Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Yeux d'Edith

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 4 avis)

Les premiers émois amoureux de frères jumeaux dans un petit bourg de Normandie des années 50.


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Ecole Estienne Paris Jean-Blaise Djian Jumeaux, jumelles La Normandie

Cambremer, Calvados, au début des années cinquante. Louisette et Yves Préval travaillent à leur petite exploitation agricole. Ils ont deux jumeaux d’une dizaine d’années, Gérard et Fernand Fernand est un petit roublard déluré alors que son frère Gérard, bègue et renfermé, est peu à l’aise en société. Un jour les Vendeuvre, des Parisiens, viennent s’installer dans la région. Leur fille Édith entre dans la même classe que les jumeaux Préval, qui la trouvent un peu pimbêche et ne l'apprécient pas. Pourtant, à l'occasion d’un anniversaire, Édith chante une chanson sur la place du village. C’est le coup de foudre pour Gérard, ébloui. Dès cet instant, toutes ses pensées tournent autour d'Édith. Mais son bégaiement reste un obstacle insurmontable. Après des nuits de tourment et de réflexion, Gérard propose à son frère de séduire Édith en se faisant passer pour lui, le temps de surmonter son handicap grâce à un orthophoniste. Une manière de se réserver la jeune fille... Mais guérira-t-il ? Et la bonne entente des deux frères résistera-t-elle à cette douteuse expérience ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Juin 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Yeux d'Edith
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

24/06/2008 | pol
Modifier


Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Si cette BD avait pris son temps, sans doute ma note eut-elle été bien meilleure car il y a un gros potentiel scénaristique et le dessin est plutôt réussi. Malheureusement j'ai été très génée par la vitesse à laquelle se déroulent les événements (une quarantaine d'années sur deux tomes) et par le manque d'intensité dans les moments forts, un en particulier que j'ai lu sans émotion aucune alors que ça aurait dû être le point culminant et dramatique de l'histoire. En fin de compte j'ai été la spectatrice passive de ce récit et je n'ai pas eu le temps, ni les moyens de m'impliquer réellement. Dommage, le contexte de l'après 2ème guerre mondiale était intéressant à exploiter ici, les couleurs sont très belles (encore plus dans le tome 2) mais la rivalité entre ces deux frères aurait dû donner lieu à quelque chose de beaucoup plus prenant pour être accrocheur. A emprunter éventuellement.

28/05/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

La première partie du récit m’avait bien plu. Sur une base très classique (avec en vedettes deux frères jumeaux et une adolescente aux yeux verts entre eux), Jean-Blaise Djian construisait un récit riche et prometteur. Malheureusement, la seconde partie du récit n’a pas répondu à mes attentes. Je l’ai trouvée « expédiée ». Une grosse partie de cet album se résume à de courtes séquences (avec date), histoire d’arriver à boucler le récit à temps. C’est très énervant et d’autant plus frustrant que le développement psychologique des personnages est tout à fait mis de côté dans cette seconde partie. Certaines pistes abordées dans le premier tome sont peu exploitée dans le second, d’autres sont oubliées. Et là où le profil des deux jumeaux s’annonçait prometteur dans la première partie, il s’avère extrêmement décevant ici. Incohérent même, si je me base sur les soi-disant liens insécables qui unissent, dans la réalité, des frères jumeaux. Je pense que, pour parvenir à me convaincre, ce récit aurait du pouvoir bénéficier d’au moins deux tomes supplémentaires. Ici, tout avance tellement vite que rien n’a le temps d’être développé. Autre motif d’insatisfaction : le terroir n’est guère présent. Cette histoire aurait pu se dérouler n’importe où, ce qui n’est pas grave en soi, mais ne correspond pas à mon idée d’une collection qui se nomme Terres d’Origine. Enfin, le dessin de Nicolas Ryser ne figure pas parmi mes préférés. Je le trouve trop approximatif et je n’aime pas trop ces décors souvent atténués par un brouillard bien commode pour qui ne veut pas s’attarder sur des détails. Mais c’est surtout la colorisation qui est responsable de ce sentiment d’approximation. Trop présente ou pas assez, elle supplée trop souvent le dessin dans un style que je n’aime tout simplement pas. Mais il est un domaine que la coloriste maîtrise à la perfection : ce sont les jeux d’ombre. Ceux-ci sont souvent excellents. Entre un bon « bof » et un petit « pas mal » …

04/05/2010 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

J’aime bien. Vraiment. Une histoire « simple » qui se passe dans la campagne normande à la fin des années 50. Djian a ici construit une intrigue dramatique où il met en scène les problèmes de l’adolescence. Ce sont les premiers émois amoureux, tout en nuances, qui sont le fil conducteur de ce chouette album. Qui plus est, le tout se passe dans un patelin pittoresque avec ses gens, ses « gueules », ses habitudes. Ca sent bon le temps passé, la nostalgie de ces années d’après-guerre… Le dessin ?… joli ; un chouette trait réaliste pour des personnages bien typés MAIS certains visages font parfois l’objet d’approximations. Cela n’enlève pourtant rien à cette plongée dans le temps bien mise en couleurs par Catherine Moreau. Par ses tons choisis, elle insuffle une sorte de « vie sur papier » ; arrivant même à parfois magnifier les décors simples de cette campagne française d’alors. Ici, pas de bagarres à la sulfateuse, pas de navires interstellaires, pas de super-héros… une saison de la vie, une chronique campagnarde qui fait plaisir à lire et à regarder. Cette histoire est prévue en deux tomes. J’attends la suite car j’ai pris un réel plaisir de lecture à ce tome.

17/10/2008 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Le moins que l’on puisse dire c’est que les albums de la nouvelle collection Terres d’origine ne passent pas inaperçus. Vents d’ouest a en effet particulièrement soigné sa maquette. Grand format, couverture attirante et colorée, c’est le genre d’album qui capte l’attention dès le premier regard. Et une fois la BD ouverte, on n’est pas déçu car le dessin et les couleurs sont vraiment très jolis. Cette histoire nous emmène à la fin des années 50, dans la campagne normande et nous fait partager les premiers émois amoureux de 2 frères jumeaux. L’un des deux est bègue et n’ose pas aborder Edith, une nouvelle venue à l’école. L’avenir politique du village se joue également en parallèle. Les parents d’Edith se voient entraînés, un peu malgré eux, dans une course à la municipalité. Le ton est juste, on sent évoluer la relation entre les deux frères. Leur complicité résistera-t-elle à cette histoire ? C’est de plus en plus plaisant à lire au fil des pages, car l’intrigue ne reste pas centrée sur les ébats amoureux des adolescents, mais les enjeux électoraux que l’on entrevoit en toile de fond prennent peu à peu de l’importance. Un très bel album, une histoire plaisante, de bons dessins… une collection à suivre avec intérêt.

24/06/2008 (modifier)