Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

L'Ile aux Mille Mystères

Note: 3.55/5
(3.55/5 pour 11 avis)

Juin 1897. Cinq membres d’une équipe de cinéma se réveillent choqués. Leur machine volante, un éléphant mécanique à hélices, s’est échouée sur la plus haute montagne d’une île perdue.


Jules Verne Les naufragés Les prix lecteurs BDTheque 2010

Juin 1897. Cinq membres d’une équipe de cinéma se réveillent choqués. Leur machine volante, un éléphant mécanique à hélices, s’est échouée sur la plus haute montagne d’une île perdue. Dans une jungle hostile, les naufragés vont apprendre à survivre. Peu à peu, ils vont être témoins de phénomènes étranges et prendre conscience qu’ils ne sont pas seuls sur cette île mystérieuse…

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Février 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série L'Ile aux Mille Mystères © Desinge & Hugo & Cie 2010
Les notes
Note: 3.55/5
(3.55/5 pour 11 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

10/02/2010 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Dès la page de présentation du « casting » (les cinq personnages principaux), j’ai su que j’allai aimer cet album. Ce casting (nom et « qualité » des personnages) annonce déjà les influences majeures qui vont irriguer cette histoire. Influences que l’on retrouve un peu partout ensuite, de manière plus ou moins affichées. Les débuts du cinéma et ses prolongements d’une poésie noire dans l’expressionnisme allemand (avec les personnages de Méliès et Murnau, entre autres). Mais Picasso est aussi convoqué pour les décors (une pleine page est directement inspirée d’un de ses tableaux), comme Klimt pour Fu Jong-Chu. Un officier allemand, un chien au langage argotique et une pin-up asiatique toute droit sortie d’un film de série B complètent la fine équipe qui se retrouve prisonnière d’une « île mystérieuse ». Vous l’aurez compris avec cette dernière expression, c’est avant tout sous les auspices de Jules Verne que cette aventure se présente (décor, noms, certains dialogues), Verne et ses continuateurs (l’éléphant mécanique du début ressemble à l’éléphant des Machines de l’île de Nantes, dans lequel j’ai fait une petite balade avec mes enfants il y a deux-trois ans). Mais sont aussi convoqués certains inventeurs de voyages dans le temps, comme H.G. Wells (certes on ne s’éloigne pas de Verne avec lui !), mais aussi Emmett Brown (le savant du film « Retour vers le futur » !, ici personnage truculent avec sa femme et son franglais de pacotille). Ajoutez à ce casting improbable un savant asiatique, Fu Jong-Chu (démarque de Fu Manchu, qui incarnait le génie du mal asiatique dans des romans populaires de l’entre-deux guerres), qui n’est autre que Kim Jong-Il, le délirant dictateur nord-coréen. Vous comprendrez qu’on est là dans la farce autant que dans le récit d’aventure ! D’autant plus qu’est avancée ici une explication improbable aux disparitions mystérieuses dans le Triangle des Bermudes ! Mais l’histoire ne fait pas qu’empiler les références et les clins d’œil (auxquels certains lecteurs sont peut-être insensibles), elle se laisse lire agréablement, y compris par un lectorat plus jeune et vierge de toutes les références évoquées précédemment. Le dessin est lui aussi original. Les cases brinquebalantes – voire totalement absentes, dans lesquelles la perspective est parfois refoulée, les personnages parfois en chute libre sur des à plats, tout ceci nourrit aussi l’impression à la fois enfantine (une colorisation qui « fait » parfois coloriage d’enfant ?, mais qui est en tout cas très chouette) et poétique du dessin. Cela ressemble souvent à une sorte de court métrage d’animation. Lecture chaudement recommandée en tout cas !

26/02/2017 (modifier)

Il est clair que c'est un ouvrage hors du commun voire ésotérique ! Je dirais même une "oeuvre d'art légèrement absconse" plutôt qu'un livre. Je comprends donc certaines critiques et méfiances ici. Il faut lire, regarder, déguster cet album maintes fois pour saisir et déchiffrer l'artiste, le poète et esthète fou qu'est l'auteur : Monsieur Alban Guillemois. (au passage sa page facebook en raconte pas mal sur lui, il est aussi réalisateur de courts-métrages et travaille pour la mode et le costume...), et j'ajouterai qu'il faut un minimum de "culture" pour comprendre l'humour, les références esthétiques et historiques nombreuses dans cette oeuvre hyper-originale !!! Certes le dessin est étrange, voire bizarre, des personnages aux gardes robes de folie (on perçoit l'importance du costume dans l'univers de l'auteur) des maisons expressionnistes dignes du décorateur Robert Wiene, des cadrages toujours différents, parfois de travers. Les bulles sont des parchemins type banderoles héraldiques... Un monde !!! Les personnages sont plus qu'excentriques et rappellent en exagéré parfois les romans de Rudyard Kipling, Abraham Merritt ou encore Rosny Aîné. Le magicien (hommage à George Méliès), la princesse indienne (hommage au Capitaine Nemo, elle en porte le nom), le sorcier (tout droit sorti d'un film de Murnau), l'officier pilote d’éléphant blindé (qui n'est autre que "Durckheim" l'aide de camp de Louis II de Bavière), un chien de chasse qui "cause l'argot français"... Parfois, les dialogues et l'ambiance m’ont fait penser aux histoires du Baron de Munchhausen et également à la compagnie des "Machines de l’île à Nantes" (hommage aux Royal de Luxe, célèbre troupe de théâtre de rue à Nantes)…. Bref les hommages litéraires, cinématographiques, historiques et fantastiques voire même ésotériques sont nombreux dans cet ouvrage. J'ai beaucoup ri et aimé la présence du dictateur nord-coréen (ancien chef d'Etat réel). Un récit complètement déjanté, des couleurs d'une rare beauté, un grand plaisir à découvrir ce paysage créatif ! A lire et à relire au coin du feu les longues soirées d'hiver ! Je suis content d’avoir découvert cet artiste auteur qui m'a fait rêver !!!

05/08/2014 (modifier)
Par Chalybs
Note: 2/5

Malheur sur moi, je suis extrêmement embêté par cette BD. Mon avis tel que je vois que je vais le réaliser va sûrement, d’ailleurs, aller à l’opposé de ma note dans une majorité de ses points. Globalement, je n’ai rien aimé dans cette BD. Je n’ai pas aimé le dessin, à mon sens confus, surchargé. Je n’ai pas aimé les couleurs toujours un poil trop sombres, et qui peinent à vraiment donner des ambiances intéressantes. Je n’ai pas aimé l’histoire trop extravagante, sorte de patchwork, de bric à brac, de fourre tout reprenant énormément d’éléments d’autres histoires, donc remplie de référence pas toujours bien employées. Je n’ai pas aimé le découpage du scénario trop brouillon, mal conçu, qui oblige l’auteur à régulièrement faire parler ses personnages afin de décrire ce qu’un bon dessin aurait pu nous faire comprendre visuellement et qui est pour moi, l’un des avantages de la BD : faire passer des émotions, des réflexions par le seul pouvoir de l’image. Les liaisons entre les différentes scènes sont souvent abruptes et j’ai eu l’impression de sauter régulièrement du coq à l’âne. Maintenant que cela est dit, je dois malgré tout reconnaitre de nombreuses qualités à cet ouvrage. Premièrement, la qualité de l’édition. Ouvrage broché à la couverture souple, le papier est épais et fleure bon la qualité de réalisation. J’ai eu plaisir à prendre cet album en main et c’est même l’une des raisons qui m’ont fait le lire. Deuxièmement le dessin. Il est indéniable que l’auteur avec sa couleur directe s’est lâché et a donné de sa personne et de sa personnalité. Le dessin est d’une grande richesse et d’une grande originalité. La conception graphique est une vraie réussite et pris case par case, j’aurais pu trouver un vrai plaisir visuel. Malgré tout, je réitère mon impression que toutes ces cases mises côte à côte font surchargées et que cela est fatiguant à la longue. Troisièmement son scénario. Là encore l’auteur a recherché l’originalité. Il remplit son histoire de références variées et hétéroclites, d’hommages sûrement à des personnages l’ayant marqué et influencé (Jules Verne, Retour vers le futur, des références historiques…). L’auteur indéniablement se livre encore et propose une part de lui-même dans ces pages. Malheureusement, à force d’en rajouter, cela devient lourd tout en manquant de fondation. Alors forcément, un moment ou un autre, tout s’écroule et je décroche. De plus, le caractère de certains personnages m’a énervé, trop naïfs, trop too much. Par exemple, je n’ai pas aimé la manière de parler de Clara, les phrasés en anglais sont mauvais et font complètement faux. Un album tout en contradiction donc. Pris séparément de nombreux éléments sont excellents. Juxtaposés, l’ensemble devient pour moi indigeste.

19/06/2012 (modifier)
Par Dona
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je dirai même plus : Culte à 200% !!! Tout d'abord, un graphisme caligarien-baroque coloré à l’ancienne, wouhaaw il est impossible de ne pas se laisser séduire par ce chef d'oeuvre qui nous plonge dans un rêve merveilleux. Un feu d'artifice de formes et de couleurs, une bombe atomique ! L'artiste Alban Guillemois réalise ici du jamais vu en BD ! Tous parlent d'une reprise de "l'île mystérieuse" de Jules Verne, ok pour le point de départ de l'oeuvre, mais en fait, nous en sommes loin !!! L'auteur a incorporé dans un scénario, complètement hallucinant (digne des Monthy Python), des références contemporaines cinématographiques et télévisuels (je pense à Lost, à Retour vers le futur et aux chasses du comte Zaroff...) aussi parfois à la peinture "Picasso" et "Klimt" et à l'art de la magie (certains pourront reconnaître le "carton fantastique de Robert-Houdin" (célèbre magicien), exposé à la cinémathèque française). De l’esprit, du rêve et de la culture à revendre cette bande dessinée ! L'idée géniale demeure assurément dans la présence fantastique du dictateur communiste Kim Jong-Il qui prépare un complot contre l’Amérique capitaliste au moyen du triangle des Bermudes. L'arrivée du docteur Emmett Brown de "Princeton Univercity" et de son épouse Clara, tous deux de retour du futur ! Trop fort ! Il ne manquait plus que la présence du célèbre magicien et cinéaste Georges Méliès et de son équipage, une gentille princesse indienne, un officier allemand, un "jeune Werther" appelé Murnau et un chien savant, pour compléter ce tableau délirant et enfin comprendre que, nous lecteur, devons tenter l'aventure afin d'apprécier l'ampleur de cet ouvrage extraordinaire !

19/02/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Voilà ce que j'appelle une de ces lectures prises de tête que l'on rencontre de temps en temps. Vous lisez les trois premières pages et ça y est : vous avez tout de suite une migraine épouvantable. Vous êtes tout de suite dans le bain avec cet éléphant mécanique à hélice qui s'écrase sur une île ! Je n'aime pas ce récit totalement désordonné qui donne dans une espèce d'allégorie sans nom. Il n'y a aucune grâce à mes yeux. Le dessin semble s'adresser à une tranche d'âge en dessous de 8 ans mais les dialogues donnent plus vers un public plus âgé. Alors, non, ce décalage, ne me convient pas du tout ! J'ai bien compris qu'il s'agit d'une réécriture du fameux roman de Jules Verne en y introduisant des références modernes. Chaque auteur a droit d'adapter à sa sauce un classique du genre d'aventure. Cependant, cela prend ou pas vis à vis du public... Cela n'a pas été mon cas, vous l'aurez compris. Pour autant, je pense avoir acquis un minimum de culture. J'ai eu conscience de lire un ouvrage qui attire par son espèce de patchwork qui détonne mais qui part véritablement dans tous les sens à l'image d'un graphisme anguleux. A réserver à un public sans doute plus ouvert qui accepterait un amalgame entre la série Lost et le classique de Jules Verne.

06/02/2011 (modifier)
Par DELORME
Note: 5/5

D'abord et avant tout comme dirait Baudelaire glorifier le culte des images et de la lumière-couleur. Car Alban Guillemois, c'est d'abord et avant tout une image hors du commun, une invitation au voyage, un saut dans la vision merveilleuse. C'est la foi en l'inconnu, au rayonnement imprévisible qui surgit derrière l'horizon, à l'inattendu dans les rêves d'un enfant. Merci Alban Guillemois de ce prodigieux bond en avant dans la couleur, dans le pays enchanté de tes héros.

09/11/2010 (modifier)
Par scuineld
Note: 3/5

Cet album raconte une bonne histoire avec beaucoup de bonnes trouvailles, mais dans un style qui ne me plaît pas du tout. Si je devais comparer avec un film, je dirais : bon scénario, mais la réalisation laisse à désirer... Je développe, je développe... L'histoire est bien pensée et permet, sans que le départ ne le laisse présager, d'intégrer des éléments bien réels. Les trouvailles et autres inventions sont ingénieuses, souvent amusantes et s'intègrent bien dans l'ambiance dégagée par l'album. De plus, certains dialogues sont très bons (du style "il pleut comme ruminant qui s'oublie"). Malheureusement, j'ai trouvé la fin trop "dense", trop "fouilli" et peut-être même un peu trop rapide. Je me demande si une dizaine de pages en plus n'auraient pas été un plus. Mais, d'un autre côté, j'étais peut-être arrivé à saturation avec cet album... Ensuite, j'ai trouvé certaines situations vraiment trop grotesques (ex : le passage des sables mouvants) et certaines inventions ridicules (ex : la malle de Meliès, qui contient vraiment beaucoup de choses). Et pour en terminer avec cette partie, je n'ai pas aimé du tout notre apprenti sorcier (et, dans une moindre mesure, la princesse indienne). A part une guérison miraculeuse, les dons du sorcier ne sont pas vraiment exploités (==> à quoi il sert ?). Et puis, les faire venir d'un école ? Pourquoi ? Prétexte à une amourette d'adolescents ? Ces deux personnages ne gênent pas vraiment dans l'histoire, mais ne l'enrichissent pas non plus... Passons maintenant à la réalisation. Le graphisme et les couleurs sont relativement bien faits, sortent de l'ordinaire et amènent une certaine fraîcheur. Malheureusement, j'ai trouvé que les personnages étaient "mal intégrés" dans l'histoire, qu'ils manquaient de naturel (par exemple, j'avais souvent l'impression qu'ils se déplacaient par petits bonds). Ensuite, j'ai trouvé qu'ils subissaient plus l'aventure qu'ils ne la vivaient. J'ai eu l'impression qu'ils ne se posaient jamais de question et passaient d'une scène à l'autre sans trop de tracas (je n'ai remarqué qu'un seul moment où ils se tracassaient - après le repas, dans leur chambre). Un autre point qui m'a dérangé est, principalement au début, le manque de fluidité entre les différentes scènes. Mais je ne suis pas sûr que beaucoup de personnes auront ce sentiment. Et puis, cela ne m'a plus marqué par la suite... Un autre bon point (et là, rien à dire de négatif) est l'intégration des pages ''Carnet de bord'' et autres plans, qui sont fort plaisants et apportent de la diversité et de l'humour dans le récit. Donc, finalement, pour revenir à la comparaison avec un film, j'ai eu l'impression de "voir" un film à petit budget avec un bon potentiel mais gâché par une mauvaise mise en scène et par un jeu d'acteur qui pourrait être bien meilleur... Voilà donc pourquoi une telle note sans conseil d'achat (d'autant plus que le prix n'est pas des plus léger). Mais je pense qu'il vous faut dépasser le début pour vous faire votre propre idée...

07/04/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Voici une bonne petite bd atypique. Son ambiance aventureuse est digne des récits julesverniens. A ce sujet, les références y sont nombreuses et variées. Le côté loufoque et incongru est bien présent tout au long de l’histoire. Je n’ai pourtant pas été autant séduit que mes prédécesseurs. La faute sans doute à un ton trop "bon enfant" qui donne l’impression que l’idée même du récit n’est pas totalement exploitée. Je conviens que cela permet à la bd d’être de lecture accessible au plus grand nombre (même si le prix élitiste ne l’incite pas vraiment). Le final est un peu surprenant mais bien en phase avec le reste de l’histoire. La mise en page est originale avec des planches aux couleurs pastelles surannées. Cela donne un petit goût de moisi qui ne déplairait pas à certains. A lire, à découvrir . . . et plus si affinités ! :)

31/03/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Quel dommage de sortir une BD de ce niveau avec une couverture brochée. On peut même considérer qu'elle est chère. On critique souvent Futuropolis pour ses prix, mais ils éditent des BD au papier luxueux, à la couverture cartonnée à dos rond et à la pagination souvent importante. Voilà c'est dit, c'est le principal défaut de cette BD. Le second concerne le dessin, très beau, stylisé mais à la limite de la surcharge. Avec un minimum d'attention on s'en accommode d'autant qu'il y a du talent dans la partie graphique. Le scénario est un peu pêle-mêle avec de nombreuses références. C'est avant tout une BD à ambiance onirique à la croisée de nombreux genres. Le lectorat visé est très large, le récit a un côté universel. "L'Ile aux Mille Mystères" n'est pas une BD conventionnelle, elle a un charme important justifiant le 4/5 au dépend du 3/5. La lecture est divertissante et accessible, cette BD plaira au plus grand nombre.

10/03/2010 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Mais qu’elle est bien belle cette petite aventure mêlant conte et science-fiction ! J’ai vraiment été charmé par le récit, les personnages principaux, l’île en question et tous ces petits éléments qui rendent l’ensemble si attachant. Autre bonne surprise, ce sont les personnages secondaires, qui arrivent plus tard dans l’histoire, mais qui révèlent un cross-over assez surprenant, mais chuut, je n’en dis pas plus… Les planches quant à elles sont de toute beauté. Le trait reste relativement simple, bien que parfaitement adapté à ce type d’histoire. La colorisation est magnifique, chaleureuse, sombre par moment, mais toujours bien choisie pour permettre au lecteur de s’envoler vers cette aventure, qui sort tout droit de la tête de Jules Verne. La mise en page n’est pas en reste ; elle me semble fort aboutie, l’album étant entrecoupé de passages plus particuliers, comme une page d’un journal de bord, le plan d’une machine… Cela permet à la trame principale de respirer et de donner au lecteur des détails parfois succulents sur l’un ou l’autre élément. L’album se dévore à toute vitesse, et c’est quelque peu dommage compte-tenu de son prix. Mais pour le reste, il s’agit là d’une très belle réussite, qui devrait ravir les grands-enfants que vous êtes. Assurément un coup de cœur !

01/03/2010 (modifier)