Cauchemars

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Alberto Breccia s'inspire de divers romans ou nouvelles dont le but est nous retranscrire l'ambiance (c'est expliqué à la fin).


Auteurs Argentins

Un homme malade surgit ne nulle part. Mais quelle peut donc être son histoire? ...? ...! Un homme va tuer pour une pendule.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2003
Statut histoire One shot (recueil d'histoires courtes) 1 tome paru
Couverture de la série Cauchemars
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2009 | GiZeus
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai lu cet album car j'ai bien aimé les adaptations de Lovecraft de cet auteur et je fus déçu durant ma lecture. En fait, je viens juste de me rendre compte que les adaptations de Lovecraft avaient été scénarisées par un scénariste alors qu'ici Breccia est auteur complet et c'est probablement la raison pourquoi la qualité est différente dans les deux albums. Le dessin de Breccia est toujours aussi intéressant et il sait bien créer une atmosphère lugubre pour ses histoires. Sauf que la plupart des histoires présentes sont au mieux moyennes. Je n'ai pas du tout compris l'histoire muette et celle avec Jekyll et Mr Hyde est sans grand intérêt. Un album qui se lit vite et s'oublie vite. Je mets la note moyenne pour le dessin et parce que la majorité des histoires ne m'ont pas ennuyé.

06/05/2015 (modifier)
Par GiZeus
Note: 3/5

Premier contact avec Alberto Breccia, première déception. Bon, je ne misais pas grand chose dessus, je suis tombé dessus par hasard et je ne connaissais même pas l'auteur. Autant dire que c'était l'inconnu le plus total. Première chose qui surprend quand on voit ce livre, la couverture. On sent déjà que le récit ne sera pas des plus traditionnels. Quand on ouvre enfin le livre, on commence à entrevoir ce qu'il va se passer. On peut en effet lire que l'auteur s'inspire de romans et nouvelles. Pourquoi pas après tout? Je commence donc la première histoire et, après avoir été interpellé par le dessin tout en aquarelles, j'arrive dès la deuxième page dans le vif du sujet. Alors je me rends compte que l'histoire sera le support d'une interrogation métaphysique de Breccia. Je passe à la suivante et là, rien. Juste un message basique comme quoi la vie n'est qu'un éternel recommencement. Déçu je poursuis et à la fin de ma lecture je me demande le but de ces histoires courtes, parfois de 5 pages. Est-ce un hommage aux romans et nouvelles dont est tirée l'inspiration? Est-ce seulement une prouesse graphique? Ou alors est-ce moi qui n'ai pas compris le message de l'auteur ? Pour répondre à cette question, l'éditeur a décidé d'inclure deux pages à la fin de cet album qui nous apportent la réponse. Il semblerait que cela soit un hommage aux récits qui ont frappé Breccia qui ne pouvait réfréner son envie de d'illustrer les passages les plus marquants, mais pas de n'importe quelle manière. Il voulait en retranscrire l'ambiance. Après longue délibération, je décide d'accorder la moyenne à cet album, en raison de la première histoire qui est franchement bien et de l'ambiance plutôt agréable qui en ressort.

10/10/2009 (modifier)