L'Amour Cash

Note: 3.22/5
(3.22/5 pour 9 avis)

Cette bd nous conte la rencontre entre une call-girl et un paparazzi. Polar, histoire d’amour, « l’amour cash » est surtout une plongée dans une société malade de son cynisme


Maisons closes et prostitution

Elle est très belle, très cultivée, parle plusieurs langues, prépare une thèse. C’est une des call-girls les plus demandées. Alors qu’elle parcourt le monde aux bras des hommes les riches, sa route croise celle d’un paparazzi. Une étrange entente se crée entre ces deux héros lors d’une jet-set cynique. L’une met des célébrités dans des situations les plus embarrassantes, l’autre prend des photos qui feront les couvertures des magazines people. Mais cette entente se transforme bientôt en amour, le seul sentiment qui leur est totalement interdit.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Janvier 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Amour Cash
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

19/01/2008 | iannick
Modifier


Par bab
Note: 3/5
L'avatar du posteur bab

Fut une époque où grand fan de polars, je lisais Ellroy et consorts, et Benacquista faisait partie des bons qui agrémentaient mes lectures. J’y suis donc allé un peu les yeux fermés sur ce one shot. Si les dessins ne sont pas exactement ce que je préfère, je trouve qu’ils donnent une touche de naïveté au récit, qui ne l’est absolument pas. On est dans un récit bien mené, mais tout ce qu’il y a de plus conventionnel. Je pense que le format pour un auteur de roman peut être étriquant et Benacquista semble aller au plus direct dans son sujet, louvoyant ainsi entre les lieux communs du genre. Attention, c’est bien mené, le rythme est agréable, mais sans surprise.

06/03/2013 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Une histoire d'amour principalement motivée par l'argent avec le mariage de la carpe et du lapin. Il est paparazzo, elle est prostituée de luxe. Ils s'associent pour faire de l'argent en piégeant des personnalités et revendre les photos volées. C'est pas trop mal question scénario, la relation est un peu du je t'aime, moi non plus, on ne sait pas vraiment ce qui les motive à être ensemble au delà de l'aspect financier. La femme paraît assez froide, d'une beauté irréaliste avec des formes exagérées par le trait de Philippe Bertrand. Le dessin est d'ailleurs très dépouillé mais il me plait bien et la femme est presque tout le temps en bikini, si ce n'est mono. Un one-shot à la lecture fluide mais pas mémorable.

19/06/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire d'amour impossible entre une escort girl et un paparazzi m'a séduit. Il est vrai que l'amour peut se payer cash. Bien entendu, tout ceci sera très malsain car on accepte des postulats sans se poser plus de questions de moralité. On suivra sans déplaisir cette relation quelque peu tumultueuse. Il est dommage que le graphisme soit si géométrique et si dénudé de tout détail. Pourtant, le dessin a un côté résolument moderne qui passe plutôt bien. Au final, nous avons droit à un conte moderne d'une société hypocrite dans tous ses excès.

01/07/2010 (modifier)
Par GiZeus
Note: 3/5

En ces temps de médiatisation de la vie privée des stars à outrance (que j'ai failli raccourcir pour votre malheur par pipolisation), L'Amour Cash apparait comme un complément d'information sur ces paparazzi qui gagnent leur vie en dévoilant les écarts des stars. Loin de répondre à une quelconque question éthique ou morale, ce one-shot nous entraîne sur la piste d'un paparazzi et de la call-girl qui partage épisodiquement sa vie. Une sympathique association de malfaiteurs va ainsi naître et recourir à des procédés plus que douteux pour gagner leur croûte. Une halte par une vie normale sera l'occasion de recommencer à zéro, mais la mayonnaise ne prend pas et c'est reparti pour un tour. L'impression qui domine tout au long de cet album est le cynisme des protagonistes face aux situations qu'ils vivent et provoquent. La psychologie, améliorable, des deux tourtereaux (auxquels je ne me suis pas autant attaché que j'aurais dû) cycliques m'évoque également une certaine forme de naïveté face à la vie, mais cette impression est certainement renforcée par le dessin, simple, clair mais néanmoins très efficace et que j'affectionne après cette lecture. J'ai donc passé moment très agréable avec cette BD qui souffle comme un vent de fraicheur. Cependant son manque de profondeur et sa focalisation sur les protagonistes au détriment des questionnements qu'il aurait été intéressant de voir émerger m'empêche d'arrondir la note au supérieur. Note finale: 3,5/5

25/12/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

C’est –au début- l’histoire d’une rencontre : celle d’une call-girl au Q.I. supérieur et celle d’un paparazzi. Et cette rencontre va se transformer en duo : sorte de duo infernal d’ailleurs. Personnages en vogue dans la jet-set, l’une va attirer dans ses filets des personnes en vue… et l’autre va les saisir « sur le vif »… Ce duo m’a entraîné dans une sorte de plongée fort cynique dans certains pans de notre société actuelle ; une société vue au travers des yeux de nos deux « héros ». Tout cela m’a donné un bon « policier » au ton vif, intelligent, au scénario ciselé. Le dessin ?… un graphisme au trait réaliste direct, dépouillé même –parfois un peu trop-, MAIS c’est ce qui donne une certaine force assez remarquable –dans son style- à l’ensemble. Une histoire « cousu main » pour un narratif bien clair dans ses développements. A lire sans devoir se prendre la tête : de temps en temps, ça fait du bien. Un album « efficace ».

07/05/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Ca vaut même un 3,5/5. Une bonne histoire originale avec des personnages sans scrupules. On baigne dans l'immoralité : celle ci n'est pas subie mais choisie par les protagonistes. Le scénario est rythmé et nous offre deux personnages hauts en couleur. Leur psychologie est bien sentie et retranscrite. L'ensemble se révèle être cohérent sur tous les points. Le dessin est assez simpliste et agréablement mis en couleur. La lecture de ces pages est rapide et aisée.

23/04/2008 (modifier)
Par chalybs
Note: 4/5

Voici un livre qui par sa teneur et son traitement sort des sentiers battus. Nous avons ici affaire à une drôle de vision de la société dans certains de ses excès. Mais au final, il est bien difficile de savoir si ces excès sont la marque de ceux qui les commettent ou si cela est le fruit d'un mal plus profond qui hante notre société… Nous assistons ainsi dans les premières pages aux vacances d'un étrange couple, sur une plage, elle se fait dorer, lui se passe de la crème protectrice. Et il se met à raconter qu'il s'agit de leurs premières vraies vacances, et part ainsi dans une rétrospective de leur première rencontre suivie de leur vie "de couple". Rien que dans les trois premières cases un mal-être s'installe. La femme muette ne semble pas à sa place et l'on sent un mal profond entre les deux êtres… Et on plonge alors dans le corps de l'absurde et de l'hypocrisie de la société. Les auteurs nous livrent une fable moderne et critique du business blues. L'amour impossible, le métier à la con, le talent gaspillé, la société qui vous rattrape et l'impossibilité de sortir la tête de l'eau. Malgré leur talent annexe, rien ne leur permettra de se trouver. C'est triste, c'est mélancolique, on se met à avoir une vraie affection pour ces deux êtres qui semblent tellement perdus, qui voudraient, mais ne savent pas comment. J'ai du mal à trouver les mots justes. Petite aparté pour parler du dessin. Claire, sans fioriture, avec une ligne fine et agréable, Philippe Bertrand sait parfaitement reproduire et faire passer les émotions dans son dessin, Le dessin qui n'est certes pas exempt de défauts possède une vraie personnalité et contribue grandement à l'atmosphère réussie de cet album. Le mieux en fait est sûrement de lire cet album original !

19/03/2008 (MAJ le 19/03/2008) (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

De Philippe Bertrand, j'avais détesté les deux tomes de Rester Normal. Faut dire que le scénario de Frédéric Beigbeder sentait tellement l'amateurisme (en matière de bande dessinée) et la prétention (toute parisienne) que j'avais un peu du mal à juger un dessin, qui face à un tel néant scénaristique, n'arrivait à faire passer aucune émotion. Avec "L'amour cash", un écrivain chasse l'autre. Et on y gagne clairement au change! Sans doute parce que Benacquista a une meilleure connaissance des particularités du medium, une plus grande expérience aussi, ce n'est pas la première fois qu'il adapte ses écrits en bd et c'est un très bon "auto-adaptateur". L'intrigue est simple, mais consistante, c'est une histoire d'amour peu banale, qui met en jeu la dignité humaine et les rapports entre l'image de soi et l'argent facile. L'évolution de cette relation tumultueuse est racontée de manière simple et touchante. Du coup, on sent Bertrand nettement plus inspiré. L'amour cash est un album délicieux, au graphisme un brin minimaliste mais doté d'une vraie sensualité. Les couleurs, avec leurs tons pastels, n'y sont pas pour rien.

24/01/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Moi, la presse people, je n’en ai rien à cirer ! Les élucubrations de notre cher président avec un ancien mannequin, pareil, je n’en ai rien à cirer ! En fait, ce qui m’intéresse, c’est de savoir s’ils font bien leur boulot ou pas, point final ! Alors, qu’est ce qui m’a fait motiver la lecture de « l’amour cash » ? Réponse : le dessin. Bin oui, graphiquement, ce one-shot n’est pas si mal que ça ! Un feuilletage rapide du livre fait apparaître une mise en couleurs agréable à l’œil avec une dominante de tons azurs et jaunâtres qui me sont apparus bien adaptés au récit (l’histoire se déroule souvent dans des lieux ensoleillés). Et puis, le trait tout en rondeur de Philippe Bertrand m’a semblé très plaisant à regarder. Autre point positif de l’album, la narration est fluide et accrocheuse. Au niveau du scénario, il n’y a rien de révolutionnaire à découvrir dans ce récit où le lecteur est invité à suivre les péripéties d’une call-girl de luxe et un paparazzi. Cependant, cette relation entre ces deux héros, je l’ai suivie avec intérêt. Une union qui a pour but de faire les gros titres de la presse people à scandale et de drainer le plus d’argents possibles. Ce qui était au départ un jeu, une sorte de contrat, entre cet homme et cette femme va par la suite se transformer en désillusion pour nos deux êtres lorsqu’ils découvriront l’amour. Mais, est-il possible pour une call-girl et un paparazzi de tomber amoureux de l’un de l’autre, et de mener une vie de couple tranquille ? Telle est la vraie question de ce livre qui manie la tendresse à travers la relation entre nos deux héros et le cynisme dans les séquences où les auteurs épinglent les travers des stars, des personnes richissimes, etc... N’attendez pas à lire dans cette bd une grosse satire sur la presse people car le débat est plutôt centré sur la relation entre ces deux êtres. Finalement, « L’amour cash » m’est apparu comme un album assez agréable à lire grâce à une bonne narration et un graphisme plaisant. Certes, l’histoire ne m’a pas semblé très touchante mais je l’ai suivie avec intérêt parce que j’ai ressenti de l’attachement pour les deux héros. Les bédéphiles qui cherchent dans cette bd une satire de la presse people seront un peu déçus de cette lecture où ce sujet m’a semblé secondaire à la relation entre la call-girl et le paparazzi.

19/01/2008 (MAJ le 19/01/2008) (modifier)