Commissaire Spada

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Les enquêtes d'un flic italien.


Auteurs Italiens Italie

Spada ?... il est commissaire à la Police Criminelle de Milan. C'est un gars athlétique, brun, volontaire... et qui séduit aisément la gent féminine. Spada est entouré d'une équipe formée de Clerici, Pensotti et Andreola ; des gars qu'il connaît bien et sur qui il sait qu'il peut compter. Et il n'a pas souvent l'occasion de se reposer ; ses enquêtes le mènent dans Milan, ainsi qu'à l'extérieur de l'Italie... Et ces enquêtes ne sont jamais de tout repos ; car Spada a souvent l'art de mettre son nez où il ne faut pas...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1975
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Commissaire Spada
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

25/02/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

A une époque où la BD classique dominait le marché italien, cette série policière a constitué une véritable curiosité lorsqu'elle débute en 1970 dans les pages de l'hebdo Il Giornalino. Pour une série policière, elle était assez inhabituelle car son héros était un flic athlétique (contrairement à l'image bedonnante imposée) et beau gosse de la police criminelle de Milan (qui parfois s'échappe à l'étranger), et surtout parce que le scénario mêlait habilement ses enquêtes avec sa vie privée. En effet, Spada élève seul son fils Mario que les lecteurs verront grandir au fil des épisodes. Et d'ailleurs, par le biais de son fils, Spada sera confronté aux problèmes de la jeunesse des années 70. Ce qui me surprit encore plus dans cette bande, c'est le dessin quasi géométrique de Gianni de Luca, un style qui marque, et je me souviens que quand je l'avais découvert dans de courts récits diffusés dans l'hebdo Formule 1, ça ne m'emballait pas trop, d'autant plus que j'étais très jeune. Puis plus tard, en les relisant, je me suis rendu compte que c'était pas si mal, ça donnait un style qui tranchait avec les autres Bd traditionnelles. J'ai ensuite lu la version donnée par l'auteur sur Hamlet, où là il avait déjà modifié son style. Les scénarios étaient peu conventionnels, et le style graphique de Gianni de Luca étant devenu plus fluide, a finalement hissé cette série parmi les meilleures du genre en Italie. J'ai su ensuite qu'il existait une vingtaine d'épisodes de ce commissaire, mais 1 seul album a été traduit en France en 1975, et ce n'est pas le meilleur. Qu'en sera-t-il si certains lecteurs le découvrent aujourd'hui ? Qu'ils s'attendent quand même à ce que le dessin puisse les surprendre...

11/09/2014 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Longue vie que celle de Spada. Ses aventures débutent -en Italie- dans l'hebdo "Il Giornalino" n° 16 du 19 Avril 1970 pour s'y terminer dans le n° 22 du 27 Mai 1984. A l'inverse de l'Italie, Spada est quasi inconnu en francophonie où il ne fera d'ailleurs l'objet que d'un seul album. Pour l'avoir lu -il y a un bon moment- j'avoue avoir été un peu dérouté. Si l'histoire n'est pas trop conventionnelle -alors que rédigée sur un postulat au départ simple- c'est surtout le graphisme qui m'a intrigué. En effet, De Luca use ici d'un trait géométrique ; où nombre des dessins -assez statiques- semblent avoir quasi été "tirés au cordeau". Ca m’a un peu rebuté au départ, pour finir par quand même -légèrement- me séduire. Bon, c'est vrai, cet opus ne sera jamais classé dans mes "best off", mais j'y ai fait la connaissance d'un style graphique autre que celui de mes habitudes. D'où mon 3/5....

25/02/2007 (modifier)