Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Grêlé 7/13

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Une bande de maquisards sème le désordre dans les forces d'occupation...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale La Résistance Pif Gadget

France… 1940… en pleine seconde guerre mondiale. Il s’appelle Jean-Pierre Gavroche et habite Paris, quartier de Ménilmontant. Patriote, il rêve d’en découdre avec l’occupant. Il quitte la capitale d’où ses pas vont le mener en province, à Campagnac. Et c’est là qu’il va avoir l’occasion de se battre pour la première fois contre les Allemands. Sa hardiesse va bientôt le faire connaître des forces d’occupation, surtout du nommé Von Hatzer, un capitaine SS qui a juré de l’attraper. C’est d’ailleurs Hatzer qui a trouvé un surnom pour Jean-Pierre : le Grêlé 7/13. Ce dernier porte en effet, sur son visage, une sorte de signe distinctif : 7 taches de rousseur sur la joue gauche et 13 sur la droite. Mais ce surnom, Jean-Pierre l’adopte… et s’en sent fier. C’est comme un signe de guerre. Ses raids, ses attaques en font bientôt pour les Allemands l’ennemi n°1 de la région. Qu’importe pour notre ami. Avec ses maquisards –et surtout son copain Lermite, un ancien braconnier- il sera de toutes les bagarres, de tous les combats ; et ce jusqu’à ce que la France soit libérée…

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1973
Statut histoire Histoires courtes 13 tomes parus
Couverture de la série Le Grêlé 7/13

12/01/2009 | L'Ymagier
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Agecanonix sort de ce corps! En faisant du rangement (confinement oblige) je retombe sur ces vieilles bandes des années 70 dont je me demande bien pourquoi elles étaient encore en ma possession. Par les dieux que tout ceci a vieilli, à l'époque déjà je n'appréciai pas trop le truc n'étant pas attiré par les histoires de militaires et se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans doute aussi étais-je une grosse feignasse qui était rebutée par les textes trop peu lisibles à mon goût. Pour autant je ne renie pas le rôle que ces histoires ont pu prendre dans l'esprit de jeunes gens ayant vécu cette période. Ce genre de bande est aujourd'hui bien vieillot et dépassé que ce soit en ce qui concerne le dessin ou le sujet.

09/04/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ce genre de bande traitée de façon réaliste, permettait au jeune public de Pif-Gadget de se familiariser avec la France occupée de 1940. Le héros est un jeune maquisard à l'étrange surnom dû à ses taches de rousseur sur le visage. La série faisait l'apologie d'un combat dans l'ombre et des maquisards face à l'ennemi nazi sournois et venimeux, avec des récits plein d'héroïsme et aux péripéties à la Lécureux ; la série s'arrête avec la fin de la guerre. Ca aurait pu me passionner si j'avais été plus âgé, mais je l'ai découverte au tout début des années 70 en récits complets, et je ne la trouvais pas extraordinaire, d'autant plus que le dessin à 4 mains de Gaty et Nortier ne m'attirait pas du tout. Leurs autres créations seront plus appliquées graphiquement. Peut-être devrais-je me replonger dans cette Bd... boaf, suis pas trop attiré quand même..

06/03/2014 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une bonne série à la gloire des partisans. Scénarisée par Lécureux, réaliste dans un bon style réaliste, elle paraît dans l’hebdo « Pif » de 1966 à 1971 ; et ce sous forme de récits complets où « à suivre ». Avec ce « Grêlé » on suit d’histoire en histoire ces attaques, replis, embuscades, coups de force, assauts, empoignades… et parfois la vie de tous les jours de cette « armée blanche » qui donna tant de fil à retordre à l’occupant. Ca sent le vécu, c’est vrai, avec des scénarios qui font surtout la part belle à l’héroïsme des combattants du maquis. Un album sera édité chez « Vaillant » en 1971. Et, joie, les éditions du Taupinambour sortent quatre beaux opus en 2008. L’ensemble retrace la quasi entièreté des aventures du Grêlé, un héros de guerre qui, comme beaucoup d’autres, est retombé dans l’oubli après la fin de cette dernière. Bien scénarisée, bien traitée graphiquement, une belle série à ne pas oublier.

12/01/2009 (modifier)