Septembre en t'attendant

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Une tragédie personnelle lors des attentats du World Trade Center... Un récit autobiographique bouleversant.


9/11 Ecritures New York

Lundi 10 septembre 2001. Luis Torres vient de vivre son tout premier jour de boulot chez Cantor Fitzgerald, une firme financière de Manhattan, en tant qu’agent de change. Un vrai ballon d’oxygène pour ce jeune Américain ambitieux d’origine colombienne. Le mois précédent, en août, il a perdu son précédent emploi. Or sa femme Alissa, rencontrée trois ans plus tôt, est enceinte de plus de sept mois, et le jeune couple, toujours très amoureux, vient d’acquérir une maison dans le Queens, qu’il faut commencer à rembourser. Rien, pourtant, ne se passera comme prévu. Le lendemain, le 11, très tôt le matin, Luis a quitté la maison pour aller vivre sa seconde journée de travail chez son nouvel employeur. Un peu plus tard la même matinée, deux avions de ligne détournés percutent les tours jumelles du World Trade Center. Cantor Fitzgerald, dont le siège se trouve dans les tours, fait partie des entreprises les plus durement touchées. Plus de 650 de ses employés perdent la vie. Luis fait partie de ceux qui choisiront de sauter dans le vide… Pour Alissa, enceinte puis bientôt maman d’un nourrisson, il va falloir apprendre à survivre. Les premières semaines, elle est très entourée. De partout, organismes caritatifs et personnes privées lui proposent leur aide, morale, matérielle, financière. Mais au fur et à mesure que le temps passe, les relations se tendent, les procédures administratives se durcissent, les premiers reproches surgissent…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Septembre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Septembre en t'attendant
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

20/11/2009 | Erik
Modifier


Par cac
Note: 2/5

Je partais avec un bon sentiment, cette femme raconte de l'intérieur sa vision du 11 septembre, elle qui est concernée au premier plan car son mari en fut une des victimes. Elle se retrouve veuve, et enceinte de surcroit, le sort est décidément contre elle quand on pense que son mari avait commencé son travail dans les tours seulement la veille, puis par la suite son employeur a tardé à le reconnaitre comme faisant partie des effectifs. Sans compter qu'il était étranger et n'avait pas encore obtenu sa carte verte, bref un ensemble supplémentaire de tracasseries administratives. Au final, elle parle peu de politique, n'a pas de rancune envers les terroristes et ne fait état d'aucune de leurs motivations ni de ce qu'elle peut ressentir à leur égard. Elle ne parle vraiment que de son cas, de son malheur personnel et de ses relations multiples avec les organismes d'aide aux familles de victimes. L'ouvrage a le mérite d'être instructif, je n'imaginais pas qu'avaient été apportées autant d'aides financières - conséquentes puisqu'elles se chiffrent en dizaines de milliers de dollars. L'auteur évoque aussi le dédommagement proposé pour dégager la compagnie aérienne de toute responsabilité, et également le ressentiment d'autres citoyens américains estimant que le gouvernement - et donc eux-mêmes à travers leurs impôts - en donnait trop à ces victimes. Certes elles ont subi la perte d'un être cher à travers ces attentats dont on parlera encore des années mais plein d'autres américains ont perdu une personne proche que ce soit par accident ou lors d'une guerre. Bref on perçoit à un moment une sorte de fracture dans cette solidarité nationale, et l'album se centre beaucoup sur ces histoires d'argent à tel point qu'on finit par trouver Alissa Torres un peu vénale. Je ne dis pas qu'elle le soit et je pense bien que devant élever son bébé à ce moment, elle avait besoin d'argent, mais c'est ainsi que je le perçois à travers ce récit. L'album est entrecoupé de flashbacks sur la vie de son mari, sorte de devoir de mémoire forcément hagiographique destiné à un enfant qui ne connaitra jamais son père. Ou moyen de toucher des droits d'auteurs. Un titre de la collection Écritures qui m'a déçu malgré une partie graphique qui ne démérite pas. Pour l'instant, peu de récits en bande dessinée sur ce fait marquant de l'histoire contemporaine ont réussi à capter mon attention.

12/10/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Je n'ai pas été conquis par cette BD mais je l'ai fini par respect. Le sujet abordé est simple, une femme rencontre un homme, ils forment un couple, se marient, elle tombe enceinte, ils achètent une maison, il perd son travail puis en retrouve un autre, qu'il commence le 10 septembre 2001 dans une des tours du World Center... L'évènement est vite traité, la BD se consacre surtout à l'après et aux difficultés que rencontre l'auteur. Beaucoup de points abordés m'étaient inconnus mais trop d'autres ne sont pas abordés. On retrouve les USA dans tous leurs défauts : rapport à l'argent en premier... C'est peu plaisant à lire, le dessin est mignon et aéré mais c'est le propos qui prévaut. Celui-ci manque de plan clair, on passe du coq à l'âne. Cette BD joue un évènement majeur du début du XXI ème siècle mais passe vite fait à des préoccupations plus personnelles. Je ne vais pas épiloguer mais cette lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable.

02/04/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Le 11 septembre fut une épouvantable tragédie, quoiqu'on en dise, pour les familles des victimes. Alissa Torres, épouse de l'un de ceux qui périrent au sein du World trade Center, sort de son silence 7 ans après la catastrophe. Sans en rajouter. Comme en une longue lettre adressée à Eddie, son mari, disparu avant la naissance de son enfant. Ce qui m'a touché en premier lieu, c'est la sincérité d'Alissa. Pas d'aveuglement, pas de haine primaire envers les terroristes (elle n'en parle d'ailleurs quasiment pas, les avions kamikazes étant représentés de façon très schématique, voire enfantine), pas de patriotisme exacerbé. Alissa parle d'ailleurs du fait qu'elle envisageait de quitter Eddie à cette époque. Il n'avait pas que des bons côtés, et la jeune femme se posait beaucoup de questions. Le récit avance de façon chronologique sur l'année de deuil, avec plusieurs retours en arrière "thématiques" sur les mois voire les années qui ont précédé la disparition d'Eddie. C'est poignant par moments, mais l'auteure n'en rajoute pas, et c'est là qu'on reconnaît la sincérité. La solitude (malgré les amis, la famille, les organismes sociaux), le harcèlement des organismes de tout poil (j'imagine que certaines sectes ont aussi essayé de s'engouffrer dans la brèche, même si elle n'en parle pas ou peu), la complexité du système d'aide, le vide, l'envie, la colère, tout est passé en revue de façon très digne. Alissa Torres bénéficie du joli graphisme de SungYoon Choi (dont le nom est absent de la couverture, étrange), au carrefour du manga et du comics, pour mettre en scène sans fioriture cette histoire vraie. Et on y croit, même si le style semi-réaliste me semble par moments un peu insuffisant pour insuffler une véritable émotion sur les mots de la scénariste...

08/03/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Une jeune femme américaine tombe amoureuse d’un jeune gars originaire de Colombie dans un night-club new-yorkais en 1998. Le couple va vivre alors ensemble un petit bout de chemin. Elle tombe enceinte en 2001. Il est viré de son emploi. Cependant, il trouve un autre travail alors que sa femme doit accoucher dans deux mois. Il commence son travail le 10 Septembre. Il ne faut pas arriver en retard au travail pour son second jour même s’il vient de se disputer avec son épouse. Nous sommes le 11 Septembre 2001… C’est une histoire vraie qui m’a profondément bouleversé au point où je n’ai pu empêcher de retenir mes larmes qui ont coulé abondement. :(( L’auteur sort de son silence près de 8 ans après pour raconter son expérience personnelle sans verser dans le pathologique et sans exploiter ce terrible drame. C’est sidérant de réalisme. On ne se rend pas compte de ce qui s’est passé. Il faut vraiment avoir été dans la peau d’une de ces familles des victimes de ces tragiques attentats. Cette jeune femme a eu beaucoup de difficultés à faire enterrer son mari qui possédait juste une carte verte. Sans emploi, elle a voulu bénéficier des aides financières apportées dans un premier temps par la Croix-Rouge : un vrai parcours du combattant ! En effet, son défunt mari n’avait pas eu le temps de signer son nouveau contrat de travail. Elle est ballotée de service en service alors qu’elle est enceinte et qu’elle vient de vivre le pire qu’on puisse imaginer. La description de certaines scènes est horrible dans le propos tenu. En effet, les réflexions des amis et de ces hordes de psychologues et autres journalistes sont quelques fois très mal appropriées. On peut alors ressentir toute la souffrance de cette jeune femme blessée qui a le courage de se relever et de se battre pour la survie de son bébé. Le quotidien des lendemains plutôt difficiles est évoqué sans ménagement. Elle nous donne une belle leçon de vie. On relativise beaucoup de nos problèmes après une telle lecture. Alors, oui, c’est plutôt salutaire. La meilleure bd que j’ai pu lire traitant bien des aspects méconnus des attentats du World Trade Center.

20/11/2009 (modifier)