Nonamour

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

L'amour impossible d'une soeur pour son frère...


Josei ou Redikomi Kadokawa Shoten Sakka, l'autre manga

Elle s’appelle Junko Sakurada. Elle a 20 ans mais paraît quelques années de moins. Junko ?… elle a déjà connu pas mal d’amants. Disons plutôt qu’elle les consomme comme une collectionneuse. Mais elle a un problème, Junko. Elle aime son frère et seulement lui. Et non pas d’un amour « parental », non, elle l’aime physiquement. Jusqu’à en être obsédée. C’est ainsi qu’elle va tenter d’occire sa maîtresse. Pourtant c’est elle qui va se retrouver, gravement blessée, à l’hôpital. Mais Junko est aussi l’objet de l’attention de Santa Hayashiya, un jeune peintre qui va en tomber amoureux. Et il va tenter de la protéger contre elle-même et autrui car il la sait tellement fragile…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Nonamour
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

29/04/2009 | L'Ymagier
Modifier


Par L'Ymagier
Note: 3/5

Ce qui m’embête (un petit peu) personnellement, c’est que je n’ai pas cette « culture manga » ancrée dans mon esprit. Que voulez-vous, ça doit être l’âge… Pourtant, cela ne m’a pas empêché d’être attentif à cet opus. J’ai ainsi lu une histoire qui irradie une véritable violence surréaliste, et où le personnage principal est féminin et –surtout- désaxé. Et j’ai aussi suivi un récit construit comme un script de cinéma, à la découpe millimètrée accrocheuse de par son thème et ses développements. Mais je me suis aussi retrouvé dans un curieux graphisme ; curieux dans le sens où Okazaki donne vie à ses intervenants en quelques coups d’ujne ligne, d’un trait faussement simple et épuré. Mais le principal attrait a été de voir la construction de la mise en page. Tout comme au cinéma, l’auteur y va de découpages, de champs, contre-champs, plongées, séquences… ce qui donne à l’ensemble un très bon attrait visuel. Tout ça pour ?… un récit hors normes, très fort dans son concept narratif et graphique et, surtout, déstabilisant.

29/04/2009 (modifier)