Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Chaabi

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

De nos jours, province de Samastipur, dans le nord de l’Inde. Le récit commence par la mort de Chaabi, un chef révolutionnaire. Il a été tué au cours d’une embuscade.


Inde Les meilleures séries terminées en 2011

De nos jours, province de Samastipur, dans le nord de l’Inde. Le récit commence par la mort de Chaabi, un chef révolutionnaire. Il a été tué au cours d’une embuscade. Il menait depuis plusieurs années une révolte populaire contre le gouvernement de la région. Un combat pour la dignité de ses compagnons de labeur, les enfants. Et la chute du gouvernement était proche.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Septembre 2007
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Chaabi

21/09/2007 | ManuB
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Chaabi est une série en trois copieux tomes que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire. On retrouve à la manœuvre le même scénariste que celui qui avait sévi sur Cuervos… et les similitudes sont nombreuses. Les auteurs se penchent en effet à nouveau sur le destin d’un enfant pauvre du tiers-monde. Il maniera les armes à feu et son destin sera tragique. Changement de continent, toutefois puisque nous quittons l’Amérique du Sud à destination de l’Inde. Et, à nouveau, la sauce prend… et elle prend bien, même ! Reposant sur ce qui me semble être une solide documentation (je ne suis pas un spécialiste de l’Inde mais ce qui est décrit me parait en tous les cas être très réaliste), l’histoire s’articule autour de Chaabi, sorte de messie guerrier. Un enfant au discours d’adulte, à la sagesse de vieillard, déterminé et désillusionné à la fois. C’est, je pense, la clé de voûte de ce récit. Si vous ne parvenez pas à accepter ce personnage, tout l’édifice s’écroule. Et avec un tel profil, le risque était élevé. Pourtant (et c’est là toute la démonstration du savoir-faire de Marazano), grâce à la structure du récit, Chaabi m’est apparu plausible sans même que j’y prenne gaffe. Faut dire qu’il est finaud, ce scénariste, à nous présenter ce personnage via de multiples témoignages. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et chaque passage nous permet à la fois de mieux comprendre qui est Chaabi mais aussi qui sont ses compagnons et pourquoi ils ont décidé de l’accompagner dans cette cause qui semble pourtant perdue d’avance. Finaude aussi, l’idée de commencer par la fin. Le fait d’apprendre dès les premières pages que Chaabi est mort nous donne d’autant plus l’envie de savoir où et comment c’est arrivé. Finaude encore, cette idée de créer un personnage de journaliste. Elle permet à la fois de rendre logique l'accumulation de témoignages mais aussi de faire le lien entre Chaabi et les autorités locales (Mayome, la journaliste en question, passant d’un camp à l’autre). Enfin, j’ai grandement apprécié la personnalité du militaire chargé de mettre un terme au parcours de Chaabi. Loin de céder au manichéisme, les auteurs s’offrent avec ce personnage un leader charismatique, reflet même du Chaabi. Les similitudes entre les deux hommes sont nombreuses (à commencer par l’absence d’illusion couplée à la volonté de garder espoir – deux sentiments antinomiques qui cohabitent en permanence au sein de ce récit). C’est bien amené et cela permet d’enrichir l’œuvre sans même en avoir l’air. Le dessin de Xavier Delaporte est très efficace sur ce type de récit. Les nombreux personnages sont bien typés, évitant toute confusion en cours de lecture. Le style reste cependant réaliste, sans recours à la caricature pour singulariser ces personnages. Les décors ne sont pas oubliés mais demeurent en retrait. Les puristes trouveront sans doute que le trait manque de finesse mais j’ai surtout retenu que l'artiste disposait de tout le nécessaire pour illustrer cette histoire. Au final, ce sont là trois tomes que j’ai dévorés. Franchement bien !

25/10/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Chaabi offre un portrait peut-être réaliste mais en tout cas assez sombre de l'Inde moderne. En même temps, il s'agit d'une ode à la révolution, au combat armé mais aussi moral pour une plus grande justice dans la société humaine. J'ai trouvé ce récit instructif sans être passionnant. J'ai aimé la façon dont, par le biais de portraits et parcours de personnages, puis par leur lutte et les interactions entrer les différentes parties, il m'a permis de découvrir certains aspects assez durs de la vie dans le nord de l'Inde, de ses inégalités sociales et d'une oppression orchestrée par le pouvoir central de Delhi et par les notables et magouilleurs locaux. Ce n'est pas gai. Je ne porte pas davantage de jugement car je suis incapable de dire s'il s'agit d'un portrait vraiment fidèle à la situation actuelle en ces lieux ou s'il y a une part importante de fiction. Et je ne suis pas suffisamment intéressé par le sujet pour chercher à me renseigner par moi-même. Le récit est bien mené et intéressant. J'ai eu un peu de mal à trouver crédible l'influence presque surnaturelle qu'a le jeune Chaabi sur ses compagnons de plus en plus nombreux, comme une sorte de prophète à peine pubère. Son discours très adulte sonne un peu faux dans la bouche d'un si jeune enfant. Mais admettons, puisqu'après tout le récit se base d'emblée sur l'hypothèse de l'existence d'un tel personnage... Le scénario se déroule sans anicroche. Ce type d'histoire réaliste ne me passionne pas mais je l'ai lu avec intérêt, me demandant où l'auteur voulait en venir. La fin m'a paru tirer un petit peu en longueur, notamment en ce qui concerne la scène clé de l'élimination de Chaabi avec ses airs de sacrifice christique. Puis par la suite j'ai trouvé assez ingénu le récit des conséquences au niveau mondial de ces évènements... mais après tout le Printemps Arabe de 2011 a prouvé que ce type de contagion peut arriver dans la réalité.

13/09/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Pour ma part je n'ai pas été très emballé par cette histoire. Déjà l'Inde n'est pas une région (je ne parle pas à dessein de "pays") qui m'attire. Cela a dû jouer dans mon appréciation. La lecture m'est vite apparue assez ennuyeuse. Car elle est constituée à 90% (du moins dans le premier tome) de flashes-backs. J'ai un peu de mal avec ce procédé, je trouve que cela casse complètement le rythme de la narration. Le bon point, c'est que ces flashes-backs sont quand même assez plaisants, pris individuellement. Mais ensemble, c'est rédhibitoire. Le dessin de Xavier Delaporte n'est pas désagréable, mais je trouve qu'il manque de maturité, ce qui est bien dommage. Mon avis changera peut-être avec le tome 2, si celui-ci change de système de narration.

14/10/2007 (modifier)
Par ManuB
Note: 4/5

Voila, après avoir lu le début de cette série, j’hésitais entre mettre 3 ou 4, puis après avoir laissé reposer, je me suis rendu compte de toute la profondeur du récit … Marazano nous emmène au plus profond de l’Inde où on apprend la mort de Chaabi, un jeune chef révolutionnaire qui était un réel espoir pour tout un peuple qui voit ses enfants exploités par un gouvernement sans scrupules. On va alors plonger dans le passé pour comprendre comment l’enfant Chaabi a pu devenir un leader aussi charismatique de la rébellion. Le récit est dur, il nous montre sans détour l’injustice qui peut régner dans ce pays et principalement l’exploitation du travail des enfants issus de parents pas assez fortunés pour les élever. Le fond est juste et ne laisse vraiment pas indifférent, c’est le gros point fort du scénario. Ce qui m’a fait hésiter sur ma note, c’est la narration : elle n’est pas toujours très fluide avec quelques longueurs et raconter l’histoire sous forme d’un énorme flash-back ne sert pas au mieux toute la dureté qui se dégage du récit. La partie graphique est plutôt bonne même si on peut voir quelques défauts de jeunesse sur la réalisation des visages et sur les scènes d’action un peu confuses. Les décors sont un peu grossiers et souvent vides, même s’ils correspondent aux lieux parcourus. Une mention spéciale sur la mise en couleur qui permet d’ancrer le scénario dans la réalité. Malgré les quelques défauts de réalisation de cet album, on ne peut qu’être touché par le sujet traité et on a envie de connaître l’évolution de Chaabi dans sa quête de justice.

21/09/2007 (modifier)