Paroles de taulards

Note: 3/5
(3/5 pour 14 avis)

2000 : Prix Tournesol pour le tome 1. Des histoires conçues par des détenus et des surveillants, scénarisées par Corbeyran, réalisées par des dessinateurs de premier plan, où se reflètent les histoires personnelles, les angoisses, aspirations et vie quotidienne dans le monde fermé de la prison.


BD Boum Collectif Consensus sur une BD Corbeyran Encrages Paroles Prisons Prix Tournesol Témoignages

La vie en prison ou en rapport avec elle, vue par des détenus et des gardiens. (Critique bien faite de Thierry Bellefroid sur le tome 1, tirée de bdparadisio) Avec une couverture et un titre pareils, cet album est assuré de ne pas faire partie des best-sellers de l'année. Même si j'ai beaucoup d'admiration et d'affection pour Baudoin, placer un dessin comme celui-là sur une couverture, c'est déjà un appel à la déprime ! Et ceci n'est pas une critique, contrairement aux apparences. Au contraire, même. Fruit d'un travail passionné et passionnant, initié -une fois n'est pas coutume- par un festival de BD (BD Boum, Blois), cet album ne cède en rien aux impératifs commerciaux. Et c'est tant mieux ! Réaliser de courts récits sur le monde carcéral, voilà une idée louable. Mais en général, une idée qui tourne court. L'intérêt de ce projet est d'avoir été chercher la matière à la source. Les « hôtes » de la Maison d'arrêt de Blois ont raconté leurs histoires, leurs obsessions, leurs angoisses ou leurs petites joies à Corbeyran, qui les a transformées en scénarios de BD, puis confiées à ses amis dessinateurs. Cela donne un album (forcément) en noir et blanc qui est à la fois l'expression d'un cri, une oeuvre forte, profonde, authentique et plurielle. Les dessinateurs qui ont joué le jeu ne sont pas des inconnus. J'ai parlé plus haut de Baudoin. Il ne s'est pas contenté de la couverture et clôt l'album avec une histoire de dix planches au pinceau comme il sait si bien les faire. Davodeau, lui, ouvre le feu et confirme, après deux albums en couleur, qu'il reste très à l'aise en noir et blanc. Entre les deux, on trouve des connus (Berlion, Guérineau, Bézian, Peyraud, Crespin...) et des moins connus (Matthys, Lemaire, Lejonc, Christopher...) Mention spéciale pour Marc-Antoine Mathieu qui en six planches allongées et muettes parvient à rendre toute la noirceur d'une première incarcération et toute la solitude de celui qui s'y trouve confronté. Toutes ces pattes différentes se complètent en tout cas très bien et proposent un album qui ne se contente pas de mettre en images les histoires rêvées -ou cauchemardées- par des détenus. (Je viens de lire, de Thierry Bellefroid)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1999
Statut histoire Histoires courtes 3 tomes parus
Couverture de la série Paroles de taulards
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

14/05/2002 | ThePatrick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Mon avis porte sur l'album "Paroles de taulards". Le principe même de l’album rend forcément inégal l’ensemble d’histoires courtes réunies ici. Il y a des choses intéressantes, mais beaucoup de scénarii sont réduits à la portion congrue, même après avoir été retravaillés par Corbeyran. Idem pour le dessin, vu le nombre de participants. Mais beaucoup de belles choses (je suis toujours totalement fan du dessin épuré et tout en contraste de Marc Antoine Mathieu par exemple). Au final, un album qui vaut surtout pour l’espace de liberté et de reconnaissance qu’il a offert aux détenus qui ont participé à ce projet. C’est ce qui me fait en recommander l’achat (plus un acte militant qu'autre chose, car j'avoue ne pas avoir été emballé plus que ça quand même...). Une initiative intéressante.

28/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avis portant sur "Paroles de taulards". Je me méfiais énormément des histoires que ces détenus allaient m’offrir au fil des pages de ces « Paroles de taulards ». Je craignais un certain apitoiement sur soi-même, une révolte immature face à un système ou encore un positionnement entant que victime de la part de ces personnes jugées coupables par la société. A de rares exceptions, il n’en fut rien. Les courtes histoires proposées font avant tout montre d’humanité. Entendez par là qu’elles permettent d’entrapercevoir l’homme derrière le détenu. Pas toujours très fréquentable, pas toujours très futé, rarement innocent, mais tout de même humain. Le talent des illustrateurs n’est pas pour rien dans la réussite de l’album. La plupart d’entre eux, en effet, parvient à donner une forme adéquate aux propos. Je n’achèterais jamais ce genre d’albums, mais je n’ai pas le sentiment d’avoir perdu mon temps en le lisant. J’en conseille donc l’emprunt.

09/03/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Avis portant sur "Paroles de taule" : Corbeyran nous livre 25 histoires fortes et humaines qui laissent entrer dans le monde obscur de la prison un peu de cette lumière qui aide à comprendre. Il y avait eu auparavant Paroles de taulards qui avait rencontré un certain succès d'estime. C'est une oeuvre qui donne la parole à ces exclus de la société. Les journées sont longues en prison et ce n'est pas une sinécure. L'opinion publique a tendance en général à trouver les prisons trop confortables. On jette encore du mépris sur des prisonniers dont les conditions de vie se dégradent en raison de la surpopulation carcérale. Si l'incarcération reste une punition, l'objectif est quand même de trouver une vraie réinsertion en faisant réveiller les consciences sur les véritables valeurs du monde qui nous entoure. Paroles de taule nous donne la version des prisonniers sur les différents problèmes rencontrés sur les lieux de détention. Cependant, il est également fait une place aux gardiens qui vivent chaque jour la prison alors que ce n'était pas forcément voulu ou choisi et qui font un métier difficile. J'ai trouvé l'ensemble d'une grande honnêteté intellectuelle. Certains témoignages peuvent briser le coeur. J'aimerais tellement que chaque personne puisse prendre conscience de ce qui se passe vraiment en prison. Toute cette souffrance est parfois atroce. Avis portant sur "Paroles de parloirs" : C'est encore une exploration de la vie carcérale par Corbeyran. Cette fois-ci, c'est un peu différent. Nous avons droit aux témoignages des familles de détenus. On se rend compte que ces gens peuvent également beaucoup souffrir parce que l'un des êtres chers se trouve derrière les barreaux. Ils vivent également emprisonnés dans la solitude et l'angoisse. Bref, ils assument également à leur manière la peine infligée par la société. Il y a également la honte et le regard des autres qu'ils doivent affronter. Je pense à cet enfant dont le père est en prison car il a pété les plombs sans être un criminel dans l'âme. On peut se retrouver en prison par accident de la vie... Je n'avais jamais imaginé que la prison, c'était également cet aspect là. Ces témoignages peuvent vraiment nous faire ouvrir les yeux. Très humain et très instructif. Poignant par moment surtout lorsqu'il s'agit des femmes ou des mères. Bon à savoir : Delcourt a publié dans la collection encrages plusieurs one-shot qui donnent la parole aux prisonniers, puis à leur proches. Ces recueils sont totalement indépendants c'est à dire qu'il ne s'agit pas proprement dit d'une série avec des numéros qui se suivent. J'ai moi-même eu beaucoup de mal à relier "Paroles de parloirs" et "Paroles de taule" à "Paroles de taulards".

14/08/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Excellente initiative de la part de Delcourt ! On découvre la vie des détenues, de leurs proches et de leurs surveillants de manière totalement naturelle et sans préjugé. J'ai découvert beaucoup de choses sur le système carcéral français comme le fonctionnement des visites de la famille. On découvre et comprend les sentiments des détenus, de la vie un peu brutale de la prison (y a beaucoup de bagarres) et de la misère de leurs proches (je ne voudrais pas être à leurs places). Certaines histoires sont nulles, mais, globalement, j'ai beaucoup apprécié ces trois tomes.

02/03/2008 (MAJ le 17/04/2008) (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Après la lecture du tome 1 : "Paroles de Taulards". Je ne m'attendais pas à une BD aussi intéressante dans le traitement. Les histoires vécues par des détenus sont mises en forme par Corbeyran et dessinées par des dessinateurs confirmés. Du coup, les professionnels apportent la forme au contenu fourni par les détenus. Le résultat est à la hauteur de l'investissement de tout le collectif à l'origine de ce projet. Je n'ai pas été surpris par les récits, avec les heures de télé et ses reportages on a forcément une idée de ce qu'il se passe derrière les barreaux. Mais dans le cas présent, ce sont des témoignages ou au moins des fictions tirées d'histoires vraies qui nous sont contées. Cette aspect documentaire est bien géré et confirme que la BD se révèle être un bon support pour les documentaires. Note affinée : 3.5/5

23/03/2008 (modifier)
Par pigou
Note: 3/5

Avec cet album, Corbeyran nous ouvre les portes du monde pénitentiaire. L'occasion de découvrir des récits de taulards divers et variés (les récits, pas les taulards). Parfois, ces récits nous racontent les angoisses des détenus, celle de l'entrée en cellule, mais aussi de la sortie. Mais parfois, ces récits sont plus légers, plus anecdotiques à l'image de la première racontant une tentative d'évasion ratée. Chaque histoire est mise en scène par un dessinateur différent. Ceci ne nuit en rien à l'unité de l'album et permet de nous faire (re)découvrir certains talents (perso, je trouve que "l'incarcération" de Marc-Antoine Mathieu est vraiment réussie alors qu'habituellement, je n'aime pas trop le style de cet auteur). Au final, l'album est plaisant à lire. Cependant, je n'ai pas ressentie complètement la dureté du monde carcéral, ni les angoisses ou les espoirs des taulards. Paroles de taulards m'a plus fait l'effet d'un album de qualité, agréable à lire qu'autre chose. Et je ne suis pas sûr que c'était le but recherché.

19/12/2007 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Intéressante initiative que celle de faire s’exprimer les détenus sur leur vie carcérale. Leurs récits sont mis en forme par Corbeyran et le crayon passe de main en main au fil des histoires. Difficile d’émettre un avis sur cette série vu la mixité des thèmes abordés (du clin d’œil à la réflexion plus profonde). Même chose pour les dessins qui sont d’une grande diversité (du style gros pif au trait hyper réaliste). C’est donc sur une impression générale que se base mon appréciation et celle-ci est plutôt bonne. A lire une fois pour découvrir le milieu carcéral sous le regard de ceux qui y vivent.

29/06/2007 (modifier)
Par Kaeline
Note: 3/5

Novice en matière de bd, mon bref avis rejoint celui des bédéphiles puisque je salue l'originalité de la démarche. Je ne m'étendrai pas sur ce qui a été dit, à savoir l'intérêt (qui peut virer à la lassitude) des histoires toutes diverses et graphiquement personnalisées. En revanche... ça nous change des médias et autres lavages de cerveau. J'ai été frappée par la pertinence de ces témoignages, finalement assez peu romancés, ce qui en fait leur dérisoire force : au-delà de la solitude et de la privation, l'intimité apparaît tellement bafouée qu'elle n'existe plus, et dans ce lieu d'exclusion barbare les mots et les rêves sont terriblement "terre à terre", à portée de tous et loin de la leur. Ils sont passés dans un autre monde (comme l'un d'entre eux le souligne à propos de son ancienne vie qu'il doit enterrer)et vivent (survivent, pour certains ?) sur le fil du rasoir. Et, si en effet le politicaly correct a dû se glisser entre les témoignages et la publication, ceux qu'il reste à féliciter sont les membres de l'association pour la confiance qu'ils sont certainement parvenus à instaurer pour obtenir un résultat humaniste et sincère. Voili, voilo...

19/08/2004 (modifier)
Par Garath
Note: 3/5

Je viens de lire le troisième opus des paroles et je dois dire que je l'ai moins apprécié que les autres. Pourquoi? Pas la moindre idée. Le principe ne change pas et cet album reste dans l'optique des précédents. Néanmoins, cette "série réaliste" reste intéressante et nous fait découvrir des points de vue rarement abordés dans la vie. De plus, il n'y a pas de sensationalisme : chaque détenu/membre de la famille exprime ce qu'il a à dire de manière simple et directe, sans plus. Donc, BD à lire et qui a le mérite de faire réfléchir. Petite note concernant les dessins : comme il y a beaucoup de dessinateurs différents, on peut ne pas en apprécier certains (ou même beaucoup). Mais ça ne doit pas empêcher d'apprécier cette série à sa juste valeur.

01/12/2003 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Une initiative de l'association BDBoum qui est vraiment intéressante. Le format, des nouvelles écrites par des prisonniers et mis en forme par un scénariste chevronné, est très bien rendue par les dessinateurs, tous talentueux. c'est très intéressant du point de vue ethnologique. Ce format permet également de découvrir d'autres auteurs.

25/11/2003 (modifier)