Les Zélus

Note: 1/5
(1/5 pour 1 avis)

Dans cette BD satirique qui ne mâche pas ses mots et qui fait preuve d'une ironie comme on l'aime, vous allez découvrir un président de la République qui ressemble de très près au nôtre, y compris physiquement. Vous allez le suivre dans sa vie de tous les jours, confronté à ses problèmes quotidiens ou à des ministres loufoques et froussards. Vous allez le voir plus préoccupé par son chien que par une grève nationale de routiers, et serrer la queue d'une vache plutôt que la main de l'agriculteur. (texte de l'éditeur)


Politique

Les Zélus est une série de gags en une planche qui se moque avec verve de nos politiques et de la manière dont ils nous gouvernent. Une bouffée d'air frais et de second degré qui occasionne des fous rires bien mérités au milieu des affaires de corruption, de malversation, d'avantages fiscaux, de détournement de fonds... Mais oui, il se porte à merveille, notre beau pays... (texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Novembre 2001
Statut histoire Strips - gags 3 tomes parus
Couverture de la série Les Zélus
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

23/07/2009 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Bon, bein là, c’est nul … Pourtant, je n’aime pas dire du mal du produit d’auteurs sincères qui donnent le meilleur d’eux-mêmes. Mais ces Zélus me sont apparus pitoyables à plus d’un échelon. Mais avant toutes choses, sachez que ces albums sont en fait des recueils de gags en une ou deux planches, qui mettent en scène un président et sa cour. Les ressorts humoristiques lorgnent (enfin ! « lorgnent » …, « louchent franchement » serait plus adéquat) sur la prétendue corruptibilité des hommes politiques. C’eut pu être drôle si cela avait été pertinent, malheureusement : - les gags sont très prévisibles, et manquent autant d’originalité que de mordant ; - la narration est linéaire et la construction des planches est si laborieuse que, même si un gag avait fait montre d’originalité, la chute de celui-ci aurait été gâchée par le parcours du combattant que les auteurs nous imposent pour attendre celle-là ; - le dessin à gros nez très sommaire qui nous est proposé ici manque de tout : dynamisme, expressivité, détails, humour en second plan … Le comble est sans doute atteint avec les titres de ces courtes histoires. Des titres qui privilégient les jeux de mots les plus plats qu’il m’ait été donné de lire. C’est pitoyable, je n’ai pas d’autres mots … J’espère que Nicoby et Ferru me donneront tort à l’avenir, et produiront une série de qualité, aussi séduisante que convaincante, mais, à mes yeux, ces Zélus s’avèrent être un échec de dimension. (Entre parenthèses, Nicoby m’a déjà prouvé qu’il était capable d’une production d’une bien meilleure qualité via le très agréable « Les Ensembles contraires »).

23/07/2009 (modifier)