Histoires de Kisaeng

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Plongée au sein des courtisanes coréennes...


Corée Maisons closes et prostitution Manhwa Paquet

Beodeul et Hyongeum sont deux petites filles de 11 ans sans ressources. Elles sont confiées à Mme Choseon afin de devenir des Kiseong, c'est-à-dire des courtisanes, dans la ville de Songdo. Très vite, elles assistent à des scènes explicites. Hyongeum, plus effrontée que son amie, décide de recevoir très vite un client, sans l’assentiment de Madame Choseon. Bientôt elle est chassée de la maison, au grand désarroi de Beodeul. Mais toutes deux ont fait le pari de devenir la plus grande kiseong de Songdo un jour.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2007
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Histoires de Kisaeng
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/07/2008 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Les manwhas de Kim Dong Hwa sont sympathiques, mais un peu répétitifs. Très vite, j’ai trouvé des similitudes avec Histoire couleur terre : des petites filles qui font l’apprentissage de l’amour, souvent contre rémunération (seule différence, c’est leur métier dans Histoires de Kisaeng). Encore une fois, la métaphore filée de la jeune fille et de la fleur est amplement utilisée. C’est d’une grande poésie, mais quand même un peu répétitif. Ce manwha conte des expériences de prostituées. Des jeunes –ou moins jeunes- filles se retrouvent donc déshabillées. Kim Dong Hwa reste souvent dans le suggestif pour montrer la nudité, et c’est tant mieux, car son sens des proportions et de l’anatomie est assez approximatif… Le point fort de ce manhwa est la façon dont il nous montre la société rurale coréenne. Par le petit bout de la lorgnette, du point de vue des femmes, parfois contraintes de vendre leur corps pour vivre. L’intérêt documentaire est indéniable, même si le côté poétique et contemplatif est parfois un peu trop présent.

20/07/2008 (modifier)