Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Homme qui s'évada

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

Adaptation du livre-reportage d'Albert Londres sur le bagne de Guyane et l'évadé Dieudonné.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Adaptations de romans en BD Amérique du sud Anarchiste ! La France d'Outre-Mer La Guyane

Premier album de Laurent Maffre qui s’intéresse à la rencontre réelle entre l’évadé du bagne de Guyane Dieudonné et Albert Londres, le reporter. Dieudonné est innocent, il a été enfermé à tort, parce qu’il a été anarchiste et à un moment donné jugé trop proche de la bande à Bonnot. Albert Londres dénonce l’horreur de l’emprisonnement dans le bagne de Guyanne. Le livre se découpe en deux parties, une première où l’on décrit la vie au bagne et une seconde qui évoque l’évasion de Dieudonné et de quelques-uns de ses camarades.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Homme qui s'évada
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

31/12/2006 | JAMES RED
Modifier


Par Chéreau
Note: 3/5

Laurent Maffre a adapté deux magnifiques reportages d'Albert Londres au bagne de Cayenne. L'histoire suit le parcours d'Eugène Dieudonné, proche de la bande à Bonnot, condamné à mort pour une attaque à main armée à laquelle il a toujours nié avoir participé et "gracié" par le président Poincaré, qui commua sa peine en déportation. La puissante dénonciation par Londres de cet enfer carcéral, véritable machine à avilir, reste toujours puissante. On comprend que la France de l'époque cherchait avant tout à se débarasser de ses "classes dangereuses" par tous les moyens. Si les bagnards mouraient au bagne, eh bien, tant mieux. Et s'ils survivaient, un système de double peine leur imposait un séjour en Guyane équivalent à leur temps de peine, pour les transformer en colons forcés. Le bagne était ni plus ni moins qu'un univers concentrationnaire, proche du goulag. Les reportables d'Albert Londres, clairs, imagés, écrits dans une langue à la fois fluide, limpide et précise, ont à l'époque puissamment contribué à la fermeture du scandale anachronique qu'était devenu le bagne. Le découpage et la mise en page de Laurent Maffre permettent une lecture relativement fluide, même si on se mélange un peu à certains moments entre les itinéraires de plusieurs personnages. Le dessin, qui rappelle furieusement Tardi en moins abouti, donne à tous les personnages des trognes improbables, presque simiesques. S'il a une certaine force, je ne l'ai pas trouvé très agréable à l'oeil. Si j'ai passé un bon moment, je le dois avant tout à Albert Londres, dont je ne peux que recommander chaudement la lecture de tous les reportages, qui sont un sommet à la fois de littérature et de journalisme.

05/08/2014 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

J'aime ce genre de récit. Cette histoire tirée de faits réels se lit d'une traite sans efforts. La narration est excellente, le rythme juste comme il faut. L'histoire est vraiment bien contée. Le contenu est d'autant plus intéressant qu'il contient un contexte historique et géographique consistant. Par moment, on s'approche du documentaire grâce aux détails et explications notamment sur l'histoire de ce bagne et le droit de l'époque. Le dessin N&B est bien mieux que ne pourrait laisser croire la couverture. Le trait parait parfois gras mais il est précis et agréable. Cette BD s'apparente à de l'indépendant mais a un contenu accessible au plus grand nombre. Seul le prix rebutera quelques uns mais dans ces cas là il reste la possibilité de l'emprunt.

22/08/2009 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Voilà une histoire tout à fait passionnante d'un homme condamné à tort, à mort puis gracié au bagne de Cayenne, pour un crime qu'il n'a pas commis. Il sera mis à l'épreuve dans des conditions de vie inhumaines. Laurent Maffre met en scène Albert Londres dans son enquête au bagne dont le journaliste tirera un livre alertant l'opinion publique de métropole sur l'enfer de ce lieu. Il va prôner son abolition et prend position en faveur du condamné Dieudonné. La narration est bien menée, on ne s'ennuie pas de cette lecture d'un bout à l'autre, d'abord au bagne, puis à la recherche de "la belle", la grande évasion. De plus je trouve le dessin de Laurent Maffre assez beau à regarder, avec des têtes très typées et différentes pour chacun des personnages. L'album relié est bien fini avec du papier de bonne qualité et une couverture agréable au toucher. Bref c'est une lecture recommandée.

11/07/2009 (modifier)
L'avatar du posteur carottebio

Sincèrement, il n'y a que le côté documentaire qui au final représente de l'intérêt. Le dessin N&B n'est pas plaisant, et très inégal. Ceci augmentant encore le manque de lisibilité due à la mise en planche et au découpage du récit. De plus, je n'ai jamais réussi à accrocher à l'histoire qui m'a semblé confuse à plusieurs reprises. Les personnages n'ont pas d'épaisseur romanesque. Ils restent froids et distants. Le ton d'un documentaire scolaire en somme.

24/04/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Laurent Maffre a adapté l'un des meilleurs textes du célèbre journaliste Albert Londres, un texte racontant la cavale d'un condamné au bagne de Cayenne, un homme qui s'est toujours proclamé innocent. La privation du bagne, les privations, puis l'enfer vert, avant d'essayer de retrouver une existence normale au Brésil. Tout ça est une histoire vraie, peut-être enrobée par la verve et l'enthousiasme de Londres. Maffre a décidé, pour sa part, de coller, je pense, au récit du journaliste. A-t-il comblé des zones d'ombre, interprété certains passages ? Difficile à dire si on ne connaît pas le texte original. Pour ma part j'ai trouvé cette histoire intéressante, mais pas plaisante. Certes, elle lève un coin de voile sur ce que pouvait être la vie au bagne. Celui qui y est envoyé y finit fort probablement sa vie, parfois dans de grandes souffrances dues aux conditions sanitaires et hygiéniques déplorables. Une époque révolue, puisque le bagne cayennais n'existe plus depuis bien longtemps. Mais le dessin de Laurent Maffre ne m'a pas aidé à réellement aimer cette histoire. Brouillon, irrégulier, tour à tour très réaliste puis approximatif, j'ai même parfois eu du mal à reconnaître les personnages. Mais il s'agit d'un premier album, et ces défauts initiaux sont gommés par la suite. Heureusement qu'il s'agit d'un réel témoignage, et cela suffit tout de même à la lecture.

27/02/2007 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 4/5

Encore un très beau livre de la collection Actes Sud Bd qui est une adaptation du livre-reportage d’Albert Londres, paru en 1928 sur la vie dans le bagne de Guyane. Albert Londres prend fait et cause pour la réhabilitation de l’accusé Dieudonné. Un livre qui se lit très bien et où on ne décroche à aucun moment. La narration est plutôt dense. Cependant, Laurent Maffre n’utilise pas de gaufrier pour certaines pages, donc cela peut poser quelques problèmes de lisibilité. Ses personnages ont des gueules magnifiques. Par moment, j’ai retrouvé chez lui un peu le style d’Hugo Pratt. La première partie est intéressante car elle montre toute l’atrocité du bagne, mais elle a un côté un peu trop didactique. J’ai préféré la deuxième partie du roman graphique qui évoque l’évasion de Dieudonné et de quelques-uns de ses camarades. L’histoire devient intense, les multiples péripéties qui attendent les évadés sont passionnantes. Un autre thème important du roman est le parallèle qui est fait entre les deux pays la France et le Brésil où s’est réfugié Dieudonné. Le premier pays, berceau des droits de l’homme réclame l’extradition de Dieudonné, alors que le second choisit de ne pas le livrer. Les officiels de la région de Pernambouc (où vivait l’évadé) doutant fortement de sa culpabilité. Un livre qui, pour un premier essai graphique se transforme en coup de maître.

31/12/2006 (modifier)