sa part du butin. Sa méthode : froide, brutale, implacable.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Mars 2010
Statut histoire Série en cours 4 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Parker
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

09/04/2010 | Thomas B
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je suis moins enthousiaste que la majorité des autres posteurs. Oui, c'est une bonne série, mais je ne vois pas en quoi elle sort du lot. Au niveau du dessin, je n'ai rien à redire. Encore une fois, le dessin rétro de Cooke est excellent et va à merveille avec ce type de récit. Son découpage est aussi excellent. C'est plus au niveau du scénario que j'ai un problème. Les histoires sont bien faites, mais elles sont trop clichés pour que je les trouve passionnantes à lire. Et si c'est intéressant de voir comment le personnage principal se sert de son intelligence pour gagner, il n'est pas très charismatique. Bref, une série qui a des qualités, mais qui ne m'a pas trop convaincu d'être un immanquable.

09/11/2016 (modifier)

Parker, où le bandit super fort, viril, leader ... qui s'en sort toujours. Oui, mais comme c'est bien raconté, que les tomes indépendants sont bien construits, que les intrigues sont solides, cela fonctionne et j'ai accroché. J'ai quand même préféré les 2 premiers tomes aux 2 derniers, que j'ai trouvé moins abouti et un peu simplistes dans leur construction (ils ont d'ailleurs moins de pages). C'est un peu comme regardé un film sur la mafia avec tous les clichés, mais si le scénario, les acteurs, la réalisation sont de qualité, c'est toujours l'assurance de passer un bon moment. C'est la même chose pour Parker. Il y a en plus quelques innovations dans la mise en page qui dynamise le récit, même si les pages de mes tomes se décrochent très facilement.

11/11/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai lu l'ensemble des tomes de cette série et je ne suis pas plus convaincu que cela. Pourtant, il y a eu pléthore de prix et récompenses ainsi qu'une bonne accroche du public pour ce polar. Si le premier tome était pas mal, le dernier (Fun Insland) n'est pas très fun. Le cadrage est assez maîtrisé. Le dessin est vif et dynamique mais par moment assez illisible. Il y a tout de même une énergie brute qui est assez appréciable pour suivre les différents récits. Cela fait tout de même très années 50. Le gangster Parker se révèle être un personnage assez rusé pour élaborer des plans où il s'en sort à chaque fois. Il se dégage comme un charme désuet. Le troisième volume à savoir Le casse est sans doute mon préféré.

14/08/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Contrairement à la majorité des avis je n'ai pas été époustouflé par ce Parker. Cela reste quand même du polar assez basique avec un dessin très haché, en bichromie qui pour moi n'enlève certes rien, mais n'ajoute pas non plus un truc qui rendrait l'ensemble inoubliable. Les intrigues sont plutôt bien construites, c'est dynamique, rondement mené et il n'y a pas de temps morts. Mais je n'y ai pas trouvé le quelque chose en plus qui rendrait ça suffisamment attrayant. Pour ma part j'ai bien peur d'oublier l'histoire assez vite. Série détendante et juste divertissante.

28/06/2015 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaendoul

Très bonne bd d'ambiance, un récit bien mené et des dessins agréables. Les personnages sont hauts en couleur et le design particulier aide a donner a cette bd une ambiance particulière. Le scénario est efficace bien qu'un peu classique et la bd a une certaine fluidité. Bref, une bonne bd qu'on pourrait qualifier de "cinématographique". Edition après lecture du second tome : Ajout d'une étoile. Cette série est superbe et le scénario aux petits oignons !

01/03/2012 (MAJ le 24/08/2012) (modifier)

Avis tome 1 Voilà bien longtemps que je n’avais pas lu de polar de cette qualité… Certes le scénario ne renouvelle pas le genre : un homme, ou disons un malfrat, trahi après un coup, se retrouve sans rien, il va chercher à récupérer son dû quand bien même il se retrouverait face à une autre organisation criminelle. Vu comme ça, nous imaginerons du classique, mais la qualité narrative associée à la percussion graphique en font un petit bijou à découvrir absolument. Les traits durs et aigus répercutent la vivacité des personnages et le caractère implacable de leurs actions lors de certains moments. Associé à une rondeur générale bienvenue et une précision du trait diabolique permettant au graphisme de suinter l’ambiance voulue. La bichromie accentue l’ambiance suffocante de ces bas milieux tout en illuminant les situations. Le lecteur s’y croit, comment peut-on faire mieux ! L’histoire suit un rythme prenant, évidemment chaque situation parait classique prise à part, mais l’enchaînement parfaitement huilé nous plonge dans une curiosité boulimique de suivre les aventures de notre héros Parker. Très loin d’une dichotomie classique gentil/méchant les personnages jouent leur rôle de gueule avec leurs caractères et leurs faiblesses mais aussi leur part d’inconnu si nécessaire dans ce style de récit. Belle gueule et malfrat de talent, notre justicier voulant se faire justice dans le monde du crime organisé se dresse contre l’Organisation, et même s’il est vrai que finalement il s’en sort facilement (un peu trop) et qu’il semble avoir toujours un coup d’avance contre les plus grands malfrats du lieu, le lecteur en redemande toujours sans jamais arriver au point de non crédibilité si dangereux pour un récit policier. Ce tome est donc un petit bijou narratif qui arrive à surprendre le lecteur malgré des situations conventionnelles et une facilité trop présente dans les coups de notre aventurier. MAJ tome 2. Les coups continuent, et pourtant le héros avait fait ce qu’il fallait pour s’échapper. Malgré lui la traque continue. De façon assez cynique et vraiment désabusé le scénario du tome 2 est jouissif d’action. Graphiquement, je trouve le trait moins propre et travaillé, mais le dynamisme toujours présent se mêle au scénario et au décors percutants pour des casses réglés avec soin… A dévorer.

18/05/2010 (MAJ le 09/06/2011) (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Une super BD : un dessin magnifique, une histoire bien ficelée, un rythme soutenu de la première à la dernier page, magnifique. Parker gangster en cavale est à la recherche de ses associés véreux réfugiés à New-York. Un scénario assez classique mais l’originalité vient du personnage principal. Parker est un homme déterminé, implacable, pour lui seul le résultat compte, rien à cirer des dommages collatéraux et cerise sur le gâteau : une redoutable efficacité. La couverture résume bien le personnage. Le dessin de Darwin Cooke apporte beaucoup de rythme au récit, un dessin moderne pour une histoire qui se passe dans les années 60.

05/12/2010 (modifier)

Un personnage charismatique dans un univers de corruption et de mafia assez classique. Parker, le chasseur, (Mel Gibson dans Payback !) étripe à mort dans ce premier tome où l'ambiance dès les premières couleurs, bleues et noires, nous captive. Un rythme graphique, tirant sur les cordes du comic et du roman graphique, particulièrement réussi. Un personnage racé et une histoire simpliste de paiement différé (et on sait bien que les gros bras n'aiment pas les paiements différés !) sur la même trame que Payback finalement. Sauf qu'ici Parker ne semble jamais rencontrer le moindre problème pour faire signer (et saigner) ses créanciers... Indestructible ! Une tare cependant, à la lecture, j'ai toujours eu l'impression d'être "loin" de l'action. Peut-être est-ce un problème de raccord entre deux cases, mais la BD expose le mouvement de manière sans doute trop descriptive, voire didactique. Chaque dessin semble figé et séquentiel. C'était néanmoins nécessaire car cela contribue en fait à donner ce caractère impassible du héros et sa force invincible. On attendra peut-être plus d'émotion par la suite... Si bien sur cela n'altère pas l'intégrité du personnage de Stark !

24/08/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture du premier tome. Pas mal du tout cette entame de série. J'ai vraiment apprécié l'ambiance bad boy même si l'on retombe dans les travers des comics où le personnage principal s'en sort toujours... L'approche est crue et sans compromis, Parker ne s'embarrasse avec rien ni personne, il sait où il veut aller et " nettoie " le terrain. Le récit traitant d'une vengeance est vraiment plaisant à lire. Cette BD est plus divertissante qu'innovante, mais elle fait bien son boulot. Je regrette également un dessin trop brouillon où l'encrage n'est qu'approximatif et la colorisation bichromique volontairement esquissée. C'est un style mais j'en préfère d'autres. J'attendais mieux mais je ne suis pas déçu non plus. Le prix est relativement élevé pour une BD brochée de seulement 140 pages de format moyen. A confirmer par la suite.

29/07/2010 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Une très bonne surprise, une fois qu'on s'habitue aux cadrages serrés et au trait anguleux. Au demeurant, le dessin s'adapte très bien à cette histoire de vengeance d'un gangster, dans le New-York des années 60. Un noir et blanc (et bleu) très comics, nerveux et efficace. Etonnamment, on a l'impression que les hommes et les femmes ne sont pas dessinés par la même main. Eux tout en angles et en ombres, tendus, rigides, traçés à grands traits. Elles, arrondies, enfantines, claires, aux visages parfois cartoonesques. Des poupées barbie mal grandies au pays de Big Jim. Trop différents pour se comprendre derrière leur apparence de fantasme. Les uns et les autres semblent sortis de pubs de la même époque, pubs d'after-shave ou réclames pour des bas nylon. Icone de virilité aux mâchoires serrées, Parker a un compte à régler avec celui qui l'a trahi et envoyé au trou. Brute efficace incapable d'extérioriser ses sentiments autrement que dans la frénésie sexuelle -après chaque coup réussi ou chaque meurtre- il part en chasse de son gibier, laissant une trace sanglante sur son passage. Comme souvent dans les récits américains, chaque personnage semble désespérement seul dans la jungle des rapports humains, où l'apparence est une arme, surtout pour les faibles. Parker n'est somme toute que le produit trop parfait d'une société qui vénère les forts et les héros solitaires et brise ses perdants. Une histoire proche de Sin City, en somme, mais en plus intelligent. Pas de complaisance dans la violence, pourtant omniprésente. Pas de manichéisme sommaire. On attend la suite avec impatience.

22/07/2010 (modifier)