Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Aspic Voisine

Note: 2.43/5
(2.43/5 pour 7 avis)

Un ouvrage fort, dérangeant, érotique, mêlant amours lesbiens et faits divers.


Cannibalisme La Boite à Bulles

Dans un bout de rue quelconque, un immeuble pimpant et arrogant défie la vieille façade lépreuse d'en face ; c'est dans ce bâtiment croûteux que crèche Mélusine. Hasard, elle rentre ce jour là pile au moment où Justine, délicate oie blanche du 92, emménage face à chez elle. Bizarrement, Mélu lui propose son aide (pourtant c'est pas son genre) ; l'occasion de faire connaissance... Il est manifeste qu'un monstrueux gouffre sépare les deux jeunes femmes (ça crève les yeux), et pourtant... Quelque chose fait que ces deux opposées s’attirent. Et pas qu’un peu ! Et si Justine n’a pas connaissance de toutes les horreurs auxquelles Mélusine se trouve mêlée (mais le lecteur, lui, si !), elle entre tout de même progressivement dans l’univers de sa comparse. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Juillet 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Aspic Voisine
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

21/06/2009 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’aime bien le dessin de Simon Hureau. Un trait simple, un peu gras et brouillon, qui convient très bien à ses histoires, mettant en avant justement des gens simples, dans des situations qui ne le sont pas toujours. J’avais vraiment beaucoup aimé Colombe et la Horde, album lui aussi bâti à partir d’un faits divers plus que glauque. Mais j’ai trouvé cet « Aspic voisine » un cran en dessous. En partie parce que certains passages m’ont paru inutilement outranciers (l’orgie sur la fin aurait pu être, non pas édulcorée, mais traitée différemment, pour rendre plus crédible le personnage de Mélusine), cela déséquilibre un peu la narration. Mélusine, personnage qui reste quand même énigmatique, personnage caméléon, qui vit à cent à l’heure, profitant de la vie sans se soucier de la loi ou de la morale, alors que Justine (comme Colombe dans l’album cité plus haut – les deux jeunes femmes se ressemblent du point de vue du physique et de la personnalité) est, elle, tout le contraire, un peu trop naïve, en tout cas le reste un peu trop longtemps. Malgré ses défauts (et certains personnages un peu trop caricaturaux), j’ai quand même trouvé intéressant cet album qui, par-delà quelques péripéties un peu trash, nous montre une histoire d’amour dont nous ne verrons finalement que l’éclosion.

19/06/2020 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Mouais... On m'avait (littéralement) vendu cette BD comme extrêmement trash, au final, elle est juste pas trop prise de tête à lire. Tout d'abord, le dessin est bon. Le style de Simon Hureau (qui signe ici "Monsieur H") est assez charbonneux (voire fouilli), c'est un style que je trouve assez esthétique, en noir et blanc, dès fois sans case, bref, je suis assez conquis par la partie graphique. Sinon, le scénario est assez spécial, on y suit Mélusine (personnage de la BD Tout doit disparaître, que je n'ai malheureusement pas lue, mais dont j'aimerais bien), jeune punk totalement barrée, qui traîne dans pas mal de sales coups (enlèvement, séquestration et cannibalisme sur mineur, vandalisme, etc..), qui entraîne une jeune parisienne dans sa vie déjantée. C'est assez facile à lire, bien que souvent too much pour faire vraiment réaliste (la dernière histoire m'a vraiment laissé indifférent, où des punks vont foutre le boxon dans une fête de ''Bobo'' jeunes de droites assez détestables, en les maltraitant). Bref, malgré quelques scènes étranges ou érotiques, cette BD se laisse lire, avec une légère indifférence néanmoins. 2.5/5

01/04/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

J'avais apprécié Colombe et la Horde et Tout doit disparaître de Simon Hureau. Pour "Aspic Voisine", il a préféré étrangement changer de pseudo. J'ai toujours apprécié son côté dérangeant mais ce coup ci je n'ai pas adhéré. Le dessin est réussi mais le scénario est trop trash malgré des bases communes avec ses précédents récits. J'ai longtemps tourné autour de ce titre avant de me décider à le lire dans un rayon de librairie où le ressenti m'amènerait ou non à la caisse... J'ai été réellement déçu car je considère que Simon Hureau a du talent à revendre. Je respecte son côté rebelle mais il se pénalise tout seul. Je déteste souvent les BD Soleil pour l'aspect commercial et aujourd'hui je me dis qu'il y a un juste milieu. Il suffit de prendre pour exemple les éditions Futuropolis qui savent se différencier tout en restant indépendant des modes mais en fournissant des BD de qualité.

26/12/2009 (modifier)
Par Strusiu
Note: 1/5

Cet album foule plusieurs réglementations en vigueur ... Si vous prenez du plaisir à l'évocation du cannibalisme sur de jeunes enfants violés (je vous passe le détail de la viande faisandée et des recettes de cuisine), ce livre est pour vous. Sinon, vous faites partie de ceux pour qui l'auteur déclare en guise de conclusion "j'en ai rien à cirer et du reste je t'emmerde" ! Raffiné du début à la fin.

26/12/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Bizarre, vraiment bizarre cet album. Il nous emmène sur les pas d'une jeune fille très surprenante, qui s'adonne à des pratiques peu catholiques (c'est le moins qu'on puisse dire, ah ah). Ma lecture terminée, je ne sais trop quoi en penser. Simon Hureau (car je pense que c'est lui l'auteur) cherche-t-il à réveiller des consciences, à donner une morale à son histoire ? Difficile à dire, puisqu'il semble être du côté de Mélusine, pour laquelle la fin justifie les moyens, quels qu'ils soient. Le but de celle-ci ? Prendre un maximum de plaisir, visiblement, même dans les moments les plus dégradants, les plus moralement discutables. Il y aurait sans doute de quoi écrire une étude de psychanalyse là-dessus... Graphiquement c'est très agréable, dynamique, Hureau a ce style noir et blanc, moins enluminé que celui de Nancy Peña, qui vise à l'efficacité. Bref, un ouvrage étrange, peut-être un peu dérangeant, à ne pas mettre entre toutes les mains.

01/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Le lien avec Tout doit disparaître de Simon Hureau est évident dès les premières pages et confirmé à la fin. Et ce n'est qu'au moment où j'écris ces mots que j'apprends que l'auteur, Monsieur H, serait effectivement Simon Hureau lui-même. Je dis "serait" parce que le dessin m'a fait douter. En effet, le style, l'encrage, le soin du détail et une esthétique ronde que j'aime beaucoup, sont bien ceux de Hureau. Mais je trouve ses personnages un peu ratés, notamment certains anatomies changeantes, ce qui m'étonne de sa part. Néanmoins, dans l'ensemble, c'est joli et fluide à la lecture. Le récit est en quelque sorte la suite des aventures de Mélusine, la rebelle qui avait largement fait des siennes dans Tout doit disparaître. L'auteur y répète un peu la même intrigue : il l'a fait rencontrer de nouveau une fille de son âge et d'un autre milieu qu'elle, une petite bourgeoise potelée et naïve qui va être envoutée par elle. L'album se scinde en 5 chapitres qui forment des histoires plus ou moins indépendantes. Et à chaque fois, Mélusine y affiche une nouvelle face de sa personnalité on ne peut plus trouble. En fait, on dirait un concours au plus politiquement incorrect possible. Simon Hureau semble jouer à mêler son héroïne aux pires horreurs et à s'amuser en espérant voir ses lecteurs troublés par le contraste entre le charisme et la beauté de cette dernière comparée à l'horreur de ses actes et de son immoralité. L'ennui, c'est que tout comme Tout doit disparaître, j'ai été blasé par le manque de crédibilité, la recherche manifeste du plus glauque à tel point que ça en devient artificiel. Alors sincèrement, en tant que père, et d'une petite fille qui plus est, j'ai été révulsé par l'immonde récit du deuxième chapitre. Mais la facilité avec laquelle les horreurs sont commises, comme si jamais les malfaiteurs et surtout Mélusine ne risquaient jamais rien (totale maîtrise) ont achevé de me faire voir là un récit purement factice, fait pour choquer et déstabiliser à gros coups de sabots. J'ai en outre trouvé les chapitres suivants nettement moins forts et presque plats par rapport à celui-là. Parfois, j'avais l'impression que l'auteur jouait la carte de l'humour noir, du défouloir, mais ça m'a laissé froid. A cela s'ajoute un personnage de Justine particulièrement caricatural et doté d'une agaçante candeur. Ca nous mène où tout ça ? Je trouve le dessin joli, le scénario volontaire et assez original dans sa recherche de sordide à tout prix, mais ce n'est ni assez vraisemblable pour être marquant ni assez détonnant ou amusant pour me dérider. Et puis cette méchanceté parait tellement gratuite que je n'ai pas envie de payer pour la lire...

22/06/2009 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Oulala, ça décoiffe ! L’histoire démarre tout doucement, et on s’attend à une énième confrontation culturelle un peu gnian-gnian, entre une fille gentille mais un peu coincée, et une espèce de gothique un peu dévergondée. Et puis on découvre petit à petit, avec horreur, que Mélusine n’a pas que les apparences d’une tarée. Elle fréquente des gens pour le moins douteux, et s’adonne à des pratiques peu ragoutantes. Certains passages m’ont fait penser au film « C’est arrivé prés de chez vous », c’est vous dire. Et ce qui est rigolo, c’est que Justine ne soupçonne pas du tout toutes les horreurs commises par sa nouvelle amie, et qu’on aurait presque envie de la prévenir ! Si l’histoire elle-même n’est pas des plus marquantes, et les personnages ne sont pas spécialement attachants, je garde quand même un bon souvenir (teinté d’effroi) de ma lecture. J’espère que l’auteur n’a pas basé son histoire sur des faits réels, et que les personnages sont purement fictifs !

21/06/2009 (modifier)