Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Papa

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

La souffrance d'une fille face à la mort de son père.


Autobiographie Douleurs intimes La BD au féminin La Mort Suicide

La souffrance d'une fille face à la mort de son père. Voilà un livre bien particulier et qui ne ressemble à rien du catalogue de L’Association. Aude Picault, illustratrice pour la jeunesse et auteur d’un remarqué Moi, Je aux éditions Warum, a rempli les pages de ce carnet, sans volonté de publication, en guise d’exorcisme, après le suicide de son père. Le résultat est d’autant plus bouleversant que le côté frêle et “jeunesse” du dessin d’Aude Picault contraste de façon saisissante avec la violence du propos. Rarement la mort aura été abordée aussi frontalement par le dessin. D’aucuns nous demanderont si on est encore ici dans la bande dessinée... L’Association répondra qu’on a ici un livre, du dessin, de la narration, et des émotions sans équivalent. La Collection Côtelette était donc faite pour accueillir cette oeuvre atypique qui repousse les limites communément admises de la bande dessinée, tant par sa forme que par l’approche de son sujet. (Texte éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Octobre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Papa © L'Association 2006

27/10/2006 | Ro
Modifier


Par PomPom
Note: 2/5

J'ai vraiment pas accroché. Ça peut se résumer à "papa suicidé, moi triste". Bha oui forcément. Côté scénario et intimité, 3 infos par-ci par-là. On repassera. Heureusement le dessin sauve les meubles. Ce côté enfantin est plutôt bon. La bonne nouvelle c'est que vous ne perdrez que 5 minutes.

23/08/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Ce one shot est très intimiste. Cela comprend le récit mais aussi le dessin, peu technique mais tout en émotion. Le scénario m'a touché mais pas vraiment ce dessin épuré manquant de consistance à mon goût. L'auteur nous raconte un évènement dramatique de sa vie : le suicide de son père. Elle se livre et donne ses états d'âmes sans réserves, comme si cette BD était un exutoire. Si les BD sensibles vous plaisent, "Papa" ne vous fera pas regretter les quelques minutes de lecture (rapides d'ailleurs), sinon ce one shot est à éviter pour ceux qui ne recherchent que les BD plaisantes.

30/05/2009 (modifier)
Par Altaïr
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Aude Picault est une dessinatrice absolument géniale. Le moindre de ses traits, la moindre de ses mises en scène fait preuve d'une intelligence et d'une sensibilité rares. Elle le montre presque quotidiennement à travers ses planches de Chicou-chicou, où elle incarne une Claude trash, drôlatique et blasée. Bref, je l'adore. Avant Chicou-chicou, il y avait ce "Papa", dont le sujet, très dur, étonne, de la part d'une auteur plutôt habituée à l'humour. Elle traite ici d'un sujet intime (trop ?), et sait le transmettre avec beaucoup d'émotion, contenue tant dans les textes que dans les images... Son style graphique n'est pas encore aussi mûr qu'il l'est maintenant, mais l'intelligence du trait est déjà là. Un très beau livre, donc, très émouvant, mais malheureusement assez cher.

09/09/2007 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Coup de coeur pour cette BD, ou plutôt coup au coeur. Car l'émotion suinte de cet album et vient toucher avec force le lecteur tant il ressent la perte du père de l'auteur comme si c'était le sien. Cette BD ne marquera sans doute pas par son dessin. Ce sont d'ailleurs des planches composées d'une seule image avec généralement un petit texte ou une phrase accompagnatrice. Ces images sont tracées comme des croquis au crayon fin, des petits personnages pas très jolis et quelques formes hachurées autour d'eux. Mais il se dégage une vraie âme de ce dessin, et le visage de la narratrice hurlant sa tristesse touchera directement le coeur du lecteur. Divisé en quatre chapitres, cet album se lit assez vite mais rend avec force l'émotion engendrée par la perte d'un parent, par le manque, l'absence, l'insupportable tristesse. Et pourtant ce n'est pas noir. C'est une longue plainte déchirante qui sert d'exorcisme et permet de mettre à plat sa douleur pour mieux rebondir et voir la vie qui continue. Très touché par ma lecture, et je pense que j'en aurais été bouleversé si j'avais vraiment perdu mon père ou ma mère.

27/10/2006 (modifier)